FC BRUSSELS - KSV ROULERS

0 - 1

(8) Ve 05/10/2012 / FC BRUSSELS - KSV ROULERS 0-1.

Coqu, El Banouhi, Tunani, Heris, Essikal (74' Karagianis), Aalhoul (55' Gounongbe), Nollevaux, Bonnes, G.Cabeke (87' Tonini), Siani, Nahimana.

CR : Nollevaux (75'). / CJ : Aalhoul, Essikal, Tunani. / Arbitre : Lambrechts. / Assistance : 500. / Classement : 18è.

71' Euvrard (0-1).

Ce vendredi soir (merci Belgacon), nous recevions Roulers, soit un match entre deux ex-D1 qui n'en ont vraiment plus qu'un vague et très lointain souvenir, tant elles sont actuellement médiocres. Il s'agissait bien évidemment du match rêvé pour nos ouailles se sortir la tête de l'eau, car battre des Roulariens quasi aussi mal embarqués que nous et accumulant les déconvenues ne recelait vraiment rien d'utopique, que du contraire. Nous étions au devant d'un véritable match à 6 points pour notre survie et, en cas de victoire, nous dépasserions nos hôtes au classement, abandonnant enfin du même coup cette foutue lanterne rouge qui nous collait aux basques. On exigeait donc de voir une énorme " struggle for life " sur notre pelouse !

C'est sous un véritable déluge pluvial que j'entrepris de me rendre au Temple, et ça n'allait que très peu se calmer. A nouveau la croix et la bannière pour trouver une place de parking… qu'est-ce que ça serait si on avait un président donnant envie aux fans de revenir ? Pour une fois, merci JV d'avoir fait fuir 90% de notre public, sans toi, je galèrerais encore plus pour trouver où fourrer la Zobmobile durant les matches !
Conscient du délabrement de notre jeu depuis le changement tactique dû à l'arrivée de Gounongbe, Zaiour décida d'en revenir à son schéma de début de saison et plaça donc le buffle Nahimana aux avant-postes au détriment de Fredje qui du coup cira le banc. L'idée de mettre de la vitesse dans le dos des lents défenseurs Roulariens était pertinente, mais encore eût-il fallu posséder en nos rangs la moindre petite once de finalisation, ce qui décidément ne sera sans doute jamais le cas cette saison vu que nous vendangeons bien plus sur notre pelouse comme tous les viticulteurs bordelais réunis !

Ce fut toujours la même " ferveur " populaire dans notre bon vieux stade : un silence de cathédrale respectant scrupuleusement 90 minutes de silence pour la disparition de tous nos supporters ! C'est pas compliqué, si Vermeerschescu continue encore à dégoûter ne fut-ce que 2 ou 3 spectateurs, il y aura bientôt plus de joueurs sur la pelouse que de supporters dans notre tribune " kop " ! Que je suis content que mon grand-oncle ne soit plus de ce monde pour contempler cette déchéance ! Quant à Roulers, ils ne se déplacèrent visiblement qu'à une petite vingtaine (peut-être leur équipe réserve ?).

Comme à notre habitude, on prit le match à bras-le-corps et nous nous créâmes une kyrielle de possibilités franches que nous gâchâmes avec une application méritant la médaille d'or de la stérilité… voire de la bêtise ! Nahimana obtint ainsi deux toutes grosses occasions qu'il dilapida avec une dextérité frôlant la perfection parce qu'il ne possède vraiment pas de pied droit (même pas pour descendre du bus sans doute). La première fois, il se présenta seul devant le gardien adverse et oublia d'utiliser son droit pour le contourner, offrant littéralement le cuir à un Lentz n'en espérant pas tant ! La seconde fois, il croisa bien trop sa frappe du droit alors que Lentz était venu à sa rencontre, c'était vraiment une occasion inratable… sauf pour notre team bien sûr ! Geoffrey y alla encore d'un superbe centre-tir que le gardien claqua au-dessus de sa cage et Capi vit sa violente reprise contrée par un défenseur suppléant son dernier rempart. On ne vit tout simplement jamais nos visiteurs en possession de balle aux alentours de notre rectangle lors de ce premier time, mais au vu de notre infertilité chronique on attint donc la mi-temps sur l'habituel score de parité nulle : 0-0, quel gâchis une nouvelle fois !

