FC BRUSSELS - K ST TROND VV

0 - 3

(10) Di 21/10/2012 / FC BRUSSELS - ST TROND VV 0-3.

Coqu, Heris, Tunani, Nicaise (69' Siani), G.Cabeke, Habarugira, Nollevaux, Aalhoul (54' Karagianis), Bonnes, Gounongbe, Nahimana (17' Tonini).

CJ : Bonnes, Nollevaux. / Arbitre : Bylois. / Assistance : 750. / Classement : 18è.

19' De Groot (0-1), 52' Schouterden (0-2), 84' Andrade (0-3).

En ce beau dimanche après-midi d'octobre, que de beaux souvenirs de moments passés à nous rendre au stade par un soleil automnal. Nous marchions sur un tapis de feuilles mortes avant de voir nos guerriers défendre l'honneur des rouges et noirs. Mais aujourd'hui, à nouveau très peu de monde où que vous soyez ! Pas un chat devant les célèbres frit-kots ! Idem aux guichets : que ce soit hélas devant, et même derrière avec toujours un petit mot aimable pour les sympathisants "c'est pas ce guichet-ci (il n'y en a que deux)", cette personne revenant sûrement d'un stage à la poste ou chez Fortis. Malgré tout, pour nous qui avons encore le culot d'acheter bien cher notre abonnement (merci Papa), nous nous efforçons de la saluer gaiement avant de se taper le parcours serpentaire où les derniers bénévoles contrôlent encore la masse des spectateurs (masse signifiant bien entendu les ventrus qui passent les grilles bicolores, et sûrement pas le nombre de convives).

Enfin, nous apercevons quelques joueurs s'entraînant mollement sur le ground avant de nous précipiter à la buvette et écluser quelques pils plastiquées. Chouette, j'ai encore quelques jetons orange de la dernière fois après le match contre Roulers où, dépités, nous avions bien plus discuté que pinté. Mais voilà, avec la compo remise par Sonja, comme tout bon supporter, nous ne sommes nullement d'accord avec les choix du coach et ça provoque à nouveau de vives discussions. Enfin soit, des amis viennent se joindre à nous, Jean-Pierre, René, André, tandis que Thierry et Christian ont préféré rester dans leur Hainaut pour rêver d'un futur RWDM conquérant. Bien le bonjour à eux, bon dimanche à vous ainsi qu'à la bande à Michel.

Nous gravissons péniblement les marches menant à nos sièges et attendons les gladiateurs. Les derniers des mohicans boivent un verre et échangent quelques zwanzeries avant d'affronter la dure et tristounette réalité du terrain. En face, les rares trudonnaires exaltent encore un peu l'air de la D1, agitent quelques fanions jaune et bleu, peut-être finalement des partisans de Molenbeek !? En effet, rappelons que ce sont tout de même les couleurs de la commune de Molenbeek-Saint-Jean ! La nouvelle bourgmestre a tenu à donner le coup d'envoi, non, je rigole, plus personne pour le faire, ni ballon du match offert, ni fanfares et majorettes, ni défilés de voitures, ni Saint-Nicolas ou Père Noel, et encore moins une quelconque distribution de bonbons par une pseudo-miss en maillot de bain nous gratifiant d'un sourire Ultra Brite.

Maintenant passons enfin au résumé du " match ". La balle est à peine en circulation, je discute avec mon steward et Cabeke fait une passe assassine en retrait qu'un canari intercepte et catapulte sur la latte. Même pas 20 minutes, premier coup-franc dans notre surface et évidemment goal via la tête d'un canari jaune et bleu. Avec tous nos grands formats, sans surprise aucune, ça rentre quand même ! Le reste, excepté la sortie sur blessure de Nahimana après un gros quart d'heure et l'incapacité chronique à créer quoi que ce soit de construit, ne me donne en aucun cas l'envie de continuer ce récit tant cela manquait de cœur et de volonté. Sommes-nous finalement et définitivement aussi mauvais que ça ? En tous cas, le très insuffisant Gounongbe ne semble absolument pas savoir ce qu'il doit faire sur le terrain, tandis que l'entraîneur le sanctionne sans modération et prolonge son calvaire en lui infligeant la punition suprême de devoir prester tout le match.

Après un certain moment, il fallut bien achever la bête blessée. Bref, nous encaissons deux autres goals qui surprennent plus les trudonnaires que nous-mêmes. Assez, enough is enough, te veel is te veel !!! 4 sur 30 !!! On avait affiché beaucoup moins de patience l'an passé avec Michel De Wolf qui avait été viré après un 4 sur 24 !!! Si rien de concret ne se passe (mais c'est peut-être le but) : plus de public (ça c'est déjà fait), plus de sponsors (ça aussi), et plus de joueurs (car où va-t-on trouver l'argent pour les payer ?).

Ulcérés par cette nouvelle contreperformance, une petite quinzaine de supporters qui n'avaient cessé de scander durant toute la rencontre leur amour immodéré pour leur simili-direction (" JV buiten ", " Direction démission ", etc), décidèrent d'aller quémander quelques réponses à leurs plus que légitimes questions. Notre omnipotent dictateur avait visiblement prévu le coup puisqu'une cohorte de stewards et de cognes empêchèrent ceux-ci de pénétrer dans la buvette des business… où pourtant ils se rendent habituellement et librement après chaque match depuis une décennie. Bien entendu, notre " courageux " tyran ne daigna pas montrer la moindre once de sa maléfique silhouette et les joueurs furent priés de s'échapper avec leurs voitures via le côté… visiteur de la tribune !

Après s'être fait apostrophé, le pauvre Zaiour trouva, lui, le courage de venir s'expliquer avec les supporters, mais dut déployer des trésors de persuasion auprès de la légion militarisée qui ne voulait absolument pas le laisser passer ! Après avoir réceptionné en pleine face toutes les doléances des déçus (on le serait tous à moins), notre T1 tenta de calmer le jeu en sous-entendant tout de même très clairement que l'effectif mis à sa disposition était bien incomplet (ça on sait, merci à notre manager sportivo-président pour sa très haute science du foot comme pratiqué il y a 40 ans !) et ne pouvait vraiment pas mieux dans ces conditions. Le Captain Sébastien Siani fut le deuxième et dernier courageux à venir au-devant de ses supporters et nous assura que tout serait fait au niveau volonté et motivation de la part de ses collègues pour nous sortir de ce trou béant dans lequel nous nous enfonçons inexorablement un petit peu plus chaque semaine… wait and see, mais les promesses, surtout au Machtens, on connaît ça : on veut des actes forts, des faits et des victoires ! A la semaine prochaine à Ostende… pour les rarissimes qui le voudront encore et qui bientôt pourront entrer dans le Guiness des Records !

(Texte de Daniel Godinne, Photos de Sébastien Sterpigny et Daniel Godinne)