Guy VANDERSMISSEN


Belge, né le 25/12/1957, 6 années au RWDM, saisons 1993-1998, 184 matches (171 en D1, 11 en CB, 2 en CE), 6 buts (6 en D1).

D'aussi loin qu'on se souvienne, tous les passionnés de foot belge se remémorent Guy Vandersmissen sous sa vareuse rouche et blanche du Standard. Il avait bien été prêté une petite saison à Waremme afin d'accumuler du temps de jeu, mais il y avait été si bon qu'il était revenu dès la saison suivante au bercail, au pied du terril de Sclessin. Inutile d'essayer également de vous détailler les hauts faits de sa carrière Liégeoise (2 titres de champion, une finale de Coupe de Vainqueurs de Coupe, une pléiade de sélections de Diables Rouges,…) car ce qui nous intéresse c'est sa deuxième carrière, la Molenbeekoise ! Vu que le Standard n'a jamais eu le chic pour se séparer avec élégance de ses anciennes gloires, il fut jeté comme un malpropre dans le caniveau après près d'une décennie de bons et loyaux services. Il atterrit donc au Germinal Ekeren au mercato, en janvier 1992. Cela se passa moyennement puisqu'il y fut blessé au genou durant 6 mois.

Il rejoua bien le premier match de la saison 1993 avec le Germinal mais il se lia finalement avec le RWDM la semaine suivante… personne n'allait jamais regretter ce choix ! Si tous les journaleux s'étonnaient de nous voir transférer un aussi vieux joueur (presque fini disaient-ils !) de 34 ans, Monsieur Guy allait bien vite les démentir vu qu'il presta encore 6 longues et bien remplies saisons en D1 pour ne finalement raccrocher qu'à plus de 40 ans, ce qui n'est évidemment possible qu'avec une hygiène de vie et un professionnalisme extrêmes comme il nous l'a si bien démontré. Il entama donc sa carrière Molenbeekoise lors de la 4ème journée de championnat, le 23 août 1992 avec un nul blanc au Lierse. Il allait en fait participer aux 16 premières rencontres sans coup férir, donnant plus de consistance et d'intelligence à l'entrejeu, remplaçant enfin un Van den Buys dont Vercauteren était toujours orphelin. Hélas pour lui, le 17 janvier 1993 lors du derby contre Anderslecht, il se blessa grièvement à la 31ème et ne put participer à la liesse générale à l'ultime seconde lors de l'égalisation de Frankie Vercauteren… il allait rester six mois sur la touche, une demi-saison où, à nouveau, beaucoup l'enterrèrent, mais il allait à nouveau rebondir avec classe. Pour la saison suivante (1994), il en fut dès la première joute le 8 août 1993 et d'une défaite au Germinal. Mais dès le 3ème match du 21 août, il fêta allègrement notre victoire au Standard sur un but de la tête de… Rouyr, un autre ex-Standardman… mais ce n'était qu'un hors-d'œuvre pour lui vu qu'on réitéra cette performance (1-0) au retour contre les mêmes adversaires (but de Wuyts) le 14 janvier 1994 : un grand chelem au goût de revanche pour Monsieur Guy ! Pour nous faire plaisir, il accrocha encore Anderlecht trois semaines plus tard (0-0). Entre ces deux matches, il trouva aussi le chemin des filets au Mambourg pour son seul but de la saison au cours de laquelle il presta 32 matches de championnat et les 5 de notre fameuse campagne de Coupe de Belgique. La saison 1995 permit à nouveau à ce métronome de prester 31 matches de championnat et de devenir sur le terrain le relais indispensable de Maître René Vandereycken pour qui son admiration n'était pas feinte. Il eut à nouveau le plaisir d'arracher le nul à Sclessin le 24 septembre 1994 grâce à un but tardif de Wuyts. La saison 1996 fut ensuite celle de tous les bonheurs avec ses 32 capes en championnat : il accrocha à nouveau le nul au Standard grâce à Sabbadini et participa activement à notre victoire 3-1 lors du match retour avec notamment un superbe assist pour le grand Stéphane Demets, on arracha l'Europe en tenant le nul contre le voisin mauve le 12 mai 1996 et il constitua avec ses potes Laeremans, Nassen, Grujic , Nassen, Rouyr, Jacob, Vergueitchik, Camus et autre Demets la meilleure défense de l'élite tout en terminant 4ème du classement. Il fit encore mieux en 1997 puisqu'il accumula 36 capes officielles sur les 37 possibles : il ne loupa qu'un match de championnat tout en ne ratant aucun match de coupes (Belgique et