FC BLEID MOLENBEEK - DIEGEM SPORT

0 - 2

(2) Me 22/08/2012 / FC BLEID MOLENBEEK - DIEGEM 0-2 (à Wemmel).

Hatefi, Charlet, El Boubsi, Shamavu, Del Molino, Seddoh, Triantafillidis, Bellia, Mununga, Yalic, Mourchid.

CR : Charlet (2cj, 85'). / CJ : Bellia, Mununga, Charlet, Triantafillidis. / Arbitre : Chetta. / Assistance : 300. / Classement : 17è.

24' Romero (0-1), 78' Archambeau (0-2).

Double carte jaune sévère pour Jean-Philippe Charlet

 

 

 

Enzo Bellia

 

 

 

Bellia, Del Molino, Seddoh et Triantafillidis montent sur la pelouse

 

 

 

Mourchid

 

 

 

Enzo Bellia

 

 

 

David Triantafillidis

A la demande mon ami Zob, le temps est venu de refaire une review, quasi 9 ans après la dernière, celle d'un certain VK Berchem-RWDM 2003 pour le premier match du nouveau club en P4 (le fameux 90 sur 90 de Rémy Poussart, mais ceci est une autre histoire), parue dans l'indifférence totalement générale et qui fut l'unique de cette période.
En 10 ans, de l'eau (et pas que cela) a coulé sous les ponts et je dois dire que pour moi, le foot ne recèle plus du tout la même saveur qu'avant, la faute à ce qui vous savez…
Avec l'apparition un petit peu par hasard et carrément due à un concours de circonstances du projet " FC Bleid-Molenbeek " (appelons le comme cela), un nouvel et fol espoir est né parmi beaucoup de supporters et sympathisants de feu le RWDM. Mais comme toujours à Molenbeek, rien ne se fait normalement et sereinement, et plus ou moins deux mois plus tard, ce projet a connu nombres de rebondissements et de mélodrames qu'ils seraient trop fastidieux (et franchement pénible) d'énumérer ici.
Toujours est-il que, résultat des courses, le premier match à domicile ne se déroulait bien évidemment pas à ce qui devrait toujours être le domicile d'un RWDM sous quelque forme que ce soit, c'est-à-dire au Stade Edmond Machtens. La faute comme d'habitude à qui vous savez, mais je ne vais pas épiloguer trop longuement sur les agissements de ce piètre personnage. Je vais essayer de mener cette review à son bout sans citer le nom du sinistre individu qui, aussi incroyable que cela puisse paraître, conserve encore pas mal de partisans parmi les " décideurs " (mais c'est probablement dû à certains intérêts commun, les loups ne se mangeant pas entre eux) mais aussi et surtout chez un certain nombre de sympathisants. Mais cela aussi c'est Molenbeek, et c'est sans aucun doute cela qui nous sépare de la grandeur et de l'intégrité de supporters d'autres clubs (inutile de les citer) qui furent sauvés en grande partie grâce à eux. De là à dire que nous ne méritons pas un retour du RWDM, je dirais non mais pour certains ma réponse serait plus nuancée ...
Fidèle à une tactique déjà éprouvée avec succès en 2006 (pour ceux qui sont au courant, il s'agit de l'épisode du cadenas apposé sur les grilles du Machtens afin d'empêcher le RWDM 2003 d'y évoluer lors de son passage en P1), faite d'intimidation et de " respect de contrat ", conception purement unilatérale dans l'esprit du natif de Langemark (village de Flandre-Occidentale profonde qu'il n'aurait jamais dû quitter pour le bien de tous), une semaine avant le premier match de championnat à domicile programmé contre Diegem, il fallut trouver en catastrophe une solution de rechange toute provisoire et ce fut Wemmel qui accueillit ce nouveau SDF du football.
Précision tout de même, avec une rencontre de Division 2 opposant vous savez qui et Mouscron-Péruwelz au Stade Machtens le même soir, il était évidemment impossible d'organiser les deux en même temps. Mais pourquoi pas la veille ?
Wemmel donc, et son Stade Marcel Van Langenhove, du nom du bourgmestre de cette commune à facilités mais beaucoup plus connu pour son passé arbitral au plus au niveau. Les moins jeunes d'entre vous se souviennent certainement de ce soir d'avril 1990 où notre moustachu compatriote accorda un but de la main de Vata au Benfica en demi-finale retour de coupe des Champions, privant ainsi l'OM de Bernard Tapie de sa première finale européenne. Ce qui déclencha une véritable vendetta de la part des médias d'outre-Quiévrain qui déployèrent des trésors d'imagination pour démontrer que " l'épicier de Vemmele " n'était qu'un vulgaire Guruceta-Muro (l'ami de feu Constant VDS) version belge corrompu par les vils Lusitaniens. Lequel Tapie déclara ensuite " je sais maintenant comment gagner la coupe d'Europe ", et de fait, quelques années plus tard ce fut chose faite avec en chemin des victoires acquises dans des circonstances plus que douteuses (contre le Club Brugge entre autres). Mais je digresse.
