Quantin DURIEUX

 

Belge, né le 28/01/1985, 1 saison au FC Brussels (saison 2007), 10 matches (9 en D1, 1 en CB).


Chimassien bon teint, c'est à Baileux en 1991 que Quantin Durieux chaussa ses premiers crampons. Sept années plus tard, lors de la Young Cup de 1998, il y rencontra avec son club les louveteaux de La Louvière. Il y fit telle impression que le club du Centre n'hésita pas un seul instant à lui faire une proposition d'embauche qui causa un cas de conscience à ses parents. En effet, il leur fallut bien trouver quelques aménagements professionnels afin de pouvoir se farcir 3 fois semaine les 160 bornes nécessaires pour emmener le fiston aux entraînements louviérois, ce qu'ils firent de gaieté de cœur afin de favoriser l'éclosion de Quantin qui, lui aussi, dut y mettre du sien en étudiant durant 5 longues années… dans la voiture ! C'est donc aussi à force de courage et d'abnégation qu'il mena à bien ses études dans l'enseignement général Français Sciences.

C'est lors du mois de juin 2004, à 19 ans, qu'il toucha au but lors qu'Albert Cartier l'intégra au noyau A professionnel des Loups. Sans cesse soutenu par un coach jamais avare de conseils ni d'explications, Quantin progressa à grands pas et fêta finalement sa première cape en D1 en décembre 2004 contre le Lierse, juste avant la trêve des confiseurs. Il participera finalement à 7 matches lors de cette saison 2005, dont ce fameux match contre le FC Bruges où ce fut l'entièreté de l'équipe des Louveteaux qui tint la dragée haute aux Blauw en Zwart. Durant toute cette saison, il combina avec succès sa première année de régendat en éducation physique (il "kottait" à Nivelles) et ses entraînements de foot (à La Louvière), même s'il fut souvent placé en porte-à-faux entre obligations scolaires et sportives. C'est pour cette raison qu'en juin 2005, il mit ses études en veilleuse, surtout parce que sport et études en Belgique ne font pas bon ménage et qu'il ne fut jamais soutenu par la phalange scolaire. Il pourra toujours profiter ultérieurement du délai légal de 5 ans avant de parachever ses 2 années restantes, synonyme d'obtention du diplôme ad hoc si (et seulement si) le foot ne lui ouvre plus les bras.

Hélas, la saison 2006 allait être majoritairement faite de soubresauts et d'aléas extra-sportifs dans la région du Centre. Quantin fut dans un premier temps mis complètement de côté par son nouvel entraîneur, Emilio Ferrera, avec qui il était totalement utopique de pouvoir s'enquérir de ses choix. En effet, Don Emilio ne discutait tactique qu'avec les cadors de l'équipe et n'adressait jamais la parole aux jeunes du groupe… quelle différence avec Albert Cartier ! Il allait à regret louper les retrouvailles avec Albert Cartier (et son FC Brussels) au Tivoli le 1er octobre 2005 par la faute d'une carte rouge prise lors d'un match des réserves… triste, mais il évita donc le naufrage (0-3) qui périclita la position d'Emilio Ferrera. Son limogeage et son remplacement par Frédéric Tilmant furent une délivrance pour Quantin qui, du coup, retrouva de suite l'équipe première lors d'un déplacement à Roulers (où il trouva malencontreusement le chemin de… ses buts). Il disputa alors les quelques matches que dirigea Fred Tilmant avant la prise de pouvoir de Gilbert Bodart qui le relégua à nouveau sur le banc, vu qu'il voulait officier audacieusement avec seulement trois défenseurs. C'est d'ailleurs dans ce même schéma qu'il disputa alors tous les matches de réserves lors de ce laps de temps. Lors de l'ultérieure " Chinoise démission " de Bodart, Fred Tilmant reprit à nouveau les rennes du groupes et titularisa d'emblée Quantin Durieux à une inhabituelle place de back gauche lors d'un périlleux déplacement à Sclessin où il défia pas moins que Sergio Conceiçao… avec succès vu qu'il se permit même le luxe d'inscrire le but égalisateur devant des Standardmen médusés ! Son 6ème et dernier match de la saison fut également un match qui marquera ensuite les esprits : le célébrissime 7-0 au Lierse où les anciens laissèrent filer au grand dam de jeunes embauchés malgré eux dans une très mauvaise pièce.

Suite à la double dégradation autant sportive que financière des Loups, Quantin Durieux put, à l'instar de ses potes et collègues Michaël Cordier et de Julien Pinelli, compter sur la très bonne publicité faite par son ancien entraîneur Albert Cartier à son président Johan Vermeersch. C'est ainsi qu'il signa donc au FC Brussels pour 4 saisons. Ses débuts furent prometteurs et il participa à toute la phase de préparation d'avant-saison. Il participa à son premier match de D1 sous nos couleurs lors du 4ème match au Lisp, le 26 août 2006, lorsqu'il dut remplacer au pied levé un Steve Colpaert blessé lors de l'entame de la seconde mi-temps. Ses 187 centimètres firent alors fureur dans l'axe aux côtés d'un autre jeunot, Sydney Kargbo. La pression se fit de plus en plus intense, mais jamais Quantin ne cèdera et on gardera donc notre maigre avantage au marquoir. Bien lancé dans le grand bain, il allait ensuite participer à tous les matches de septembre et octobre, on pensait alors qu'il ne quitterait plus l'équipe première, mais il allait involontairement devoir s'effacer suite aux matches de suspension injustement récoltés lors du match de Coupe de Belgique à Courtrai le 22 octobre 2006. En effet, on jouait alors depuis 69 minutes quand Sydney Kargbo péta littéralement les plombs en agressant un Courtraisien et se vit très justement montrer le chemin des vestiaires ; deux minutes plus tard, Quantin tackla proprement un adversaire, touchant bien le ballon au préalable, mais l'arbitre (sans doute encore marqué par le choc antérieur) exclut Quantin de façon injuste. On ne revit plus Quantin sous notre vareuse lors des deux mois suivants et ce fabuleux déplacement à Gand (3-3) où il presta toute la rencontre.
Après des débuts enchanteurs (mais sans lendemains) qui virent le Brussels tutoyer les cimes, on boucla finalement le premier tour de compétition en très dangereuse position, la 16ème ! Le club dut donc parer au plus pressé et transféra à qui mieux mieux, mettant temporairement son projet " jeunes " entre parenthèse. C'est notamment pour ces raisons vitales que le très sympathique et souriant Quantin n'eut plus droit aux honneurs du terrain qu'à deux reprises lors du second tour, à Westerlo et Lokeren durant les 24ème et 30ème journées.

Gageons qu'avec une année d'acclimatation au sein de notre team, Quantin en ressortira plus fort et qu'il éclatera littéralement sous peu, dans un climat apaisé et enfin serein. Preuve que notre direction croit en lui, son nom ne fut jamais cité parmi les " prêtables " en cours de saison. C'est sûr, dans les années à venir, quand on dira " Chimay " aux Bxl Boys, nombre d'entre-nous ne penseront plus fromage ou bière trappiste, mais Quantin Durieux !

Hélas, Johan Vermeersch ayant diamétralement changé son fusil d'épaule en ce qui concerne sa politique de jeunes, Quantin fut prié à l'aube de la saison 2008 de s'entraîner avec le noyau B où il compte bien, à force de courage et d'abnégation, prouver très vite à son président qu'il méritait bien le noyau A !

<< Cliquez sur les maillots >>

Maillot appartenant à ma fille et offert par Quantin Durieux.