Les Roulariens durent sûrement se faire tancer tant et plus dans leurs vestiaires par leur coach car ils remontèrent sur le terrain avec des ambitions bien plus visibles. La buvette des Socios avait eu l'excellente idée d'installer un écran géant où déferlaient les images de Belgacon 11… on pouvait donc regarder le match bien au chaud, la chope en main et sans rater la moindre ambiance (vu qu'il n'en est plus question dans nos tribunes cette saison… merci qui ?). Sans la maladresse devant le cadre d'un De Rechter qui loupa l'immanquable à deux reprises en moins de 10 minutes (il pourrait en tous cas jouer chez nous, il en a les " qualités " requises !). A ce moment, je regagnai le Bloc A et ne dut point me faufiler entre les rangs serrés pour retrouver ma place, lapalissade ! Nourredine tenta alors un coup et remplaça Aalhoul par Gounongbe, et comme par hasard l'équipe perdit instantanément son football sans l'apport du jeune Redouan ! Le même Gounongbe nous prouva ensuite tant et plus qu'il ne serait sans doute jamais le messie que nous implorions tous des deux mains, que du contraire, l'équipe prestant bien mieux sans qu'avec lui. De plus, quand il joue, il repousse alors systématiquement Nahimana ailleurs sur l'échiquier où il est beaucoup moins productif. Et que dire de toutes ses déviations bien trop longues de la tête qui furent autant de caviars pour le gardien adverse… Fredje y alla encore une fois style bulldozer dans le rectangle et, suite à un contre heureux, il plaça le cuir… sur la barre ! Enfin, suite à un magnifique débordement de Cabeke, il se permit l'outrecuidance de canonner dans les nuages un parfait ballon en retrait au petit rectangle qu'un préminime Cambodgien aurait à coup sûr converti en but ! Et l'inéluctable qu'on appréhendait tous arriva comme de bien entendu : à 20 minutes de la fin, un tir anodin de Lutun que le Coqu des années précédentes aurait capté en un temps entre ses deux auriculaires et en rigolant… hé bien il ne put finalement que le repousser style savonnette de beach-volleyeur dans les pieds d'Euvrard qui poussa calmement le cuir au fond des filets d'un Stéphane sans réactivité aucune : 0-1 ! Pour l'avoir " détesté " à chaque fois qu'on jouait contre les Francs Borains (tant il arrêtait tout) et pour avoir pris connaissance de ses exploits Carolos l'an passé, on se demande vraiment si nous avons hérité du même gardien ? Autant il paraît très fréquemment à l'aise et autoritaire, autant il commet parfois une erreur assez inhabituelle pour lui et qui coûte hélas des points depuis ce début de saison ! Mais que se passe-t-il avec Stéphane ? Manque de moral, mauvaise ambiance inhérente au club (ou au sein du groupe même ?) ne lui permettant pas de s'exprimer comme il le voudrait, spirale négative de l'équipe qui l'entraîne vers le bas, fan inconditionnel de Sierens, victime du syndrome Cordier ? Cette équipe en gros manque de planches a pourtant bien besoin de l'expérience et la farouche volonté d'un leader comme lui (tout comme Siani d'ailleurs). Ce ne sont pas les jeunes dont la fougue s'est très logiquement étiolée au fur et à mesure des défaites qui doivent le faire ! Vas-y, Stéphane, on a confiance en toi, ça va revenir ! Il faut que des leaders sortent du bois sans quoi nous courons tout droit à l'abattoir comme des moutons bêlant d'insouciance et d'ignorance.