Europe) ! Il fut même très productif cette saison-là vu qu'il marqua à 4 reprises, même si c'est surtout son premier que nous retiendrons pour l'éternité ! En effet, le 2 novembre 1996, il fêta à sa manière la Toussaint avec les supporters Anderlechtois en inscrivant le seul but du match à la 52ème : 0-1 au Parc Astrid, Papy Guy vous salue bien ! Quand je revois encore cette photo de Guy, de dos dans son maillot bleu, les bras aux ciels décrivant les deux " V " de la victoire, j'en ai encore les larmes aux yeux ! Il atténua encore le score contre Gand à la 82ème (1-2) le 23 novembre 1996, nous donna la victoire à 3 minutes de la fin contre St Trond (2-1) le 18 janvier 1997 et consolida notre succès également contre le FC Malines (3-1). Notre classement suivit par contre une courbe décroissante en terminant 16ème et ne s'arrangea malheureusement pas la saison suivante. En effet, la saison 1998 nous vit descendre en D2 mais la saison allait être mouvementée pour notre gentleman Guy ! Il presta, comme à son habitude, les 19 premières rencontres sans problème avant de relever le défi que sa direction lui proposait : remplacer Daniel Renders au pied levé et devenir le 3ème joueur-entraîneur de notre histoire. Nous avions bien besoin de lui dans le jeu, mais Guy ne se sélectionna plus… dans un premier temps du moins ! Et pourtant son premier match sur le banc nous vit accrocher le 2-2 contre nos voisins et ennemis héréditaires. Après un intermède de 6 matches exclusivement sur le banc et devant l'importance de la tâche, l'entraîneur Guy resélectionna le joueur Vandersmissen pour les 9 derniers matches. Hélas, cela ne suffit pas et il nous manqua (comme à chaque fois d'ailleurs) un petit point pour nous sauver. Ce point supplémentaire aurait pu (et dû) tomber lors de l'avant-dernier match à Charleroi mais l'assassin Hus respecta ses consignes de l'UB en ne nous accordant pas un penalty flagrant sur un Guy retenu fautivement dans le rectangle. Il allait donc prester son 27ème et dernier match de la saison de D1 (et de sa carrière) pour du beurre contre Lokeren le 10 mai 1998. Il ne pouvait rêver de plus beau départ : il inscrivit un superbe coup-franc direct à la 26ème pour concrétiser le 2-0 au marquoir (score final, 5-1) et se réserva une standing ovation à la 49ème en introduisant Jona Butera à sa place… A 40 ans bien sonnés, il remisait notre maillot au clou et n'allait donc plus se consacrer qu'à sa nouvelle carrière d'entraîneur dont la première mission était de ramener le RWDM en D1 un an plus tard. En fait, il ne demeura notre entraîneur que lors des 15 premières journées en D2. Le football pratiqué n'était peut-être pas le plus léché que nous ayons observé sur notre pelouse (mais l'était-il plus sous Vandereycken ?), mais nous pointions tout de même en 2ème position au classement et toujours bien en course pour la remontée lorsque nous fûmes irrémédiablement battus 4-1 à Denderleeuw le 13 décembre 1998. Comme d'habitude, ce fut l'entraîneur qui paya le recrutement désastreux de la direction et De Prins ne se déplaça même pas pour annoncer la mauvaise nouvelle à Guy, préférant déléguer cette ingrate tâche à Van Holsbeek. On le remplaça par Ariel Jacobs qui fit bien pire : on termina 7ème après sans doute ce qui reste la plus mauvaise demi-saison de l'histoire complète du RWDM ! Encore des années après, j'en veux toujours à notre direction du moment : on ne vire pas un serviteur comme Monsieur Guy de la sorte, c'était indigne de nous !

Quand on pense que ce joueur, en 6 années, prit part à près du cinquième de nos matches en D1, qu'il figure au dixième rang de nos joueurs les plus capés en D1 sous nos couleurs, je suis toujours honteux pour mon club de ce dénouement (sur ce coup-là on s'est comporté comme tout ce que nous exécrons chez notre club voisin !). Monsieur Guy Vandersmissen fut alors bien déçu par le football professionnel (et je le comprends !) et se fit bien plus rare autour des pelouses. Il s'occupa bien du recrutement de jeunes espoirs pour Genk ou du management de quelques joueurs, mais le cœur n'y était plus. Depuis, il s'occupe full time de son solarium !

<< Cliquez sur les maillots >>

Maillot acheté.