Samuel GREVEN

 

Belge, né le 08/07/1973.
1 année au KFC Strombeek (saison 2003), 16 matches (16 en D2), 5 buts (5 en D2).
2 années au FC Brussels (saisons 2004-2005), 60 matches officiels (24 en D1, 32 en D2, 4 en CB), 5 buts (5 en D2).

 

C'est dans la cité universitaire de Louvain (l'ancienne, bien sûr !) que Samuel Greven vit le jour en 1973. Il foula ses premiers labourés dès ses 6 ans, en 1979, au KVO Aarschot et y restera 14 longues années. A 20 ans, il était temps pour lui de faire le grand saut vers la D1 et l'Antwerp où il demeurera 3 saisons entre 1994 et 1996 qu'il agrémentera de ses 16 premières capes parmi l'élite. Il se sentit ensuite l'âme aventurière et s'engagea avec le club Hollandais d'Eindhoven VV (pas encore renommé en Eindhoven FC) où il demeurera à nouveau 3 saisons.
En juin 1999, il se lia avec le FC Malines dont il allait, tout au long de ses 43 mois passés derrière les casernes, devenir pour les fans du KV un symbole, un dieu vivant. Il y hérita très naturellement du capitanat. Après une saison 2000 relativement tranquille, le KV ne put éviter la culbute en D2 lors de la saison 2001. Malgré les 47 matches de D1 (et 5 buts) qu'il avait prestés pour le Club Malinois, il décida de leur rester fidèle et de les aider à remonter en D1 dès l'année suivante… et c'est ce qui arriva en mai 2002 lorsqu'ils retrouvèrent la D1. Toutefois, ce ne fut qu'éphémère, car le club s'était très dangereusement mis dans le rouge et ne put honorer ni les salaires des joueurs ni les dettes fédérales en cette saison 2003. Samuel Greven fut alors un des derniers pros à demeurer au club et ce fut un crève-cœur pour lui de devoir le quitter en janvier 2003, mais, comme on dit, il faut bien remplir le frigo aussi ! Sur ce petit morceau de saison, il y officiera encore à 10 reprises tout en trouvant une fois le chemin des filets adverses.

 

Quelques mois auparavant, l'ambitieux bâtisseur de Ternat, un certain Johan Vermeersch, avait repris en mains le matricule et l'équipe de Strombeek qu'il avait déplacés au Stade Machtens, déserté par un RWDM radié de la carte footballistique belge par l'UB. D'une nature fonceuse et impatiente, Johan Vermeersch voulut croire qu'il était encore possible au KFC Strombeek de se renforcer au mercato d'hiver pour pouvoir briguer la troisième tranche, synonyme de tour final pour la montée en D1. C'est dans cette optique que pas moins de 7 joueurs débarquèrent à Molenbeek, dont les 3 Malinois Samuel Greven, Ivan Willockx et Olaf Vandael. Hélas, la sauce ne prit jamais avec quelques anciens grognards Strombeekois, non contents (à raison ?) d'être bazardés comme des malpropres ! Samuel Greven n'en eut cure et se montra irréprochable, dirigeant son équipe de maîtresse façon, les emmenant irrémédiablement vers la voie du professionnalisme. C'est donc lors du 19ème match de la saison que " Samy " doubla Denis Dessaer dans le onze de base ; il y prestera finalement l'intégralité des 16 matches possibles tout en scorant à 5 reprises (contre Deinze, au CS Bruges, deux fois contre Geel et à Roulers lors du célèbre match que Strombeek perdra finalement 5-0 sur tapis vert car ils avaient aligné un Sylla non encore qualifié !)

 

C'est tout naturellement que Samuel Greven continua à trouver grâce aux yeux d'un Johan Vermeersch ayant entre-temps rebaptisé le club en FC Brussels à l'aube de la saison 2004, en devenant même le capitaine de route. Cette saison allait s'avérer un des plus passionnantes aventures de la carrière de Samy avec un titre de D2 et une remontée en D1 à la clé. L'équipe formait un véritable groupe d'amis et ne tourna finalement qu'autour de 17 individualités fortes, mixe autant indissociable qu'indispensable entre expérience et jeunesse, entre sérénité et fougue. Montrant tout naturellement l'exemple, Samy prestera finalement 32 des 34 rencontres de championnat de D2, ne devant qu'à ses 3 cartes jaunes et sa carte rouge reçues l'excuse pour ne pas réaliser le grand chelem. Libéro moderne, Samy ne se contentera jamais de cadenasser son arrière-garde, allant souvent créer le surnombre et le danger dans le rectangle adverse. C'est ainsi qu'il trouva finalement 5 fois l'ouverture à Roulers, Visé, Denderleeuw, contre Dessel et Maasmechelen.

 

Sa saison 2005, bien qu'il y prestera 24 joutes en D1, ne fut pas du tout du même acabit et créa même la fracture. Le groupe se fissura suite aux méthodes très " différentes " du trop hautain Emilio Ferrera par rapport au copain Harm Van Veldhoven. Soupçonné d'être un des leaders " saboteurs " par Don Emilio, Samy fut placé en potence publique et jugé coupable sans avocat. Plusieurs joueurs furent également jetés dans le même sac, mais, assez incompréhensiblement, Greven fut le seul à ne jamais être blanchi, à ne pas retrouver son crédit initial, à ne pas rentrer en grâce ! C'est durant cette période trouble également que Samy perdit son brassard au profit de notre Alan Haydock national. Il joua tout de même 19 des 20 matches initiaux, ne ratant le derby contre Anderlecht qu'à cause de sa carte rouge reçue contre Westerlo. C'est lors de cette satanée 20ème joute que Samy se saborda lui-même. En effet, on se déplaçait au Tivoli Louviérois pour un match importantissime pour notre survie parmi l'élite et on se dirigeait tranquillement vers un score de parité vierge quand, sans aucun danger ni aucune raison tangible, Samy se jeta tel un karatéka sur le Loup Murcy dans notre rectangle, et cela à 4 minutes à peine du terme. Bien évidemment, le penalty fut transformé et nous rentrâmes bredouilles à Molenbeek. Par la suite, Samy n'eut plus droit qu'à 5 bribes de matches sur les 14 restants. Même lorsque Robert Waseige reprit l'équipe en mains et décida de disposer de toutes ses forces vives afin d'assurer notre salut, il gracia bien Patje Nys mais n'utilisa plus Samuel Greven qu'à doses homéopathiques. En effet, il ne réapparut plus que 25 minutes réparties sur 2 matches. Son dernier match sous nos couleurs fut donc les 18 dernières minutes au Freethiel de Beveren le 10 avril 2005 lors de la 28ème joute, il se contentera ensuite de suivre impuissant les évolutions des ses collègues lors des 6 dernières rencontres.

 

C'est donc sur ce sentiment de grand gâchis et par la toute petite porte que Samuel Greven prit congé de nous. Il rejoignit alors l'ambitieux néo-promu d'Oud-Heverlee Louvain en D2 pour lequel il prestera 90 matches (et 8 buts) lors des saisons 2006 à 2008. Durant ce laps de temps, Samy se remémora à notre bon souvenir sans toutefois y déceler une once de vengeance, lorsque son club OHL vint nous défaire 0-1 en 16ème de finale de la Coupe de Belgique et donc nous éliminer le 13 novembre 2005… En dispute avec son enraîneur Rudi Cossey, il quitta OHL en juin 2008 pour rallier le RC Mol-Wezel en D3B.

<< Cliquez sur les maillots >>

Maillot offert par Michel Hubert.