Marc WUYTS


Belge, né le 12/09/1967, attaquant, 5 Années au RWDM (Saisons 1994-1996 et 2001-2002), 102 Matches officiels (84 en D1, 13 en D2, 5 en CB), 22 Buts (21 en D1, 1 en D2).

 

Le Woluwéen Marc Wuyts sut très vite ce qu'il voudrait faire de sa vie : en vrai Brusseleir, il voulut non seulement jouer au football, mais surtout en retirer un maximum de plaisir tout en trouvant le chemin des filets ou en aidant un équipier à le faire. A 9 ans, il signa sa première carte d'affiliation le 5 novembre 1976 à l'Olympic FC de Stockel, où il demeurera pas loin de 3 années avant de déjà effectuer un énorme pas dans sa carrière. En effet, dès le 1er juillet 1979, le " ketje " se lia avec le RSC Anderlecht où il fit patiemment tout ses classes, apparaissant bien vite comme un grand espoir du football belge. Agé d'à peine 19 ans, il intégra alors le noyau A et fit même sa première apparition en D1 le 26 avril 1987 au FC Liégeois lorsqu'il doubla l'Islandais Arnor Gudjohnsen à 3 minutes du terme. Ces quelques minutes lui permirent ainsi de participer au sacre des Anderlechtois, et donc de déjà écrire une ligne sur son palmarès. Hélas pour lui, il ne prit part à aucune rencontre de championnat lors de la saison 1988, mais fit son trou lors de la saison suivante, sa troisième dans le noyau A de St Guidon. Il prit alors part à 16 joutes qu'il agrémenta de son premier (et unique) but en D1 pour le compte des Mauves et Blancs, le 20 novembre 1988 au Standard (2-2). Il ne se priva pas, par la même occasion, de rajouter une Coupe de Belgique à son tableau de chasse et surtout une fabuleuse rencontre de Coupe d'Europe contre le grand Bayern de Munich. Barré par toutes les stars locales, Marc Wuyts comprit bien vite qu'il lui faudrait légèrement reculer s'il voulait prester plus fréquemment. C'est ainsi qu'il rejoignit le RC Malines (toujours en D1) à l'aube de la saison 1990. Malgré la relégation finale de son nouveau club en fin de saison, Marc se mit agréablement en vitrine avec ses 27 matches et 5 réalisations.

S'il ne put jamais se targuer d'une cape avec les Diables Rouges, Marc Wuyts prouva fréquemment qu'il figurait parmi nos valeurs sures en trustant tout de même les sélections dans les différentes catégories d'âge avec ses 8 capes en Espoirs, 24 en Juniors, 2 en Scolaires et même 1 en Cadets.

Désireux de demeurer sous les spotlights de la D1, Marc Wuyts se lia alors pour trois saisons (1991-1993) avec l'autre Sporting, celui du Pays de Charleroi. Il y brilla de mille feux et y devint une des grandes figures de notre élite footballistique. Son meilleur souvenir fut bien entendu le tour pendable qu'il joua à son ancienne équipe anderlechtoise en 1993 lorsqu'avec les Carolos (et notamment Par Zetterberg) il les défit à trois reprises en à peine dix jours (une fois en championnat et deux fois en demi-finale de la Coupe de Belgique). Son seul regret fut de ne pas participer à cette célèbre finale de Coupe perdue contre le Standard. Après 77 matches et 14 buts réalisés pour les Carolos, il fut alors temps pour Marc Wuyts de retrouver sa patrie, Bruxelles.

Son premier match de championnat sous nos couleurs, le 8 août 1993, nous vit certes baisser pavillon au Germinal Ekeren (4-1), mais Marc s'y offrit également sa première réalisation en réduisant la marque à la 55ème. Il allait récidiver à 5 autres reprises (notamment contre ses anciens clubs de Charleroi et Anderlecht) tout en se targuant de 29 matches de championnat et 3 matches de Coupe (dont les deux joutes fratricides contre les Mauves). Sa saison 1995 allait s'avérer du même tonneau avec 29 nouveaux matches de D1 et 7 réalisations personnelles.

