UR LA LOUVIERE CENTRE - FC BLEID MOLENBEEK

3 - 1

(12) Di 21/10/2012 / UR LA LOUVIERE CENTRE - FC BLEID MOLENBEEK 3-1.

Hatefi, George, Goas Lopes (64' Shamavu), El Boubsi, Del Molino, Janssens, Alageyik (68' Eke-Akanga), Yalic, Seddoh, Diansangu, C.Tuta.

CJ : Yalic. / Arbitre : Lamboray. / Assistance : 400. / Classement : 18è.

10' Monteiro (1-0), 29' Yalic (1-1), 46' Leduc (2-1), 78' Leduc (3-1).

Mon menu dominical affichait un choix cornélien entre un Brussels-St Trond et un La Louvière Centre-Bleid Molenbeek. Quasi certain d'y connaître une défaite des deux côtés, j'optai très naturellement pour les amis et l'ambiance avec un très court déplacement de 7kms au Tivoli de La Louvière où le club de l'Union du Centre, anciennement domicilié à Haine-St-Pierre, a élu domicile il y a déjà quelques années suite aux énormes difficultés financières de l'ancien locataire qu'était la RAAL (on a hélas connu cela aussi). Dans l'aventure, les rouges et bleus ont lâché du lest et arborent maintenant les couleurs bleues et blanches de la ville de La Louvière.
Impossible en tous cas d'ignorer la présence (tout sauf discrète) de la maréchaussée tant ils furent omniprésents ! Je ne me souviens plus avoir croisé autant de volatiles en képis ou casques cette dernière décennie. Ca grouillait de partout, match à risques oblige. Tous ceux qui arrivaient vers le stade en voiture étaient dirigés manu militari et sans aucune discussion possible vers notre camp retranché derrière de hautes grilles vertes. Au bout de la rue, une quatre-vingtaine d'anciens supporters des Loups n'attendaient qu'une seule chose : en découdre avec les légendaires Molenbeekois. Ils furent toutefois complètement muselés par la flicaille qui les tint bien loin de notre côté visiteurs.

Un long périple entre ces grilles vertes nous permit de nous familiariser avec plus de la moitié de l'architecture extérieure du stade. Arrivés aux guichets, enfin une surprise agréable : les places visiteuses s'acquéraient pour la modique somme de 8 euros… beaucoup feraient bien de s'en inspirer ! Depuis notre dernière visite au Tivoli, l'intérieur du stade avait lui aussi bien changé : les 4 tribunes enfin couvertes, de beaux sièges verts dans 3 tribunes et une osmose bizarroïde entre grosses charpentes en bois et plafonds en béton à connotation pays de l'Est dans années 50. A noter aussi un unique et tout petit marquoir digital qui se trouvait dans notre tribune et pouvait nous permettre, en cas de présence trop assidue à la buvette, de se remémorer l'ampleur des dégâts !
Pour nous qui avons connu ce stade bien rempli par le passé, ce fut triste de constater que, chez eux aussi, les grosses affluences appartenaient bel et bien au passé (fini le Wolf Side remplacé par un Green Boys) ! Du coup, la grosse soixantaine que nous étions ne dépareillait nullement dans le paysage. Point de chute habituel : la buvette où le sympathique bénévole local nous fit quelques confidences… sans oreiller ! Quatre jours plus tôt (le mercredi), ils reçurent le club d'Heppignies-Lambusart (pourtant distant que de 27kms) qui ne " déplaça " que 3 supporters en tout et pour tout dans la tribune visiteuse ! De plus, sa recette pharaonique se résuma à un coca et une bière, tirez le volet ! Sûr qu'avec nous, il déplora plutôt une tendinite aux poignets ! Il nous apprit également que tous les arcanes du club ne recelaient plus que d'anciens Pierrots et aucun Loup. D'ailleurs nos sésames d'entrée n'affichaient toujours pas le nouveau label " URL Centre " mais bien celui de l' " URS du Centre ".

