AFC TUBIZE - FC BRUSSELS

3 - 0

(5) Ve 14/09/2012 / AFC TUBIZE - FC BRUSSELS 3-0.

Coqu, El Banouhi, Kawaya, Heris, G.Cabeke, Nollevaux (46' Aalhoul), Tunani, Bonnes (69' Doudouh), Nahimana (46' Tonini), Siani, Gounongbe.

CJ : -. / Arbitre : Ottevaere. / Assistance : 400. / Classement : 18è.

26' Mulisa (1-0), 50' Liard (2-0), 68' Onana (3-0).

Tribune principale du Stade Leburton

 

 

 

Vue de la Tribune Visitée

 

 

 

Vue sur Tribune Visiteurs

 

 

 

Tribune de leur "kop"

 

 

 

Vue sur l'autre goal et son mirador

 

 

 

Le célèbre mirador derrière le goal d'en face

 

 

 

Toutes les 15 minutes le long du terrain : tûûûûûûût !

 

 

 

 

Abbas Bayat, un président qui tient ses promesses !

 

 

 

A quand un "Molenbeekois are back !"

 

 

 

 

Ce qu'on a vu en abondance durant les 13 premières minutes : la grosse drache !

 

 

 

 

Dante Brogno, heureux entraîneur Tubizien!

 

 

 

Le Manager Saint-Jean, retour gagnant à Tubize !

 

 

 

 

Le Ref Jonathan Lardot qui nous crucifia il y a 2 ans !

 

 

 

