RFCU LA CALAMINE - FC BLEID MOLENBEEK

0 - 0

(1) Me 15/08/2012 / LA CALAMINE - FC BLEID MOLENBEEK 0-0.

Hatefi, Charlet, El Boubsi, Shamavu, Del Molino, Janssens (88' Koy), Mununga, Bellia, Seddoh, Yalic (61' Mourchid), Kitenge (78' Eka-Akanga).

CJ : -. / Arbitre : Bylois. / Assistance : 150. / Classement : 8ème.

Jean-Philippe Charlet au four...

... et au moulin !

 

Kodjovi Seddoh

 

Yalic et Kitenge au coup d'envoi

 

Marcos Del Molino

 

Enzo Bellia

 

Jean-Michel Eka-Akanga

 

Nicolas Hatefi

 

Sikumoya Koy a failli réussir le hold-up parfait à la 90'

 

Les joueurs saluent leur public...

... ovation méritée !

Pour le premier match de championnat de l'histoire du FC Bleid Molenbeek (aux dernières nouvelles, futur RWDM "quelque chose", mais ce feuilleton étant aussi long et attractif que Les Feux de l'Amour, je vous passe donc les détails qui, de toute façon, changent chaque jour que Dieu fait !), le Michel Boys Band avait décidé de taper très fort… dans notre réservoir bagnole : 318 kms aller-retour. On espérait bien qu'au prix prohibitif du diesel, ils allaient nous rétribuer d'une autre façon ! Pour la personne (que je ne nommerai pas par décence, il se reconnaîtra) qui m'a dit "et dire que La Calamine-Bleid aurait normalement dû être un derby", je lui signale très aimablement de revoir sa géographie puisqu'il subsiste tout de même la bagatelle de 176kms entre les 2 ! Ce déplacement aurait dû se faire à 4 pour ma part, mais les autres s'étant lâchement désistés pour des raisons plus ou moins valables (mais ça se paiera… en liquide), je le fis seul dans la Zobmobile. J'emportai quand même avec moi 2 excellents copilotes : le "Carnival of Sins" de Mötley Crüe pour l'aller et le "En Vivo" d'Iron Maiden pour le retour ! J'imaginais que cette autoroute allait être aussi interminable que monotone, mais je ne pus m'empêcher, même s'il ne s'agissait plus de sa responsabilité, d'avoir une petite pensée pour "Papa" : tous ces trous et travaux brisèrent finalement le rythme somnolant du long trajet ! Dès la sortie de l'autoroute, vous prenez la longue Route Charlemagne (tout un programme) qui vous ballade dans de pittoresques villages où vous vous dites que la loi locale prévoit sûrement la prison à vie pour toute personne qui n'entretiendrait pas convenablement sa propriété et au moins l'injection létale pour celui qui aurait l'outrecuidance de jeter un papier à terre… dommage que toutes nos localités ne recèlent pas la même rigueur citoyenne ! Vous traversez ensuite un petit pont enjambant la Vallée de… la Gueule, et vous voilà arrivés en terres germanophones, à Kelmis (La Calamine donc !), notre hôte du jour.
Le premier légitime questionnement du jour était : combien serons-nous ? Et surtout qui ? On espérait bien qu'en ce jour béni de l'Assomption de Marie, les esprits se seraient quelque peu apaisés et certaines divergences aplanies… et ce fut le cas vu qu'au total nous fûmes une bonne centaine dans notre tribune debout… pour une soixantaine d'autochtones dans ce stade en construction ! Comme prévu, se côtoyaient aussi bien des Bxl Boys, des Bxl United ou des BCM, qu'ils soient d'obédience Brussels, FP4 ou footballistiquement athée depuis 10 ans ! Ce n'est que tous ensemble que nous y arriverons, je pense qu'on en est maintenant tous intimement persuadés. Quel plaisir de se retrouver dans le même stade que certains avec qui on le fut chaque semaine durant plus de 30 ans, mais avec qui on n'avait plus connu cette agréable statistique depuis 10 longues années ! Mon plaisir tout égoïste fut d'enfin pouvoir à nouveau descendre quelques liquides jaunes avec mon pote Zizou dans un stade ! Et, vu les quelques remarques incrédules voire dirigées de certains après match, je reclarifie une ultime fois ma position : Steph a toujours été et demeurera à vie, n'en déplaise à certaine(s) personne(s), au firmament de mon panthéon olympique, la médaille d'or du pote qu'il m'a été donné de côtoyer lors de ma vie footeuse de supporter ! Puisque vous allez bien entendu me demander qui sont les médailles d'argent et de bronze… ben, elles n'étaient pas là aujourd'hui à La Calamine, na ! Je demeure également persuadé que, sans le schisme Michel-Greg et le putsch JV-Fluppe sur le stade, nous aurions été près du double dans cette tribune, et ce malgré la distance ! Gageons tout de même que, si les résultats suivent un peu, on sera encore bien plus quand notre club jouera moins loin de nos bases (mais où seront-elles d'ailleurs, nos bases ?). Pour comparaison, je me demande vraiment combien de fans déplacera le FC Brussels quand il se rendra à Eupen (approximativement même distance et avec une affiche logiquement plus alléchante) ? Poser la question, c'est hélas y répondre ! Merci qui ?
