Flavien LE POSTOLLEC

 

Français, né le 19 février 1984, 1 année au FC Brussels (saison 2007), 16 matches (16 en D1), 1 but (1 en D1).


Natif d'Abidjan, la capitale Ivoirienne, Flavien Le Postollec n'y demeura finalement qu'une grosse année, bien qu'il possède toujours la double nationalité franco-ivoirienne. Il suivra donc tout son cursus selon le mode européen et en affichera le pragmatisme, même s'il avoue toujours un petit faible pour les Eléphants ivoiriens, quoi de plus normal ! Son père, un pur Breton (d'où le choix de son prénom et la résonance de son nom), décida donc très tôt de rejoindre la paisible Provence française avec Flavien et son frère aîné Olivier (sa soeur cadette naîtra elle dans l'Hexagone). Flavien y chaussa ses premiers crampons à l'US Vitrolles au milieu des crissements de criquets et fit du football son plus agréable passe-temps, sans jamais imaginer en faire un jour son futur métier. Preuve de son scepticisme, le jeune Flavien obtint même son bac haut la main à un âge où tous ses potes aspiraient plutôt à devenir le nouveau Zidane. Ce n'est qu'à 15 ans lorsqu'il rejoignit le FC Martigues, à quelques encablures de Marseille, et qu'ensuite il presta en CFA (= D3 chez nous) que l'idée de faire carrière germa tout naturellement en lui.

Il franchit ensuite un pallier décisif à 20 ans en intégrant en 2005 le centre de formation du LOSC où il fut entièrement dépaysé. Non seulement, le thermomètre n'affichait pas la même douceur dans le Nord que dans le Midi, mais il côtoya alors bon nombre de jeunes déjà bien installés dans le programme formation depuis quelques années et qui possédaient quelques longueurs d'avance non négligeables sur lui, aussi bien au niveau technique qu'au niveau de l'engagement. Flavien dut mordre sur sa chique et aller au charbon pour accrocher le bon wagon. Sa récompense survint lors de la saison 2006 sous la forme de deux capes avec le noyau A : il disputa ainsi son premier (et seul) match de League 1 contre le FC Metz, ainsi qu'un match de Coupe de la Ligue face à Lorient. Cela lui avait mis l'eau à la bouche, mais suintait également d'un goût de trop peu ! La saison 2007 n'allait plus lui permettre de démontrer son talent vu que le LOSC se targuait d'un entrejeu costaud et expérimenté, jouant le haut du pavé en League 1 et toujours qualifié en Champions League Européenne.

Lorsqu'Albert Cartier et Dimitri M'Buyu, respectivement entraîneur et manager du FC Brussels, se renseignèrent auprès de l'entraîneur Lillois, Claude Puel, au sujet d'un jeune back gauche prometteur (Dieudonné Owona), le nom de Flavien Le Postollec glissa également dans la conversation. Finalement, Flavien accompagnera son pote de chambrée Owona en prêt pour 6 mois lors de ce mercato hivernal de la saison 2007. Renseigné par son collègue Lillois Odemwingie sur la qualité et les possibilités de débouché du championnat belge, Flavien, qui avait aussi vu la double confrontation entre Anderlecht et son club en Champions League, en fut rasséréné et releva hardiment le défi.

Sa condition physique étant optimale vu qu'il sortait d'un stage avec le noyau pro du LOSC au Touquet, il tapa immédiatement dans l'œil de son nouvel entraîneur Albert Cartier et fut de suite titularisé, moins d'une semaine après son arrivée, pour le premier match du second tour. C'est donc le 20 janvier 2007 lors d'un déplacement chez les Dragons Montois qu'il honora sa première cape pour le compte du FC Brussels. D'emblée, il rassura ses partenaires et son staff par un placement et un sens de l'anticipation dignes d'un vieux chevronné. Seule la fougue de sa jeunesse lui jouant des tours, vu qu'il se fit montrer deux bristols jaunes lors de ses deux premières joutes… il dut bien s'amender tout en reconnaissant que l'arbitrage ne recelait pas la même intransigeance outre-quiévrain ! Flavien allait s'avérer le complément idéal et indispensable de Richard Culek, et allait finalement prester tous les matches du second tour… sauf celui contre le Standard vu qu'il était alors suspendu pour abus de cartes jaunes. Précieux et toujours disponible, Flavien y alla même de son petit but lors du set de tennis contre Roulers (6-2) le 24 avril 2007 lorsqu'il doubla la marque dès la 9ème minute de jeu.

Notre président eut tôt fait de se rendre compte qu'il possédait sans doute là le remplaçant tout désigné pour notre Captain Alan Haydock et se mit donc en quête du St Graal : convaincre Lille de lui vendre Flavien alors qu'il lui restait encore une année de contrat là-bas. Le fait qu'il se soit bien mis en vitrine et qu'il ait accumulé du temps de jeu chez nous, fit légèrement monter sa cote… ainsi que les jalousies ! Mogi Bayat tenta bien une approche pour Charleroi, mais c'est bel et bien notre président Johan Vermeersch qui s'adjugea le gros lot avec un contrat de 3 saisons à la clé. Fidèle à son adage "ce que tu sèmes, ce que tu récoltes" qu'il s'est fait tatouer sur les deux poignets, Flavien est bien décidé à ristourner toute cette confiance à notre club dès le début de la saison 2008...

Il pourra donc continuer à partager, avec sa copine Celia (également Marseillaise et assistante sociale de son état), le même appartement que son pote Dieudonné Owona. Imaginez-vous une alchimie entre un Parisien et un Marseillais, entre l'eau et le feu, "Dédé" étant autant bordélique, extraverti et speedé que Flavien ordonné, casanier et calme… mais ne dit-on pas que les opposés s'attirent… pour le meilleur et pour le Brussels ?

Grand amateur de hip-hop comme tout phocéen qui se respecte, il voue une grande admiration au groupe IAM, et plus particulièrement à son célèbre leader, Akhenaton. Lui-même, avec une bande de potes, a également été chanteur dans un groupe, Procès Verbal !

<< Cliquez sur les maillots >>

Maillot manches longues acheté / Maillot manches courtes offert par Jamal Ikazban.