Le célèbre suicidaire loupé de l'an passé, le linesman Chris Schelstraete

Vive Abbas Bayat : enfin un président despote supracontesté (et le mot est faible) qui tient parole ! Pourvu qu'il fasse incessamment sous peu un émule voire un (con)disciple car nous on en rêve depuis au moins 2 ans ! Certes les 5 premières années du potentat de qui vous savez (ou devinez) furent fabuleuses, mais les 5 suivantes sont à classer enfermées à triple tour dans les archives du Vatican et surtout ne plus jamais les en ressortir ! On aimerait tant s'assimiler aussi leur slogan publicitaire " Molenbeekois are back ! " (avec un Jelle maquillé en rouge-noir-blanc qui se mettrait à chanter quand on lui appuierait sur le nez… rouge) mais ne nous leurrons pas, ça n'arrivera jamais et les 95% de supporters Molenbeekois continueront (depuis 3 mois ou 10 ans, c'est selon) à déserter le Machtens pour s'emmerder dans d'autres occupations qui ne leur donneront jamais autant de satisfactions que quand nous suivions de par le Royaume le vrai RWDM ! Il est vraiment plus que temps d'assumer ses actes, ses déboires, ses ratés, ses félonneries, ses déclarations, ses insultes et enfin passer légitiment la main ! S'il n'avait pas tellement peur d'abandonner son pouvoir (et retomber très vite dans les tréfonds abyssaux de l'anonymat du foot belge) et que son successeur fasse bien mieux que lui (comment pourrait-il d'ailleurs en être autrement ?), il aurait également pu avancer un prix raisonnable (et non aussi répulsif que risible) de rachat du club (comme le buveur de Chaudfontaine Iranien par exemple) et jeter le gant pour le bien de son (notre) club, mais non, cette promesse rejoindra à tout jamais toutes les autres jetées en l'air dans l'encyclopédie universelle des non tenues ! Bayat a régné 12 ans, Vermeerschescu entame sa 11ème saison (avec un an d'interdiction de zone neutre d'ailleurs, bravo, belle image pour le club une nouvelle fois, encore et encore) : n'a-t-il pas envie de devancer son collègue Carolo dans ce si spécifique classement, surtout que lui n'a pas de neveux à placer ? Au lieu de brutaliser un arbitre et lui adjoindre violemment de " foutre le camp " (sic)… n'a-t-il finalement pas envie de suivre lui-même son propre conseil et quitter le Stade Machtens ? A moins que notre nouvelle vague directoriale n'arrive enfin à le pousser très gentiment et délicatement dans le dos à défaut d'un bon gros coup de pied au séant… allô " Eole " ?
Hé bien oui, nous voici donc lanterne rouge de D2 (ça devient habituel diront certains) ! Les uns affirmeront avec véhémence que la malchance est accablante (blessures de pions essentiels comme Bonnes et Nollevaux, exclusions à répétition et poteaux bien trop larges à profusion), le tout étant surtout d'éviter cette spirale négative et de vite rebondir sur (enfin) une victoire. N'a-t-on finalement pas dominé dans le jeu des équipes comme Boussu-Dour et Mouscron-Péruwelz qui trônent pourtant actuellement au faîte de la hiérarchie de l'antichambre ? Les autres clameront que tous ces signes avant-coureurs ne sont finalement que le reflet habituel d'une équipe bien trop jeune à laquelle il manque quelques bons vieux briscards, de vrais " salopards " sachant remettre la chapelle au milieu de la mosquée (ça se fait bien à la Mezquita de Cordoue, donc pourquoi pas chez nous après tout ?). Le mercato est certes officiellement terminé, mais il subsiste tellement de chômeurs belges encore transférables, qu'il faudrait peut-être y songer avec les yeux de Chimène pour Rodrigue (sauf pour la conclusion du Cid), non ? Allô " Eole " ? Il y va de notre survie là !
En ce vendredi (perso, je déteste le foot ce jour-là), notre hôte du jour était l'AFC Tubize à qui on promettait une année vouée aux gémonies et une descente quasi assurée en D3 à cause de son manque de liquidité criard (comme nous d'ailleurs). Mais force est de constater qu'en plaçant un Philippe Saint-Jean aux commandes, l'équipe de l'ancien émissaire royal Raymond Langendries a tapé dans le mil et se tient actuellement bien au chaud au milieu du classement avec 3 points de plus que nous… les rejoindrions-nous après cette joute ? Nous l'espérions tous !