Après avoir terminé successivement à la 16ème et 12ème place de la hiérarchie, Marc Wuyts espérait mieux pour le RWDM… et il y parvint de magnifique façon en cette saison 1996 qui nous vit une dernière fois nous placer en ordre utile (4ème) pour une qualification européenne. Il forma alors un tandem redoutable et redouté d'attaquants kamikazes avec Frédéric Pierre. Ils allaient ensemble affoler les défenses adverses et inscrire des buts importantissimes et déterminants (13 pour Fred et 8 pour Marc), parachevant à merveille le travail éreintant de notre défense de fer ! Tout le monde se souvient à satiété de son but mondial face au Germinal Ekeren de Philippe Vandewalle, mais son dernier but (qui ne lui sera finalement pas attribué d'ailleurs) sous nos couleurs fera également le tour du Monde : le 13 avril 1996, il déflora la marque dès la 2ème minute au Pairay de Seraing, mais la partie fut interrompue à la 83ème par l'envahissement du terrain par des supporters locaux voulant ainsi montrer leur mécontentement suite à l'absorption de leur club par le Standard, ce qui donna un 0-5 sur tapis vert et annihila donc le but de Marc Wuyts. Finalement, son dernier but " légal " sous nos couleurs se situa le 15 mars lorsqu'il nous offrit la victoire contre Charleroi à deux minutes du terme. Après trois fort belles saisons au Machtens, Marc Wuyts nous quitta, non sans laisser moult regrets parmi nos supporters qui perdaient ainsi un joueur auquel tout un chacun des Brussels Boys s'était toujours facilement identifié.

Privé du bonheur d'à nouveau jouer en Coupe d'Europe avec un club Bruxellois, Marc Wuyts releva alors un imposant challenge, consistant à devenir le premier habitant de la capitale à réussir au Staaienveld de St Trond. Il y demeurera finalement deux saisons (1997-1998) tout en y laissant un très agréable souvenir avec ses 56 matches et 14 buts. Toujours avide de nouvelles expériences, Marc Wuyts se lia ensuite avec le club frontalier de Mouscron pour deux saisons (1999-2000). Hélas pour lui, elles ne furent pas aussi fructueuses qu'il se l'était imaginé, puisqu'il les quitta après 18 mois, lors du mercato hivernal, non sans avoir rajouté 19 matches et 4 buts à son compteur. Il ne pouvait bien entendu pas le savoir, mais il avait alors inscrit son ultime but en D1 le 13 octobre 1999 lors d'un déplacement Hurlu en terre Campinoise à Geel.

Attiré au Tivoli de La Louvière par l'entraîneur Marc Grosjean (qui fut jadis son équipier du temps du RC Malines), Marc Wuyts découvrit alors, après 13 saisons en D1, l'anti-chambre de notre élite pour la première fois. Son compteur particulier en D1 affichait alors 278 rencontres de D1 et 58 buts. Sa demi-saison 2000 fut fructueuse et connut son apogée lors d'un fabuleux tour final qui vit les Loups accéder à la D1. Marc Grosjean s'étant mis à dos la moitié de l'effectif Louviérois, Marc Wuyts passa les 6 premiers mois de la saison 2001 à se morfondre dans le noyau C. Il confia alors que rallier La Louvière fut la seule mauvaise option de sa carrière. En contacts avancés avec des clubs comme le Red Star, l'UR Namur, l'Union et le RAEC Mons, Marc Wuyts se décida une nouvelle fois à rallier Bruxelles en janvier 2001 lorsqu'il annonça son retour chez lui, au Machtens.

Son rôle premier fut d'apporter son expérience et sa maturité à un groupe certes très doué, mais fort jeune également, ce qu'il réussit à merveille. S'il accusait un léger embonpoint et avait perdu un peu de sa célérité, force fut de reconnaître que Marc nous éblouit encore fréquemment à travers son impressionnant bagage technique : contrôle de la poitrine, talonnades, déviations en un temps, technique en mouvement… Marc n'avait vraiment rien perdu ! Il refit son apparition lors d'un match au sommet contre Geel (victoire 3-0) le 14 janvier 2001 et offrit des caviars à ses partenaires. Il allait finalement prester 12 rencontres de ce second tour tout en inscrivant un but lorsqu'il transforma un penalty à la 66ème contre Deinze le 18 mars. Le RWDM se qualifia finalement pour le sacro-saint tour final de D2 où il allait briller et écrire la dernière page glorieuse de son histoire en forçant son retour parmi l'élite du football belge. Marc Wuyts ne goûta malheureusement à ce tour final que du bout des lèvres vu qu'il dut patienter la 4ème rencontre de cette mini-compétition, contre Geel (3-1), pour doubler Kolotilko à la 64ème minute. Il n'eut hélas pas droit à ses adieux mérités vu qu'il ne figura même pas sur la feuille de match de notre historique rencontre au Tondreau Montois.

