Yves BUELINCKX


Belge, né le 22/06/1972.
2 années au RWDM, saisons 1999-2000, 70 matches (63 en D2, 6 en CB, 1 en CL), 49 buts (40 en D2, 9 en CB).
1 année au FC Molenbeek Brussels Strombeek, saison 2003, 29 matches (tous en D2), 15 buts (tous en D2).

Yves Buelinckx, fils du coiffeur et entraîneur Théo Buelinckx, commença tout naturellement à jouer au football à Halle jusqu'à ses 17 ans et à Tubize ensuite sous les ordres de son père. Dès sa première saison en P2 avec Tubize, il devint champion et meilleur buteur de la série. Ensuite, il fêta de la meilleure des façons son 20ème anniversaire avec à nouveau le titre de champion et de meilleur buteur en P1 tout en ayant tapé dans l'œil des recruteurs du Club Brugeois qui l'incorporèrent durant quatorze mois dans leur noyau espoirs. Il faut dire qu'il venait aussi d'inscrire 47 buts en deux saisons. C'est à l'aube de la saison 1994-1995 qu'il fut incorporé au noyau A sous la houlette d'Hugo Broos où il arpenta plus souvent le couloir gauche que la place de goal-getter. Il y presta durant deux saisons mais sa période faste fut celle allant de novembre 1994 à mars 1995 où il connut et joua tout, de la Coupe de Belgique à la Coupe d'Europe en passant par le championnat bien évidemment. Il pensa même que cela joua contre lui et que, de la sorte, Hugo Broos le brûla quelque peu… car après il n'eut plus droit au chapitre au Club. Durant cette merveilleuse période il presta une joute fabuleuse en Coupe des Vainqueurs de Coupe, battant Chelsea 1-0 par la même occasion. La saison 1995-1996 lui permit certes de fêter un titre de champion de D1, mais il n'y goûta que du bout des lèvres car il ne fut plus sélectionné dans les quinze qu'épisodiquement, juste pour relayer le buteur vedette Mario Stanic lors des dix dernières minutes de certains matches. Il ne marqua finalement que trois buts en championnat pour les Brugeois, assez bizarrement tous lors du même match contre Ostende ! Toujours sous contrat Brugeois, il fut prêté tour à tour à Beveren et à Denderleeuw. Sa saison à Beveren en D2 lui apporta certes le titre de D2, mais il ne participa qu'à cinq matches, connaissant sa saison la plus noire avec des blessures aux abdos et une pubalgie ; tandis que, sous Denis Asselman, il éclata littéralement à Denderleeuw.