Mon petit coup de cœur pour ce match datait d'une dizaine de jours quand Monsieur (lui, c'en est un vrai !) Thierry Dailly m'annonça qu'il se rendrait à ce match à nos côtés, nous les supporters qui ne l'oublierons jamais tant il fut partie prenante dans le maintien en vie de notre club en D2 durant 2 ans avant de devoir démissionner le cœur brisé après avoir joué ses santés physique et financière pour notre team ! Thierry me rappela ce jour pour me signaler qu'hélas il serait dans la tribune latérale et pas derrière les goals avec nous, dommage ! Il s'enquit également des dernières infos sur le FC Bleid Molenbeek et ne comprenait toujours pas pourquoi, si on partageait bien un stade entre 2 teams à Milan, Rome et même Bruges, on ne puisse pas le faire aussi au Machtens… nous non plus on ne pige pas, je te rassure, Thierry ! Et dire que même le Pairay accueille conjointement le RFC Liège et Seraing !
Heureusement, pas besoin de quitter la chaleur de son domicile fort à l'avance pour ce tout petit déplacement de 27kms (et 21 pour les Molenbeekois), que ça fait du bien deux jours à peine après un aller-retour de 324kms à Bocholt ! Comme d'habitude, le plus chiant là-bas étant toujours la longue randonnée sportive à laquelle on doit s'astreindre en se tapant une interminable rue au dénivelé rappelant l'Alpe d'Huez avant de couper dans leur petit parc non éclairé et plein de trous remplis de fourbes flaques d'eau (me rappeler de bien imperméabiliser les groles et de ne pas m'y tordre la cheville) ! Et pas question de couper à travers la végétation tant la pente est forte, sous peine de tout dévaler sur le cul, devenir la risée de tous et craindre ensuite le légitime courroux de sa femme (quand elle nous reverra maculés de boue) ! Et n'oublions pas comme pittoresque décor derrière le goal en face une espèce de métallique mirador tout droit échappé d'Auschwitz ainsi que la ligne de chemin de fer longeant le terrain et nous offrant le même spectacle tous les quarts d'heure : tûûûûût !
On espérait tous enfin ce déclic salvateur qui nous ferait regrimper le classement comme Sly dans Cliffhanger, tous les voyants étaient au vert avec les retours des Bonnes, Tunani et Nollevaux (seuls Essikal demeurant suspendu et Tonini légèrement incertain). J'en étais intimement persuadé : on allait gagner facile dans le Brabant Wallon ! Toutefois, ce court déplacement fut souvent générateur d'insolites aventures dans un passé récent et on se demandait donc vraiment ce qui allait encore se passer et nous tomber sur la cafetière au Stade Leburton lors de ce derby brabançon : il y a 3 ans on égalisait certes lors de la dernière seconde du dernier match de championnat mais après l'avoir dominé de la tête et des épaules, il y a 2 ans on y fut détroussé comme dans un bois par le très jeune ref Jonathan Lardot influencé par les pontes Tubiziens à la mi-temps alors qu'on y menait 0-2, et l'an passé ce fut la célébrissime tentative de suicide d'un linesman (Chris Schelstraete) et notre match fut reporté et finalement joué sous un véritable déluge et un bourbier rappelant les champs de bataille Napoléoniens le lendemain des combats… mais visiblement il était alors impératif de le jouer ! Avant de prendre mon ticket à la grand-mère bénévole arborant son écharpe Tubizienne aux guichets, je m'enquis tout d'abord par prudence de la bonne santé affichée par le trio arbitral (on ne sait jamais si l'histoire repassait les plats), mais ce trait d'ironie ne rencontra pas la réaction escomptée de la part de la bonne dame, mis à part un énorme point d'interrogation sur son front ! Ensuite direction buvette où nous étions, et c'est un euphémisme, très clairsemés (notez que ça réduit drastiquement le temps d'attente, on est bien loin d'une boucherie Renmans)!
