FC BRUSSELS - RFC LIEGE

2 - 0

Coupe de Belgique - 32ème de finale - Sa 25/08/2012 / FC BRUSSELS - RFC LIEGE (Prom.D) 2-0.

Coqu, Bilgic, Heris, Kawaya, Essikal, Aalhoul, Tunani, Doudouh, Siani, Nahimana, Karagianis (76' Goffin).

CR : Tunani (28'). / CJ : Karagianis. / Arbitre : De Naeyer. / Assistance : 990. / Qualifié.

85' Siani (1-0), 86' Doudouh (2-0).

"Kiki" sur le banc adverse

 

Alexandre Karagianis y va

 

Le très sûr Coqu dégage

 

Nahimana concentré

 

Abdelmajid Doudouh

 

Hakan Bilgic déborde sur son flanc

 

Redouan Aalhoul distribue

 

Sébastien Siani encore et toujours décisif !

 

Lance Kawaya étonnifiant !

 

"Kiki" se console en buvant une Duvel avec Jean

Ce samedi à 18h (ce qui permit d'éviter l'éclairage et une note d'électricité toujours aussi historiquement délicate à honorer), le FC Brussels accueillait au second tour de la Coupe les " Sang et Marine " du matricule 4 (le plus vieux club Wallon du Royaume), une équipe qui traditionnellement ne nous réussit guère ! Remember notamment ce célèbre match de 1996 à Bureaufosse où l'omniprésente maréchaussée n'apprécia que très modérément l'arrivée triomphale de notre char romain au toit tout ouvert ! Bien qu'actuellement promotionnaire, les ouailles de " Kiki " et Bob The Coach venaient tout juste d'éliminer une autre D2, le Roulers de Romain Haghedooren, la méfiance s'imposait donc ! Si notre moyenne d'âge frôlait les 21 ans, celle de nos adversaires du jour en affichait 6 de plus au compteur, c'est dire qu'il faudrait déplacer le combat sur une autre aire de jeu que celle de l'expérience. Hors de question pour les Molenbeekois d'encore louper un 16ème de finale de Coupe de Belgique ; ce coup-ci, tout le monde voulait se frotter à une D1 au tour suivant.
Première halte obligatoire et prémonitoire : le Nouveau Daring où les supporters brillaient à nouveau par leur absence … mais notre Romain Haghedooren avait décidé de venir nous saluer (quel plaisir de voir ce clubman toujours aussi souriant et disponible !).
Ensuite, direction le Temple où, surprise, notre tribune RWDM était bel et bien cadenassée… faut bien avouer que, même avec une seule tribune, il n'était pas vraiment nécessaire de se serrer pour avoir de la place, doux euphémisme ! Aux guichets (oui, oui, au pluriel, y en avait 2 d'ouverts), deux bénévoles pensionnées répétaient à l'envi " boven of beneden ", je leur répondis " au milieu ", ce qui n'eut strictement aucun effet pour leur dérider les zygomatiques (sans doute un lifting trop tendu) vu qu'elle me répétait inlassablement " boven of beneden ", je lui assénais " de toute façon, au Brussels, on se met toujours où on veut " mais elle voulait absolument une réponse et après un chifoumi endiablé j'optai pour le " bas ", stratégiquement bien mieux placé… pour la buvette !
Malgré l'appel au soutien populaire lancé par notre trainer Noureddine, il fallut bien avouer que, cette fois encore, ce furent surtout les supporters adverses que l'on vit en rangs serrés (548 entrées payantes de leur côté pour une assistance totale de 990) et que l'on entendit tout au long du match (notamment les désormais traditionnels au Machtens " on est chez nous " " on n'entend pas chanter les Bruxellois " " et ils sont où les Bruxellois ? "), ah la célèbre ferveur liégeoise, bravo à eux ! Au forfait déjà annoncé de Bonnes (autant le préserver avec 3 matches en 8 jours) se greffa en toute dernière minute celui déjà susurré de notre twin (Geoffrey, qui n'est pas un Borlée hein !). A noter une nouvelle fois que 10 des 15 joueurs apposés sur la feuille de match provenaient de notre excellente école de jeunes ! Fidèle à ses bonnes habitudes, Zaiour avait à nouveau intimé à ses joueurs d'attaquer le match sur les chapeaux de roue, privant l'adversaire du ballon qui circulait vite et bien en nos rangs. Rien que dans le premier quart d'heure on put dénombrer 3 grosses occasions franches : tout d'abord un beau shot d'Aalhoul dévié en corner par le gardien adverse, ensuite