Il demeura ensuite quelques mois dans l'ombre avant de réapparaître au grand jour en octobre 2001 en devenant l'adjoint d'Emilio Ferrera, qui venait juste de remplacer Patje Thairet. Cette saison fut loin d'être un long fleuve tranquille, mais Don Emilio eut somme toute une idée originale : offrir un vrai match de jubilé à son entraîneur-adjoint en championnat lorsque nous serions mathématiquement sauvés. Et c'est ainsi que Marc Wuyts eut enfin droit à son match d'adieu, à une sortie digne de sa longue et belle carrière. Le 28 avril 2002, lors de l'avant-dernier match de la saison, il doubla Kolotilko à la 74ème minute et refoula une dernière fois la pelouse du Machtens en tant que joueur, portant son compteur personnel à 279 matches de D1. Il se démena tant et plus, et faillit même s'offrir une dernière réalisation lorsqu'il brossa un magnifique coup-franc à quelques millimètres de la cage de Mojovic, avant de fêter la victoire de son club contre Alost (4-3). Il était alors temps pour lui de réellement tirer sa révérence avec le sentiment réel du devoir bien accompli.

Après avoir officié en tant qu'adjoint d'Emilio Ferrera, Marc Wuyts s'apprêtait à seconder son frère aîné Manu qui aurait dû officier en tant qu'entraîneur du RWDM pour la saison 2003, mais la faillite et la radiation de notre bon vieux club en décida tout autrement. Marc s'occupa alors de remettre en condition tous les joueurs Molenbeekois n'ayant toujours pas retrouvé chaussures à leurs pieds, en compagnie de Jacques Colson. Il dirigea ensuite l'entraînement des footballeurs sans emploi de tout horizon et y prit goût. La carrière d'un footballeur n'étant hélas pas à rallonge, Marc Wuyts anticipa son futur souci de reconversion et réagit en homme d'affaires avisé lorsqu'il ouvrit quelques années auparavant son magasin de sports.

Il effectua le grand saut à l'aube de la saison 2005 lorsqu'il fut intronisé entraîneur principal du RFC Tournai en D3, où il officiera durant 2 saisons. Marc se retrouva sans club en juillet 2006, mais cela n'allait pas durer bien longtemps. En effet, après 7 matches en D3, l'ambitieux UR Namur se retrouva largué à mi-classement, vira Claudy Verlaine et contacta Marc Wuyts qui obtint finalement le poste au nez et à la barbe d'Alex Czerniatynski. Marc obtint alors d'excellents résultats, qualifiant même son club pour le tour final où ils n'échouèrent finalement que lors de l'ultime joute contre Geel… mais les suites juridiques de ce match devraient toutefois voir l'UR Namur promu en D2 !

Reconnu de tous, Marc Wuyts n'eut pas de souci majeur pour trouver un nouveau club et resta finalement en D3 en ce début de saison 2008, vu qu'il signa un juteux contrat avec Visé, le club cher à Guy Thiry, où il succéda à nouveau à Claudy Verlaine. Il emmènera les sociétaires de la Cité de l'Oie jusqu'en finale des play-offs où il ne loupa l'accession en D2 qu'aux pénalties face à... l'Union Royale de Namur ! Il débuta bien la saison 2009 sur le banc de Visé qu'il délaissa dès le second match pour rejoindre la D2 et l'ambitieux OH Louvain, orphelin du démissionnaire Rudi Cossey, parti vers le Tondreau Montois. Hélas pour lui, il n'y demeurera que quelques mois avant d'être remplacé par un Jean-Pierre Vandevelde, tout fraîchement débarqué d'Otsende.

<< Cliquez sur les maillots >>

Maillot acheté.