Si les barmen locaux s'attendaient à voir débarquer le barde Assurancetourix Lalannix et sa joyeuse tribu de 5-6 Gaulois Gaumais, ce fut raté ! Ils se virent plutôt assiégés par une horde de Nerviens et d'Eburons vociférant assoiffés de cervoise ! Ils nous sortirent donc leur plus beau sourire Pepsodent Colgate Signal (citer 3 marques permet d'éviter de problèmes ultérieurs !) et les logos stylisés de l'euro brillèrent dans leurs yeux fourbes. En gros manque d'entraînement, ils furent bien vite débordés : une femme affichant la bonne cinquantaine (et je suis galant) ne sachant pas se servir d'une pompe (à bières, bien sûr !), un octogénaire mettant 15min pour nous donner les 3 pintjes commandées (hein Steph Dejaegher ?) et un dernier quarantenaire qui, lui, aurait mérité d'être mieux entouré ! Par compassion, je ne vous parlerai même pas des deux pensionnés (depuis longtemps) bénévoles s'occupant de la caisse et des tickets boisson ! Le trésorier local dut sûrement ensuite téléphoner à tous ses confrères de la D3B en leur conseillant une meilleure réserve et quelques rapides apprentis coïncidant avec les matches du FC Bleid Molenbeek !
Ne tournons pas autour du pot, sportivement, tout le monde pensait le même avant le match : nos joueurs allaient en prendre 5 bien tassés dans la soute à bagages du car pour leur retour vers la capitale contre une équipe ayant des ambitions après avoir terminé le défunt championnat à la dixième place (mais perso, le seul fait d'arme que je leur connaissais fut qu'ils constituèrent un des clubs " rampe de lancement " ayant permis l'éclosion de feu François Sterchelé, 37 buts en 59 matches entre août 2001 et juin 2004) ! On était persuadé que l'équipe actuelle était encore très (trop) faible pour le seul et unique but qu'on lui avait alloué en cette première année d'existence : se maintenir en D3. Si la défense paraissait pouvoir tenir la route à ce niveau, il faudrait en tous cas qu'elle soit bien plus aidée par les deux autres lignes qui, si elles avaient vécu lors de l'Antiquité à Rome, auraient sûrement goûté de la Roche Tarpéienne !
Ultime coup dur d'avant-match, l'absence de notre expérimenté défenseur central dont Raymond Goethals aurait sans cesse et à coup sûr estropié le nom, Triantafillidis ! Pire encore, plus aucune trace de notre kiné du dernier match, tous les supporters demeurent inconsolables et espèrent que cette disparition n'est que temporaire ! C'est donc heureux d'être à nouveau ensemble mais quasi résignés sur le déroulement sportif de l'après-midi que nous entendîmes le referee donner le coup d'envoi de la rencontre. Nicolas Hatefi occupa avec grande sécurité le poste de gardien et nous prouva qu'il avait à coup sûr le niveau des échelons supérieurs. La défense fut composée de "Jean-Phi" Charlet (quelle assurance, quel métier, un placement de tous les instants et " on ne le lui fait pas à lui ", il va au charbon), El Boubsi (à une place inhabituelle pour lui, il a affiché sûreté et un engagement de tous les instants dans les duels), Shamavu (la toute grande surprise pour les non initiés, un roc infranchissable pour les adversaires, sans jamais paniquer et avec des relances propres) et le jeune Del Molino (si son début de match fut un peu timide, ensuite il mit plus de puissance dans son jeu en même temps qu'un peu plus d'apport vers l'avant). Le milieu de l'entrejeu comprenait les techniques Yalic et Bellia chargés de la manœuvre, ainsi que le pare-choc Seddoh pour contrer les velléités offensives adverses grâce à un physique et un abattage imposants. Les ailiers Janssens (back droit de formation qui a joué milieu gauche) et Mununga étaient chargés d'aider leur défense et de, si possible, se jeter vers l'avant. Le "sacrifié" du jour était Kitenge : le noyau ne recelant actuellement aucun avant, ce défenseur central tenta bien de faire illusion et se démena sur toutes les (mauvaises) relances qu'il reçut, il dut sûrement bien dormir, le pauvre, mais n'apporta vraiment aucun danger dans le rectangle adverse ! Mourchid, Sikumoya et Eke-Akanga prirent place sur le banc et montèrent tous trois au jeu en fin de rencontre pour apporter un peu de fraîcheur.
Pour ceux (dont je fus) qui suivirent quelques matchs amicaux, force fut de constater que cette équipe (pourtant dépourvue du moindre attaquant, de ses nombreux tests, nouveaux transferts et de Triantafillidis) n'avait strictement plus rien à voir avec ce que nous en avions vu ! Mich The Coach avait resserré les boulons, graissé les jointures et en avait fait un groupe soudé et solidaire qui se jetait avec hargne sur chaque ballon. Nous fîmes le gros dos durant toute la première mi-temps, ne nous aventurant que très épisodiquement dans le camp adverse, sans pour autant concéder une seule occasion à l'adversaire. En fin de premier time, Shamavu contra magnifiquement une percée germanophone dans notre rectangle d'un tackle salvateur avant qu'une relance approximative de Nicolas Hatefi offrit un bon ballon aux adversaires, mais notre portier se racheta en déviant ce ballon sur le poteau.