Noureddine Zaiour lança dès le début les Bonnes, Tunani et Nollevaux, laissant Aalhoul et Tonini sur le banc, bien au chaud. Force fut de constater qu'on ne reconnut jamais l'équipe alléchante que nous vîmes durant tous les autres matchs de cette saison : aucune envie, aucune passion, aucune puissance, aucune hargne, aucune construction, aucun sens tactique, aucun esprit d'équipe, aucune osmose, pas de gnak, pas de démarquage, rien de chez rien, nullissime à souhait ! A tout moment on était persuadés de prester à 6 contre 11, tant la combativité adverse coïncidait avec notre apathie léthargique ! Ils étaient toujours à 3 sur chaque ballon tandis que de notre côté le possesseur du cuir se trouvait esseulé sur son île déserte sans qu'aucun de ses collègues ne s'inquiète peu ou prou de son triste et non envié sort ! Nos joueurs manquaient cruellement de la plus infime once de testostérone, à croire qu'ils s'étaient plutôt gavés d'œstrogènes à chaque repas de la semaine écoulée ! Franchement, nous ne fûmes aussi mauvais (expressément ?) que lors des célèbres matchs de grève de l'an passé quand nos joueurs étaient impayés depuis des lustres ! Personne ne fut à sortir du médiocre lot ce soir : seuls les jeunes El Banouhi et Aalhoul (en seconde mi-temps) prestèrent à un niveau convenable. Notre manque d'engagement et de rage se refléta également dans les bristols : ni rouge ni jaune, une grande première qui mériterait à coup sûr d'être autant médiatisée qu'une sortie de produits high-techs chez la marque à la Pomme Américaine !
Le match débuta bien entendu sous une grosse drache nationale, pour ne pas changer. Bien que nous nous situions dans notre habituelle tribune couverte, leur toit arborait certains gros trous béants qui, sans doute, étaient là pour permettre à certains de prendre leur douche s'ils en ressentaient un besoin légitime ! Les visités monopolisaient très largement le cuir qu'aucun Molenbeekois ne désirait apparemment leur contester. La tactique était clairement de jouer le contre, du moins c'est qu'on espérait alors, sinon on était bien hyper faibles (la seule solution se révèlera finalement la bonne pioche hélas). A la 13ème minute on aurait pu voir un tout autre match si Siani, après un déboulé de Nahimana, eut canonné dans le but vide au lieu de faiblement placer son envoi que le gardien eut tout le temps d'intercepter. Même le ciel se figea et se crispa suite à cette gigantesque occasion galvaudée… et il s'arrêta tout net de déverser ses cordes ! Notre défense affichait un manque de sûreté criarde qu'on ne lui connaissait pas : Kawaya fit de loin son plus mauvais match, Heris ne semblant pas dégager le même entrain qu'à sa bonne habitude tandis que Geoffrey pataugeait royalement dans la semoule, sans arrêt pris entre deux ou trois chaises sans que jamais Nahimana ne vole à son secours ! Que dire de l'entrejeu qui fut tout sauf complémentaire ? Certes, ce sont 4 bons arracheurs de ballons, mais aucun ne semble capable de construire la moindre velléité offensive digne de ce nom… qu'on est bien loin du triangle magique Mendy-Savi-Houri que Thierry Dailly nous avait dégoté (le pauvre qui assistait à cette joute dut à coup sûr remplir un gros carton de mouchoirs Kleenex avec ses sécrétions lacrymales tout en se désolant de voir son club de cœur tombé aussi bas) ! Devant, c'était du même tonneau : le Capi semblait totalement amorphe à des kilomètres de la pelouse tandis que le pauvre Gounongbe devait revenir tellement bas pour avoir une chance de caresser le cuir qu'il en perdait toute dangerosité ! Cette équipe Tubizienne me sembla déjà fort faible, mais c'était le Brésil des Pelé et Garrincha à côté de nos hémiplégiques ! Arrivés à ce point abyssal de médiocrité (après de pourtant très bons matchs auparavant, comprenne qui pourra), on est franchement obligés de se poser des questions : y aurait-il un problème relationnel dans l'équipe ? Seraient-ils à nouveau impayés ? Saboteraient-ils l'entraîneur ? etc etc… Ce qui devait arriver arriva comme de bien entendu lorsque Camargo put débouler le plus librement du monde sur tout notre flanc gauche sans jamais être inquiété par Nahimana ou Cabeke, il pénétra dans le rectangle et centra en retrait au petit rectangle pour un Mulisa totalement laissé libre par Kawaya, Heris et Coqu : 1-0 à la 26ème comme à la parade sur leur première occasion ! Sébastien Siani obtint une occasion unique (sa seconde de la soirée) de rétablir la parité au marquoir juste avant le café chaud et les sandwichs quand il reçut en cadeau son deuxième face-à-face avec le gardien adverse. Au lieu de boulonner, à nouveau il offrit le ballon au gardien qui n'en demandait pas tant ! Certains dirent même que cela ressemblait à une passe au gardien ! Alors quoi : mal être ou méforme passagère ?