une folle chevauchée de Nahimana (ce coureur fou doit sûrement avoir des origines kenyanes ou éthiopiennes) qui décala magnifiquement Karagianis lequel enroula imparablement… sur le poteau, et enfin un shot appuyé du même Nahimana. On sentit très vite que notre adversaire, annoncé comme un épouvantail, ne serait jamais de taille à nous mettre des bâtons dans les roues, tout au plus une brindille (pas Kate Moss bien sûr !). L'arbitre De Naeyer, une sorte de grand échalas tout droit échappé de Pairi Daiza ou Planckendael, et qui semblait avoir des origines paternelles hollandaises et maternelles apparemment liégeoises, le remarqua également bien vite et accomplit un geste citoyen ampli de fair-play afin de donner une toute petite chance à nos adversaires. Kevin Tunani tacla calmement un ballon après 24 minutes quand son adversaire, après un triple salto arrière vrillé suivi d'un quadruple cumulet roulé-boulé en sortie avec cris et hurlements aigus calculés à la grosse louche à 120 décibels, incita la grande perche en jaune sponsorisé par Patrick (calmez-vous les filles, pas Bruel, mais la marque de vêtements sportifs) à se pencher sur son triste sort. Cet olibrius dégaina majestueusement (comme ils savent si bien le faire, sans doute s'entraînent-ils chez eux en tutu devant un miroir et une barre ?) un bristol rouge devant un public finalement plus ébahi que furieux ! Bien que réduits à 10, cette infériorité numérique ne se vit franchement jamais sur le terrain (faut dire qu'eux aussi jouaient à 10 vu les " qualités " indéniables de leur grand black gaucher devant…).
Les Liégeois avaient depuis longtemps déplacé la joute footballistique vers un combat de rue fait de simulations et de comédie. Ils tombaient tous plus vite et plus théâtralement qu'un million de mouches à brin dans une ferme de campagne qu'on aurait saupoudrée de 15 tonnes de Baygon Vert via un bimoteur à épandages ! Soit ils furent tous d'excellents élèves aux cours de Théâtre des Guillemins dont ils assimilèrent bien toutes les options (leur back gauche Turc a même sûrement obtenu la plus grande félicitation du jury), soit après leur retour en car ils durent tous assiéger les urgences de la Clinique de la Citadelle ! On en arriva en toute quiétude à la mi-temps sur un score de parité nul. La seule " vaguette " (bien loin d'un tsunami) qui vint déferler avec lenteur dans nos travées fut la présence à nos côtés d'Habibou… que tout le monde s'empressa de voir comme notre prochain renfort (mais bien sûr, il est cité au Standard pour une somme avoisinant les 2 millions d'euros… et donc, à moins, qu'Eole ait gagné à l'Euromillions, arrêtez de rêver) !
Le Brussels (pourtant à 10) réattaqua la seconde mi-temps comme il avait commencé le match, en asphyxiant son adversaire et se créa d'emblée deux opportunités, à savoir un slalom de Bilgic ponctué d'un shot écrasé du gauche et un centre de Nahimana que le gardien intercepta au nez et à la barbe de Siani. Le seul moment de panique se situa finalement à la 64ème lorsque " Pilou " suppléa notre gardien-libéro à même la ligne et que Bilgic prit en pleine poire le shot qui s'en suivit, c'est cela l'incarnation de l'esprit de groupe qui fit tellement défaut lors des deux dernières saisons… A la 67ème, une action en triangle Siani-Karagianis-Doudouh aurait pu et dû se retrouver couronnée de succès mais les Liégeois s'en tirèrent une nouvelle fois de justesse. A un quart d'heure de la fin, notre gardien-libéro Coqu se troua quelque peu lors d'une de ses sorties lointaines, mais sans aucune conséquence néfaste !
On se dirigeait calmement vers les prolongations, ce qui ne m'enchantait guère (vu que le parking du GB baissait sa grille à 20h30 et que je n'avais nullement envie de voir ma Zobmobile emprisonnée, et donc me retrouver piéton à 60kms de chez moi), mais je pensais surtout au club (hum hum) : comment arriverions-nous à encore obtenir une fois ce foutu sésame (licence) si on était obligé d'allumer nos loupiotes durant toute une longue demi-heure non prévue ? Plus sérieusement : après une heure en infériorité numérique, comment allions-nous résister physiquement à ce rabiot temporel ?
