Sambegou BANGOURA

 

Guinéen, né le 03/04/1982, 1 année au FC Brussels, saison 2007, 12 matches (12 en D1), 3 buts (3 en D1).

 

Originaire de Conakry, la capitale Guinéenne, le jeune Sambegou Bangoura déménagea bien vite avec sa famille vers la capitale du Gouvernorat de Kindia, située à quelques 135kms de Conakry. Sportif accompli et touche-à-tout, Sambegou signa sa première carte d'affiliation au club local du Gangan FC Kindia à 8 ans, tout en pratiquant également assidûment l'athlétisme. Toutefois, le sport dans lequel il excellait le plus fut sans conteste le basketball dont il fut un des plus grands espoirs nationaux. D'ailleurs, il en a gardé certains réflexes propres en pratiquant le football, comme cette façon toute particulière qu'il a de protéger son ballon (on dirait Michaël Jordan dos à un défenseur adverse !). Ce n'est finalement qu'en 1999, à 17 ans, qu'il opta définitivement pour le football. Il presta alors une fort bonne saison avec le Gangan FC Kindia et attira les regards envieux du grand club de la capitale, l'AS Kaloum Star Conakry, qui l'embrigada pour la saison 2000. Là également, il a allait y briller une seule année, car à l'issue de celle-ci son manager Alfred Raoul lui dégota le Nirvana pour tout Africain : un transfert en Europe.

C'est ainsi que Sambegou Bangoura reforma avec l'avant-centre Soulemane Youla, la ligne d'attaque titulaire de l'équipe nationale de Guinée… au Daknam de Lokeren en août 2000. Ils s'entendirent comme larrons en foire et firent trembler les filets adverses bien plus souvent qu'à leur tour. Tant et si bien que la saison suivante, Youla se vit proposer un transfert à Anderlecht, laissant tout le poids de l'attaque sur les épaules de Sambegou, ce qui ne l'effraya nullement, que du contraire ! Possédant un contrat renouvelable année après année sur un total de 5 ans, Sambegou décida au bout de la troisième saison de franchir un palier supplémentaire dans sa carrière en se liant avec le Standard. Roger Lambrecht eut beau faire des pieds et des mains pour garder son joyau (84 rencontres de championnat agrémentées de pas moins de 42 buts !), l'option ne fut jamais levée qu'unilatéralement… et donc Sambegou fut bien libre de tout mouvement en juin 2003 lorsqu'il rejoignit la Principauté de Liège et son célèbre chaudron Rouche de Sclessin, théâtre de ses futurs exploits. Cela faisait quasi un an que les tractations duraient en catimini entre la direction Liégeoise et le goal-getter Guinéen, ce qui provoqua très logiquement l'ire des supporters Lokerenois qui brûlèrent très vite ce qu'ils avaient adoré, le sifflant abondamment et allant même jusqu'à vandaliser son véhicule. Après avoir été la bête noire du Standard avec Lokeren (il le battit aussi bien en championnat qu'en coupe), l'occasion fut donnée à Sambegou d'en devenir le chouchou du public durant les 3 années de son contrat.

Si Sambegou Bangoura connut une première saison fort mitigée (seulement 5 buts en 20 rencontres), à l'instar de toute l'équipe, les supporters Rouches eurent tôt fait de connaître le comportement très (trop) décontracté de certains africains vis-à-vis de leur employeur… très fréquemment au pays pour leur équipe nationale, des retours sans cesse trop tardifs, des visas plus en règle, des blessures encourues au pays, des maladies comme le paludisme et la malaria contractées là-bas, etc… Mais pour Sambegou, les sélections nationales ne constituent pas uniquement une affaire de cœur et de patriotisme, mais aussi de famille vu que le secrétaire général de la fédération Guinéenne n'est autre que son propre oncle, Altafani Aly Bangoura, le frère de son père. Sambegou participa ainsi à la CAN 2004 où il fut éliminé en quart de finale par le Mali (2-1). A l'entre-saison, lassée par tant de manque de professionnalisme, la direction Rouche tenta même de convaincre le KRC Genk d'échanger Sammy avec Paul Kpaka, mais les tractations échouèrent.