On sentit bien que nos organes vocaux avaient trop longtemps hiberné durant la dernière décennie et auraient encore besoin de quelques joutes pour retrouver leurs (bonnes) habitudes, mais la zwanze fut bien au rendez-vous. Aux chants traditionnels (dont le célèbre "ma femme peut crier…") s'ajoutèrent quelques "gentillesses" à l'égard d'un sombre individu voulant à tout prix faire de notre club un apatride, mais aussi un succulent "Molenbeek Scheile Army" ! Un conseil toutefois, si vous n'êtes pas sûrs et certains d'avoir des organes auditifs au-dessus de la moyenne pouvant tout supporter (par exemple un concert jumelé de Lara Fabian et Céline Dion), ne vous positionnez jamais au grand jamais juste devant Pierre Bergmans, sans quoi une surdité momentanée vous guettera à coup sûr ;-)
Le premier quart d'heure de la seconde mi-temps nous offrit un tout autre visage. Sur un coup-franc, Janssens amortissait le cuir de la poitrine avant de canonner sur leur gardien (habillé style Maya l'Abeille) et obtint un corner (notre premier du match !) sur lequel Charlet canonnait juste à côté du poteau. Yalic y alla encore d'un slalom le long de la ligne de fond avant d'inscrire un but… annulé par le juge de ligne estimant que le ballon était sorti un moment de l'aire de jeu ! Yalic reçut quelques instants plus tard le même style de ballon, mais hélas il se fit cette fois contrer par leur défenseur.
Le second quart d'heure ne fournit aucune occasion digne de ce nom si ce n'est deux têtes très approximatives d'adversaires trop esseulés sur des corners. Sous cette chaleur caniculaire, l'arbitre permit au milieu de chaque mi-temps aux joueurs de se désaltérer, mais visiblement cette deuxième pause due aux largesses d'Hélios eut l'air de nous assommer. Nos héroïques joueurs semblèrent carbonisés et subirent le dernier quart d'heure avec beaucoup moins d'aisance. Une grosse mêlée dans notre rectangle faillit tourner au cauchemar : deux tirs successifs furent contrés par nos défenseurs avant d'être ensuite suppléé par Hatefi qui nous sauva au prix d'une très belle parade, avant que Shamavu ne dégage irrémédiablement le cuir, cardiaques s'abstenir ! Notre portier s'imposa encore avec à-propos dans les pieds d'un attaquant avant que le tout frais Sikumoya Koy ne faillit réaliser le hold-up presque parfait. Il déborda son défenseur avant de shooter à ras du piquet de Pierret. Il était temps pour l'arbitre de mettre fin à ce calvaire et nous empochâmes donc un premier point relativement inespéré mais ô combien mérité ! Et tout cela malgré la présence de Phil "Le Rosse"... la malédiction du chat roux serait-elle enfin abolie ? Les supporters purent exulter et incitèrent tous les joueurs à venir communier ensemble. Michel De Wolf, tout sourire, ne fut pas en reste ! Les indécis ayant rechigné devant ce périple germanophone peuvent se mordre les doigts jusqu'au coude !
Et dire que Michel nous promet une équipe bien plus compétitive pour début septembre, ça promet ! Rome ne s'étant pas faite en un jour, comment en effet arriver à créer un club sain et sans dettes, en partant de rien, et cela en un petit mois ? Il subsiste certes quelques gageures moins ardues à réaliser, convenons-en !
Apparemment, 3 attaquants seraient dans le tube et devraient signer ce lundi, tandis que 4 autres joueurs devraient débarquer dans les 15 jours max. Espérons de la qualité et non de la quantité, et surtout de l'expérience au milieu. Et, visiblement, au niveau sponsoring, ce sera du très costaud, wait and see donc !
A noter, comme d'habitude, la présence bien sympathique de Nourredine Zaiour, le T1 du Brussels qui n'a pas hésité à se taper de la route pour supporter ses amis, bravo et… dommage qu'il ne puisse pas donner quelques leçons de politesse et de savoir-vivre en communauté à son tout récent employeur ! Le RWD de Molenbeek (re)voilà notre équipe... We're back, n'en déplaise royalement à "Dieu" !!!

Les joueurs communiant avec les supporters après le match

(Texte de Zob et Photos de Michel Oosters)

Pierre, cet homme nuit gravement à la santé de vos oreilles !

 

La malédiction du "Rosse" fait-elle enfin partie du passé ?

 

En discussion avec Mister Zizou

 

Michel pose avec ses fans

 

Pierret en Maya l'Abeille

 

L'infranchissable Shamavu

 

Le robuste Michael Janssens

 

Eddy Shamavu, impeccable !

 

Sikumoya Koy