En juin 1998, le manager Herman Van Holsbeek (ayant touché 16 millions pour la vente forcée de Sonck à Ekeren) mit sur la table le paquet d'argent que demandaient les Brugeois pour le laisser filer vers d'autres cieux, en l'occurrence ceux du Machtens. Le club voulait clairement remonter en D1, ce ne fut pas le cas, mais Yves y marqua des buts à la pelle tout en gardant à jamais notre club dans son cœur. Pour son premier match officiel le 23 août 1998, un lointain déplacement au milieu des chemins de maïs à Bocholt l'attendait, c'est ça aussi le charme de la Coupe de Belgique. Ce fut médiocre, mais Yves fit directement ce pour quoi il avait été transféré, il marqua l'unique but de la rencontre à la 85ème ! Il allait d'ailleurs scorer à chacun de nos matches de coupe cette année-là, aussi bien lors de notre victoire 1-3 à Mons que lors de notre déroute au Lisp 8-1. Le 12 septembre de cette même année, il planta ses deux premières roses en championnat lors d'une défaite 2-3 face aux redoutables contreurs du CS Bruges. Après quatorze rencontres, nous pointions en tête du classement, nous ne jouâmes jamais très bien mais nous engrangeâmes les points comme une fourmi avant l'hiver. L'hiver se pointa bien vite sous la forme d'une défaite 4-1 à Denderleeuw qui entraîna le limogeage de Guy Vandersmissen et l'intronisation d'Ariel Jacobs… le ressort se cassa et le reste de la saison fut médiocre, sauf pour Yves qui presta 31 matches tout en trouvant le chemin des filets à 21 reprises (quelle moyenne !). L'entre-saison fit place à un grand nettoyage des cadres et Yves se retrouva au beau milieu d'une bonne bande de jeunots du cru ainsi que de deux gamins prêtés par Feyenoord et qui allaient tant nous apporter : Ibou Kargbo et Paul Kpaka ! En tous les cas, Yves continua sur sa même cadence infernale vu qu'il presta 32 matches de championnat et 3 de coupe pour un total de 19 et 6 buts, tout bonnement fabuleux ! Le 21 août 1999, il se permit même le luxe d'inscrire 5 buts d'affilée en Coupe de Belgique contre les pauvres Gaumais de Virton. Cette année-là aurait toujours dû nous valoir une participation au tour final de D2 : il nous fallait juste une victoire sur les trois derniers matches de championnat, et elle ne vint jamais. Yves avait bien montré la voie à suivre contre Maasmechelen au Machtens, mais nous nous fîmes rejoindre. Contre Turnhout (où un nul suffisait) ce fut la débâcle totale (1-5) et un certain Careel nous assassina à Ingelmunster (1-0). Les jeunes avaient montré de belles choses qu'ils allaient matérialiser la saison suivante, mais elle se déroulera à regret sans Bulex, dont les ambitions légitimes l'emmenèrent au Tivoli qui venait de rejoindre la D1 via le tour final qui nous fila sous le nez… emmenant Alan Haydock dans ses bagages ! Il restera à jamais le joueur à la moyenne la plus prolifique (but/match) de notre histoire !

Avec les Loups il trouva encore la faille dans l'élite contre des Genk, Standard ou autre Lierse. Après deux saisons à La Louvière, son cœur le guida et le ramena au Machtens pour le 5ème match de la saison 2003. Johan Vermeersch avait su le convaincre de nous rejoindre au sein du projet FC Brussels qui à l'époque se nommait encore le KFC Strombeek... montrant la voie à Alan Haydock pour la saison suivante. Il n'y passa qu'une seule saison, mais il n'avait pas perdu ses bonnes vieilles habitudes. Au sein d'une équipe et d'une direction en pleine construction qui se cherchaient à tous les niveaux, il surnagea avec 15 buts inscrits en 29 prestations sur les 30 possibles, étant un des seuls à ne pas avoir démérité lors de cette chaotique saison.

Il s'en retourna ensuite à ses premières amours à Tubize, avant de prendre le chemin d'une ambitieuse Union St Gilloise. A 34 ans, après notamment 81 matches en D1, le compteur but de Bulex se situe au-dessus des 200 buts en matches officiels (D1, D2, Provinciales et Coupe de Belgique compris) et les supporters de la Butte espèrent bien qu'il ne s'arrêtera pas en si bon chemin. Les gardiens de l'anti-chambre tremblèrent encore souvent vu qu'il n'était pas prêt de raccrocher les crampons ! Après avoir une nouvelle fois inscrit la bagatelle de 15 buts en D2 avec l'Union (pourtant reléguée en 2008), Yves signa avec le club néo-Promotionnaire (champion de P1 en 2008) de Ternat-Lombeek pour la saison 2009. Il ne perdit toujours pas le chemin des filets adverses puisque Ternat se qualifia pour les barrages où il accéda à la grande finale face à Péruwelz. Lors de ce match, il inscrivit deux nouveaux buts et permit donc à Ternat-Lombeek de fêter la montée en D3 où, âgé de 37 ans et comptant 250 buts à son compteur, il donnera encore, soyons-en sûrs, des sueurs froides aux défenseurs adverses en 2010.

Depuis, ce Hallois d'origine, coule des jours heureux à Lembeek dans sa coquette villa avec sa charmante épouse Sheila (comptable dans une société de ticketing et qui le suit dans tous les stades du royaume depuis plus de dix ans) et leur mignonne Jady.

<< Cliquez sur les maillots >>

 

 

 

 

 

Maillot offert par Yves Buelinckx.