Sambegou Bangoura se reprit de fort belle façon lors de sa deuxième saison au Standard où il fit l'unanimité autour de ses prestations. En effet, bien mieux achalandé en bons ballons, il perfora les filets adverses à 15 reprises en 29 joutes, une fort belle moyenne qui attira à nouveau le regard des recruteurs internationaux. Vu que Sammy entrait dans sa dernière année de contrat, le Standard, s'il voulait retirer quelques sesterces de son transfert, se résolut bon gré mal gré à lui accorder un juteux transfert. Il fut alors courtisé par AZ, Feyenoord, Marseille et le Sporting de Lisbonne, mais une nouvelle crise de paludisme en juin 2005 postposa son transfert. Il reprit alors la compétition avec le Standard, participant à 3 rencontres tout en inscrivant un but, avant de prendre son bâton de pèlerin et de passer outre-manche à Stoke City en First Division (=D2). Si on pouvait espérer un meilleur challenge sportif pour Sammy, force fut de reconnaître qu'il s'y retrouva pécuniairement ! Son entraîneur, un certain Johan Boskamp, en avait fait sa priorité, ce qui obligea les Potters à réaliser le plus gros débours de leur histoire avec une somme de transfert avoisinant les 1,25 millions d'euros ! Il s'y retrouva ainsi entouré de quelques Belgicans comme les Carl Hoefkens, Junior et Martin Kollar.

Dès le début de la saison 2006, il impressionna sous ses nouvelles couleurs, trouvant facilement le chemin du but et étant même élu deux fois meilleur joueur du mois. Il s'en alla ensuite participer à la CAN 2006 où il atteignit à nouveau les quarts de finale (éliminé cette fois par le Sénégal 3-2), mais en revint et tardivement et blessé, prétextant à nouveau de récurrents problèmes familiaux ! Entre-temps, Johan Boskamp avait dû céder sa place à Tony Pulis qui ne lui accorda plus aucun crédit ! Il avait trouvé l'ouverture à 9 reprises en 24 rencontres, et allait donc en rester là !

Fidèle à ses très mauvaises habitudes, Sammy ne se présenta pas à la reprise des entraînements à Stoke en juin 2006 et ne réapparut qu'en août… où il côtoya en test un certain Pitshou Matumona Zola ! Johan Vermeersch essaya alors de l'attirer au FC Brussels, mais les Anglais ne voulurent en aucun cas perdre une partie de leur investissement… et quand on connaît les finances Bruxelloises, personne ne s'étonna lorsque l'affaire capota ! Après avoir presté 4 joutes pour Stoke sans inscrire le moindre but, Sammy reçut alors des propositions de Lecce, Bucarest et Willem II, mais préféra favoriser le FC Brussels pour des raisons familiales (sa première femme et son fils habitant notre capitale). Les tractations s'avérèrent fort ardues, mais Johan Vermeersch et Dimitri M'Buyu tinrent bon et ne lâchèrent plus leur os !

C'est finalement le 11 janvier 2007 lors de la seconde cession du mercato que Sammy fut prêté 6 mois aux Molenbeekois ! Arrivé avec un énorme retard de condition physique, Sammy se donna à 100% aux entraînements afin de résorber au plus vite ses carences dans un club où un avant-centre pivot était attendu comme le messie ! Quelques jours plus tard, le 20 janvier exactement, il fit ses premiers pas sous notre vareuse lors des arrêts de jeu au Tondreau de Mons. Il prit ensuite part aux 11 rencontres suivantes, mais sembla également atteint par le syndrome frappant tous les attaquants du FC Brussels en les rendant improductifs. En effet, il ne trouva finalement l'ouverture que lors de son dixième match, le 30 mars contre Gand à la 32ème minute. Il semblait avoir enfin récupéré tous ses moyens et marqua à nouveau lors des deux matches suivants (le 7 avril à Mouscron et le 14 avril contre Roulers), mais la sorcière guettait et il se blessa contre Roulers quelques minutes après avoir défloré la marque… et ne réapparut plus lors des 5 dernières joutes du championnat 2007.

Sammy jura alors à notre président qu'il ferait tout pour revenir la saison suivante, mais Stoke ne voulut rien entendre, ne baissa nullement ses prétentions financières et tenta même de le fourguer en Israël, au Maccabi Tel Aviv. A l'heure actuelle, Johan Vermeersch n'a toujours pas rendu les armes dans cet épineux dossier, tandis que Sammy demeure en Guinée auprès de sa seconde femme et n'a toujours pas rejoint son club anglais à qui il doit encore une dernière année de contrat… près de deux mois après la reprise ! Décidément, il ne changera plus… et c'est sans doute cette extravagante mentalité qui lui barrera à jamais la route des top teams !

Finalement, la saga de l'été prit fin le mercredi 15 août 2007 quand Sammy, hélas, se lia avec le Boavista Porto pour 4 ans, rendant nos derniers espoirs de le revoir vains ! Hélas pour lui, il ne s'imposa pas au Portugal et rejoignit 6 mois plus tard le club Espagnol de Cadix CF.

<< Cliquez sur les maillots >>

Maillot acheté.