Le stade (dont l'équipe locale, le KVK Wemmel, évolue en P3) est composé d'une grande tribune qui fait quasiment tout une longueur de terrain mais où il y a peu de places assises, je dirais une grosse centaine. A part cela, rien d'autre comme gradins, seulement une main courante. Mais, heureusement, la buvette est très accueillante, d'accès direct à la dite tribune et avec une vue imprenable sur le terrain. C'est d'ailleurs depuis cet endroit stratégique que j'ai suivi la rencontre. C'est bien entendu cet aspect-là du football à ce niveau qui est le plus agréable, fait de convivialité et de liberté, aux antipodes de la Division 1 où les visiteurs sont parqués comme du bétail sous les yeux peu amicaux des stewards et policiers locaux, le tout pour des sommes frisant l'extorsion de fonds. En fait c'est à se demander si je veux encore un jour revivre cela - probablement que oui mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?
D'emblée, arrivé au stade, je retrouve plein de têtes connues, beaucoup d'anciens (pas tous hélas) sont là et cela fait chaud au cœur. Mais peu de jeunes, en effet cela fait déjà 10 ans que notre RWDM est mort, 10 ans c'est long et cela fait surtout une génération de supporters perdue…
Comme le disait très justement Olivier Lebbe, connu par tout le monde sous le sobriquet de Dikke (ou Dick c'est selon), ce qui fait l'âme d'un club ce sont ses supporters. Et sur ce plan-là, le projet démarre sur de bonnes bases car il y avait tout de même un gros 200 personnes (certains disent plus) ce qui compte tenu des circonstances (pas au Stade Machtens, un mercredi soir d'août à une heure inhabituelle - 18h30), n'est pas mal du tout. Quelques curieux probablement, ainsi que les familles et amis des joueurs de Diegem (club sans supporters ou presque).
Sur le terrain, malheureusement, l'équipe est encore incomplète. Face à une équipe de Diegem (où évolue le fils d'un certain Ariël Jacobs, accessoirement ex-entraineur du RWDM) prenable, le FC Bleid-Molenbeek (je ne sais pas comment l'appeler d'autre actuellement) commença bien la rencontre en se créant 2 ou 3 occasions valables. Hélas, une fois le premier but visiteur tombé, les lacunes de l'équipe apparurent au grand jour. Précisons que ce but de Diegem fut consécutif à une action où un joueur local (Triantafillidis) se blessa au milieu de terrain sans que les visiteurs ne daignent mettre le ballon en touche - un manque évident de fair-play avec de grandes conséquences.
A partir de ce moment-là, c'est-à-dire où il fallait absolument marquer un but, c'était quasiment mission impossible car il n'y a tout simplement pas d'attaquants dignes de ce nom dans l'effectif. Il paraît que des renforts arrivent, ce sera en tout les cas bien nécessaire. Le 2ème but de Diegem tomba en milieu de deuxième période et est somme toute anecdotique. Sans un Nicolas Hatefi excellent dans les buts (c'est un des 3 seuls joueurs dont je connais le nom, alors je le cite !), l'addition aurait pu être plus corsée en fin de match. Mais tout n'est pas négatif loin de là. Au niveau combativité notamment. Et puis, la D3 n'est pas non plus une division où il est impossible de se maintenir (ce qui est l'objectif du club). Pour avoir vu plusieurs fois l'Union à l'œuvre la saison dernière, le match de mercredi était d'un niveau semblable, en fait cela ne joue pas très vite et les imprécisions techniques sont légions. Mais c'est très beau tout cela, le problème c'est qu'il s'agira de commencer à prendre des points. Malgré le nul très encourageant à La Calamine lors de la première journée, cela ne fait qu'un seul point sur les 6 mis en jeu, et il n'y a déjà plus d'équipes comptant 0 point. Preuve que la division semble être serrée.
Sinon, la troisième mi-temps nous gratifia de la vision du match AEL Limassol (ancien club d'un certain Laurent Fassotte)-Anderlecht en play-off de Champions League pendant laquelle la méconnaissance du football européen actuel de la part des observateurs belges de foot (parmi lesquels beaucoup de journaleux) fut une fois de plus confirmée. Pour nombre d'entre eux, le foot chypriote est encore au niveau de San Marino où de Malte, alors qu'il y a probablement autant d'argent et de joueurs de qualité dans les grands clubs locaux qu'ici. Comme disait le fils de l'autre, le bon président VDS (une sorte de Prince Philippe du football), ne pas se qualifier pour Anderlecht serait impensable. Et pourquoi ? Le score final de 2-1 en faveur de Limassol confirmait ce que je pensais à ce sujet… Mais je m'éloigne… (j'avais envie).
La soirée, déjà bien arrosée, se termina au New Daring, quasiment désert (mais il était déjà tard) et heureusement privé de la présence devenue toxique de Saci mais sous les bons auspices de Danny et sa célèbre chevelure (qui devient de plus en plus clairsemée). ND où je pus une fois de plus mesurer le degré de " faux-culisme " (pense pas que cela existe comme mot mais vous m'avez compris) de certaines personnes…
Prochain RDV, mercredi prochain à 20h au RFC Huy, fief d'une certaine A-M " Peggy " Lizin - décidément, le PS est très (trop) présent pour l'instant autour du nouveau club…

(Texte de Zizou et Photos de Michel Oosters)

David Triantafillidis applaudit les supporters

 

 

 

Michel De Wolf

 

 

 

El Boubsi et Shamavu

 

 

 

Hamza El Boubsi

 

 

 

Archambeau, ex-Brussels, planta la seconde rose !