Steve BARBE

 


Belge, né le 15/01/1979.

3 années au RWDM, saisons 1997-1999, 79 matches (46 en D1, 28 en D2, 4 en CB, 1 en CL), 1 but (1 en D1).
1 année au FC Molenbeek Brussels Strombeek, saison 2003, 23 matches (23 en D2), 3 buts (3 en D2).

 

Natif d'Asse, Steve Barbé ne mit pas longtemps pour parcourir la grosse dizaine de kilomètres le séparant du stade Edmond Machtens puisqu'il y débarqua dès ses 7 ans accomplis. Il quitta ainsi très vite Lennik pour emménager sur les hauteurs du boulevard Mettewie, à un tir de pénalty de son terrain de jeu favori où son oncle avait déjà acquis de bien belles lettres de noblesse (en effet, sa maman n'est autre que la sœur d'un certain Gérard Desanghere… et ce n'est pas tout puisque sa propre sœur Nathalie épousera bien plus tard Wilfried Godart !). Dès ses 11 ans en Préminimes et en compagnie des Adrian Bakalli et Sébastien Stassin, Steve surclassa toutes les catégories d'âge de la tête et des épaules, étalant son aisance technique aux yeux de tous les observateurs. Lorsqu'il eut 16 ans, l'entraîneur des jeunes Tom Frivaldszky décida de l'intégrer de suite au noyau Espoirs, jugeant qu'il perdrait son temps avec les Juniors. Bien lui en prit car il s'y sentit de suite comme un poisson dans l'eau, tant et si bien que l'affable Tom se résolut à glisser de suite son nom à l'entraîneur du noyau A, René Vander Eycken, qui venait de classer son équipe en ordre utile pour une ultime qualification européenne. Ne possédant aucune solution de rechange au poste de libero où l'inamovible Guy Vandersmissen s'avérait toujours l'unique option, Maître René proposa alors d'aligner le médian polyvalent Steve Barbé à ce poste en Espoirs… où, malgré son très jeune âge, il afficha une maîtrise, une sûreté et une audace de vieux briscard !

René Vander Eycken intégra le fin et élancé teenager Steve Barbé dans son noyau professionnel en juillet 1996, alors que le secteur défensif regorgeait de vives concurrences avec les Laeremans, Grujic, Vandersmissen, Nassen, Vandersmissen, Jacob, Bakalli, Verguetchick et autre Veselinovic. Il y révisa ses gammes les lundis et mercredis puisque les autres jours étaient consacrés à ses études d'électricité qu'il mena à bon terme au Koninklijk Technisch Atheneum de Koekelberg. Notre entraîneur lui offrit même son maiden match lors du match inaugural de gala contre le PSV Eindhoven. Steve Barbé effectua sa première cape en D1 à Sclessin lors de la 4ème journée de cette saison 1997, lorsqu'il remplaça Haydock à la 75ème minute alors que le score était déjà scellé (défaite 3-0 en ce 24 août 1996). Pétri d'aisance et de volonté, Steve comptabilisa finalement 15 matches de championnat pour sa première saison, alors qu'il affichait à peine 18 printemps sous la toise. Si les matches européens contre Besiktas arrivèrent un tantinet trop précocement pour le jeune Steve, il prit par contre part aux deux mémorables joutes contre le voisin Anderlechtois (victoire 0-1 away et nul 0-0 at home). Sa force résida principalement dans son insouciance juvénile et sa capacité toute flegmatique à ne redouter aucun adversaire qu'il devait placer sous l'éteignoir (demandez par exemple aux Zetterberg, Staelens et Hellers ce qu'ils pensèrent de cette sangsue Molenbeekoise !). Tout auréolé de son statut d'International Junior, Steve Barbé signa alors son premier contrat professionnel portant sur une durée de 4 saisons au sein de son club formateur.

Sa saison 1998 fut véritablement celle de la confirmation de son talent inné avec 31 matches de championnat sur les 34 possibles. Si Steve Barbé se permit à nouveau avec ses petits camarades de faire deux fois la nique aux sociétaires de St Guidon (victoire 0-2 away et nul 2-2 at home), ces derniers résultats probants ne nous permirent hélas pas d'éviter la culbute en D2 à la fin de cet exercice. Pourtant, Steve excella et brilla de mille feux derrière sa défense, se permettant même le luxe d'inscrire un superbe but sur le terrain des Ajuinen d'Alost. Everson avait inscrit un but tout brésilien et ampli de sang froid à Vandewalle pour nous donner l'avance en ce 1er février 1998 lorsque Steve se permit une longue et victorieuse chevauchée à la 85ème minute (0-2).