Zaiour remplaça immédiatement un Essikal à côtés de ses studs (à nouveau archi-mauvais hélas, quelle différence avec Romain ! Ca valait vraiment la peine de le snober, bravo JV !) par Karagianis qui décocha un bon shot du gauche, et puis ce fut tout ! La minute suivante, Jérôme, qui était alors à créditer d'un fort bon match, y alla d'un tacle de frustration sur un adversaire et fut alors très logiquement prié par le referee d'aller prendre sa douche avant ses petits camarades. Le dernier quart d'heure en infériorité numérique fut insipide à souhait. Une question perla sur toutes les lèvres : le veulent-ils finalement… ou pas ? Le pauvre Tonini fut bien jeté dans la marre aux canards, mais comment renverser une situation autant compromise en quelques insignifiantes 120 secondes, franchement ? Au sein d'une morosité ambiante, l'arbitre rajouta bien quelques minutes d'extra-time, mais en jouant de la sorte c'est 120 heures qu'il aurait dû nous offrir pour pouvoir enfin scorer ! Finalement, le meilleur moment du match fut sans conteste le geste de Romain Haghedooren qui, dès le match fini, vint nous saluer en se martelant le cœur (Romain, si tu me lis, tu nous manques autant sur qu'en dehors de la pelouse ! Merci qui, encore une fois ?). Quelle catastrophe, quel manque criard de qualité et d'envie, nous voilà encore bien plus accrochés à la lanterne rouge (définitivement ?)… et ce n'est que mérité car, reconnaissons-le, Roulers fut une des équipes les plus faibles qu'il me fut donné de voir évoluer ces dernières années au Machtens, mais ils remportèrent tout de même les 3 points, c'est dire notre " qualité " intrinsèque ! Si on n'arrive même pas à triompher face à de telles équipes, nous ne battrons personne dans cette D2 ! Ce match aurait dû servir de déclic, mais ce fut finalement des claques ! Pffff, encore 120kms de diesel et 5 heures de ma vie perdus pour… ça ! On s'emmerde bien plus dans ce stade qu'en regardant une émission thématique animalière de nuit sur la reproduction en liberté des crevettes roses en Atlantique Nord par temps de pluie à 3 degrés… et en plus tout le monde tire sans cesse la gueule vu le spectacle proposé, l'érosion va encore frapper, c'est sûr et certain ! En tous cas, pas de Westerlo malgré sa célèbre et savoureuse Tongerlo pour moi samedi prochain, ça c'est sûr !

Allez, je vous livre le dernier potin du jour circulant dans les travées : un groupe immobilier de construction français (Bouygues ?) serait intéressé par la reprise conjointe (en un package style emballage cadeau couleur Papa Noël avec cocarde mixte vert sapin et jaune poussin) de la société Vermeersch Construct et de son club de foot (ben tiens)… qu'il se dépêche alors, car à la vitesse où le béton local s'effrite ici, il ne restera bientôt plus que poussière, décombres, cendres et nos yeux pour pleurer sur le bon vieux temps passé en compagnie du grand RWDM !
Ne nous voilons pas la face : on est dans la mouise jusqu'aux oreilles et aucune éclaircie à perte de vue. C'est la crise profonde, la longue descente vers la D3 et la mort annoncée inéluctable ! Alors, il va falloir enfin se bouger les couilles dans les business ! Cette équipe manque clairement de joueurs d'expérience aux postes-clés, il conviendrait donc de vite et bien transférer afin de se sortir de cette tornade négative avant qu'il ne soit trop tard… mais évidemment, notre " dirigeant " sera beaucoup plus enclin à faire sauter tôt ou tard le fusible habituel qu'est l'entraîneur, non ? C'est tellement facile ! Mais qui ferait beaucoup mieux dans les mêmes conditions ? Franchement, le responsable ne serait-il pas finalement notre manager sportif qui a " bâti " cette équipe en omettant certains rouages (n'est pas Thierry Dailly qui veut !) ? Quel comble pour un bâtisseur professionnel ! Notre omnipotent dictateur ne devrait-il donc pas plutôt virer cet incapable acheteur de chairs humaines demeuré 30 ans en arrière au temps du foot de papa ? Oh, mais, suis-je bête, ne s'agit-il pas en fait toujours de la seule et même personne, responsable avéré de tous nos maux ? Et donc, s'il s' " auto-virait " lui-même, ne serait-ce finalement pas une première mondiale ?!?

(Texte de Zob et Photos de www.ksvr.be)