Durant la mi-temps, Zaiour imposa un échauffement punitif supplémentaire à nos joueurs au centre du terrain et remplaça nos deux médians de couloir Nollevaux et Nahimana par Aalhoul et Tonini. Honnêtement, si les règles de l'International Board l'avaient permis, Noureddine aurait pu remplacer toute l'équipe à part Soufiane ! Ces changements tactiques ne métamorphosèrent en rien notre insipide jeu d'équipe qui n'en eut jamais que le nom tant il nous sembla receler que de quelques individualités bien distinctes sans solidarité aucune. En tous cas, ce match fera l'affaire de Jean Destrijker qui ne sera nullement obligé de laver nos maillots tant ils demeurèrent nickel ! Ce n'est pas que Tubize se montra attractif ou pressant, mais il trouva encore l'ouverture sur 2 coups-francs de Liard. Le premier des 30 mètres et excentré laissant Coqu sans réaction et le second vit le nain Onana placer tranquillement sa tête parmi nos géants (de par la taille s'entend) ! On comptait alors un retard de 3 buts et Doudouh doubla bien Bonnes lors de la minute érotique, mais comment vouliez-vous qu'il inverse une situation complètement insoluble à lui tout seul ? Et nous voilà donc repartis sans aucun soupçon de révolte avec un 3-0 non forcé et tranquille dans les bagages ! Dire que les quelques courageux (ou inconscients ?) joueurs qui vinrent nous saluer tête basse à la fin du match furent chaleureusement accueillis serait lourdement travestir la réalité ! Messieurs les joueurs, sachez que vous nous devez une énorme revanche car vous valez bien mieux que cette non prestation collective ! De plus en plus solidement accrochés à notre lanterne rouge avec des matchs à venir contre des Eupen et Antwerp, la morosité nous guette du coin de l'œil ! La crise couve-t-elle en coulisses ? Les 82 supporters ayant fait le déplacement s'en repartirent autant déçus qu'abattus moralement dans un silence de cathédrale, certains promettant à nouveau qu'on ne les y reprendrait plus jamais… c'est sûr qu'un tel " spectacle " ne convaincra personne de revenir tâter du Machtens ! Cette fois, c'est sûr, les absents avaient eu foutrement raison !
N'ayant pas la " science " illuminatrice d'un Paco Rabane, je ne connais nullement la teneur et les aboutissants de mes vies antérieures, mais il est certain que j'ai dû blasphémer solidement et à répétition tous les Dieux existants sur tous les continents (et même univers) possible car sinon pourquoi aurais-je reçu l'ignoble punition de supporter les clubs Molenbeekois dans cette vie actuelle ? Jugez plutôt : 450kms en 3 jours, un 10-0 bien tassé et indiscutable dans la gueule, un MDW que tout le monde veut abattre, un JV toujours aux commandes et 2 lanternes rouges indiscutables en prime ! Avouez qu'on pouvait espérer un tantinet moins sévère comme sanction sportive ! Je tenterai encore de prier pour le salut de nos clubs ce dimanche à la messe, mais je parie que mes suppliques resteront à nouveau inaudibles pour le Très Haut !
A 22h15, je ramenai Christian chez lui et acceptai lâchement son invitation de noyer notre chagrin commun avec moult Grands Crus St Feuillien et une excellente bouteille de Gigondas 2006… mais à 2h du mat je n'avais hélas rien oublié de cette morose soirée et pris donc mon indispensable Neurofen avant de vous pondre ce qui précède! Allez, courage, demain sera un autre jour pour plus de 7 milliards d'êtres humains vivant sur notre bonne vieille planète bleue… sauf si vous supportez un club Molenbeekois bien sûr !

(Texte de Zob et Photos de Google)

C'est au moins "Sly" qu'il nous faut pour regrimper dans le classement !

 

 

 

Ou alors une injection de testostérone ?

 

 

 

 

L'abattage de Mendy toujours pas remplacé

 

 

 

Idem pour la construction de Savi

 

 

 

Et surtout la finition d'un Houri

 

 

 

 

Thierry Dailly présent au match...

 

 

 

... a dû beaucoup pleurer en voyant ce qu'était devenue son équipe !

 

 

 

 

Il nous en faut, des salopards... avec urgence ! Allo "Eole" ?

 

 

 

 

Il eut fallu qu'elle autorise au moins 9 changements pour qu'on s'en sorte ce vendredi soir !

 

 

 

 

Grand Cru St Feuillien et Gigondas 2006...

 

 

 

... il fallut bien ça pour oublier cette horrible soirée !