Le RWDM avait alors gardé la quasi intégralité de son noyau pro afin d'écourter ce séjour dans l'antichambre et le réduire à sa plus simple expression… mais cela se révéla bien vite utopique. Après un début satisfaisant sous Vandersmissen, la situation sportive se dégrada sous Ariël Jacobs au point de ne plus pointer finalement qu'au 7ème rang et même louper l'accession au tour final. Steve ne put, malgré ses 28 capes, redresser la barre. Un conflit éclata même entre le joueur et son public à l'occasion d'un déplacement à Herentals : non content du " spectacle " offert, les Bxl Boys sifflèrent (une fois n'est pas coutume) leurs joueurs… même quand ces derniers égalisèrent et ensuite remportèrent la rencontre, au grand dam de Steve qui leur adressa un majestueux bras d'honneur. La rupture semblait alors inévitable, surtout que le joueur clama haut et fort qu'il ne disputerait pas une seconde saison en D2. Mal lui en prit car le Club de Bruges le suivait depuis belle lurette et voyait en lui le successeur tout désigné d'un Franky Vander Elst vieillissant… mais pas tout de suite ! C'est sans doute en cette fin de saison que la carrière de footballeur de Steve Barbé bascula : s'il avait patienté encore un an au RWDM avant de rejoindre les hautes sphères, il aurait sûrement atteint un autre statut que celui de bon mais anonyme joueur de D1. Son dernier match sous notre vareuse eut finalement lieu le 9 mai 1999 dans la Cité de l'Oie (1-1 à Visé).

Steve Barbé choisit alors l'exil et traversa la Manche en août 1999 afin de se lier aux Charlton Athletics, mais il ne disputera finalement aucun match de championnat sous ses nouvelles couleurs. Après un an aux Iles, il retrouva de l'embauche au Zuid West Harelbeke pour les saisons 2001 et 2002 durant lesquelles il presta 49 joutes (et 1 but). Economiquement failli, le club fusionna ensuite avec Ingelmunster afin d'encore évoluer en D2. Steve Barbé se retrouva alors sur le marché et, malgré une touche avec le CS Bruges, il paria sur un retour aux sources et se lia avec le nouveau club évoluant au Stade Machtens, le tout frais FC Brussels. Après avoir déjà rapatrié quelques anciens Molenbeekois comme les Timmermans, Bakalli, Butera, Buelinckx et Salievski afin de renforcer l'ancien effectif de Strombeek, Johan Vermeersch parvint également à convaincre Steve Barbé de se fondre dans ce nouveau et ambitieux projet. Hélas, l'histoire aurait pu être idyllique, mais rien ne s'enchaîna à merveille durant cette très spéciale saison 2003, notre président prenant trop fréquemment ses joueurs pour des kleenex. Steve participa à son premier match " Brusselsois " le 15 septembre 2002 lors de la 5ème journée contre Roulers (2-2), rencontre qui coïncida avec le retour du football au stade du RWDM après 13 mois de disette. Il inscrivit également 3 buts : le 15 février 2003 contre Tirlemont (le 4ème but du 7-0), le 22 février à Maasmechelen (le 3ème but du 1-4) et le 19 avril à Dessel (il nous donna l'avance à 1-2 pour un 2-4 final). Son tout dernier match sous notre vareuse data finalement du 4 mai 2003 lors de l'avant-dernière journée de championnat qui nous vit perdre 1-0 à Denderleeuw.

A l'aube de la saison 2004, Steve rejoignit Fredje Vanderbiest à Roulers où il demeura finalement 4 saisons et demie (24 mois en D2 pour 30 en D1). Après plus de 100 matches prestés avec les Roulariens, Steve Barbé émigra en janvier 2008 au FCV Dender (à nouveau avec Fredje Vanderbiest) qu'il allait aider à assurer sa survie en D1 au détriment… du FC Brussels. Après 6 mois à Dender, Johan Boskamp lui annonça ne plus compter sur lui pour l'exercice 2009 et Steve s'en alla grossir les rangs des Sucriers du KVK Tirlemont en D2… où sa route croisera encore celle du FC Brussels !

 

 

<< Cliquez sur les maillots >>

Maillot acheté.