Hé bien non car nous vécûmes alors 5 dernières minutes complètement folles lorsque, comme d'habitude, notre Captain sortit son gri-gri de la poche de son short et nous gratifia une nouvelle fois d'un superbe caviar Béluga : Nahimana se lança encore (tête baissée bien sûr) dans un slalom qu'il ponctua d'une magnifique ouverture à Siani dont le shot du gauche ne laissa pas l'ombre d'une chance à l'infortuné gardien adverse : 1-0. Pis, la minute suivante, ce même Siani récupéra le cuir au milieu de terrain, mit un homme dans le vent (style Coxyde à la Toussaint), s'appuya sur Aalhoul dont le une-deux fut parfait (style Iniesta-Xavi), et se retrouva seul devant le gardien, mais en bon capitaine il offrit le but au jeune et méritant Doudouh qui n'eut plus qu'à pousser le cuir au fond des filets : 2-0. Lors de l'ultime minute, Siani se retrouva à nouveau face au portier adverse, mais il ne put cette fois le crocheter. On en resta donc sur ce score qu'on n'espérait plus quelques minutes auparavant et une qualification méritée !
Une chose est sûre : il faudra vraiment que Dia et Nicaise soient hyper-performants car s'ils s'imaginent qu'ils vont renvoyer sur le " dugout " Lance (encore excellentissime hier et formant une paire infranchissable avec son pote Jonathan) et Redouan (abattage, technique et abnégation), ils se fourrent profond les doigts dans le nez et les orteils dans le c**… il va falloir aller au charbon : y aura de l'émulation, c'est sûr !
Ces contrecoups n'annihilèrent point les velléités vocales des fans visiteurs qui continuèrent bien après le match à remercier leurs joueurs en sortant tout leur répertoire habituel dont un " Liégeois Liégeois " auquel quelques supporters Brusseleirs répliquèrent savoureusement par un " rentre chez toi " !
L'opération-séduction quémandée par notre entraîneur fut une réussite et cette équipe, si on lui adjoint un passeur et deux attaquants (Rossini et Mokulu sont chuchotés sous le manteau), devrait enfin passer une saison des plus tranquilles… alleluia ! Sans oublier que le retour tant espéré de notre Jérôme national semble imminent, de quoi ajouter peps et expérience de la D2 à toute cette meute de louveteaux !
Ne boudons pas notre plaisir : nous n'avions plus passé 2 tours de Coupe depuis le 24 août 2003, première année d'existence du FC Brussels… et donc considérons que ce futur 16ème de finale contre une D1 comme notre match de gala du pauvre. Deux options se discutaient entre supporters : à la maison contre une équipe du bas de D1 (et donc l'espoir d'encore passer un tour) ou chez un ténor (une bonne recette et un bon test pour nos jeunes se jauger) ! Et vous, votre choix, c'est quoi ?
Comme Zizou, gageure réussie pour moi aussi (très difficilement je vous le concède, ce fut un intense effort de chaque instant) : une review toute entière sans un seul mot sur qui vous savez, yesssssssssssss ! Mais ce ne sera qu'un one-shot, croyez-le bien ;-)


PS : Si quelqu'un est intéressé par la confection de temps à autre (ou même plus souvent) d'une review sur le FC Brussels, qu'il me le fasse savoir car je ne pourrai pas toutes les assurer. Liberté de parole quasi assurée (sauf insultes et attaques directes entre supporters) qui n'engage que vous ;-)

(Texte de Zob et Photos de Jan Missotten)

Heris toujours intraitable !

 

Kevin Tunani avant la 24ème minute...

 

...incompréhensiblement exclu ensuite...

 

... Coqu n'est pas d'accord (nous non plus !)...

 

... et même Zaiour demande des comptes !

 

Le célèbre "Jelle" entouré de Jérémy et Bart

 

Une photo inédite de Nahimana... tête levée !

 

Victoire pour Lance Kawaya

 

El Banouhi et Doudouh félicitent Siani pour son but salvateur

 

Doudouh avec El Banouhi et Lokilo

 

Zaiour hilare après la qualification

 

Le buteur Doudouh congratulé par Nahimana