En tant que grandissime favori annoncé pour le titre (tout comme Bocholt), je m'attendais à être enfoncé dès le début et craignais même de sortir du stade avec une raclée à la clé (surtout avec nos 2 suspendus et nos 4 blessés)… mais il n'en fut jamais question (surtout grâce une nouvelle fois à un étincelant Nicola Hatefi). Les Pierrots pensèrent avoir fait le plus dur quand, dès la 10ème minute, Monteiro déflora la marque : 1-0 sous les chants volontaires et continus d'un kop d'une soixantaine de jeunes et " courageux " louveteaux qui ne cessèrent de nous déclamer leur amour. C'est contre toute attente que Yalic nous rétablit la parité au marquoir à la 29ème : 1-1, score qu'on maintint facilement jusqu'à la pause sandwiches-café… pour les joueurs du moins ! Mais le fait le plus marquant de la première mi-temps et qui faillit tout bonnement tourner à l'émeute fut la décision des organismes de sécurité qui intima l'ordre au pauvre serveur d'arrêter de nous abreuver dès 15h20 ! Heureusement, cette phase de prohibition fut bien vite annihilée et on put à nouveau étancher sa soif vers les 15h45… où le serveur vida un fût sans discontinuer, empilant les gobelets sur le très long bar, avant de relancer le fût suivant… autre chose qu'Heppignies hein ! A noter également que le linesman évoluant de notre côté durant les 90 minutes était en fait une lineswoman modèle réduit.

Sans doute nos joueurs avaient-ils encore la tête aux vestiaires, mais on jouait depuis moins d'une minute quand un anodin centre dans notre rectangle aurait dû être dégagé à l'aise par un Del Molino qui, au lieu d'aller au cuir, l'attendit patiemment et se fit bêtement doubler la politesse par Leduc qui redonna l'avance aux Centraux : 2-1. Nicola sauvegarda à plusieurs reprises le score et on n'eut pas vraiment l'égalisation aux bouts des pieds. A 10 minutes du terme, un corner délivré dans le petit rectangle quasi à même notre ligne de but ne fut ni intercepté par Hatefi ni repoussé par nos défenseurs et Leduc donna au score son allure définitive : 3-1 ! Les Green Boys déployèrent alors enfin un grand drapeau vert et blanc, tandis que les autres spectateurs visités firent tournoyer leurs écharpes, elles aussi vertes et blanches… mais on ne distingua aucune écharpe rouge et bleue ou bleue et blanche, c'est clair les spectateurs sont bien tous d'obédience RAAL ! De notre côté, Vincent George et Nicola Hatefi (bravo à eux) traversèrent de suite la piste d'athlétisme afin de venir nous remercier de notre soutien indéfectible, suivis de très peu par tout le reste de l'équipe. A défaut de résultats, l'osmose entre joueurs et supporters demeure malgré tout inébranlable !
Pour avoir également vu prester Bocholt il y a peu, honnêtement, y a pas photo avec cette pâle équipe Louviéroise ! A nouveau une défaite, on s'enlise, on ne peut plus bas, on joue pas mal au foot mais chaque ballon qui tombe dans notre rectangle finit dans nos filets. Ne nous leurrons pas : sans un apport immédiat de quelques joueurs d'expérience et d'un entraîneur pouvant réaliser des miracles, ça sera mission impossible… et ça vaut aussi pour le Brussels qui perd à nouveau 0-3 au Machtens pendant que le White gagne à l'extérieur sur le même score, de quoi raviver encore un peu plus les bruits de multi-fusions circulant avec insistance dans les travées depuis l'avènement de Françoise Schepmans à Molencity !

La bonne humeur qui nous habitait tous ne nous quitta nullement et, malgré les formelles interdictions des forces de l'ordre et leurs barricades automobiles, certains purent les contourner et se retrouver dans certains bistrots locaux. Luc se retrouva ainsi dans un bistrot Duvel à Manage (où il n'y en avait d'ailleurs plus, de Duvel) avec ses deux acolytes très chargés qui crurent boire de la St Feuillien parce que c'était inscrit sur le verre… mais ils dégustaient en fait de la Chimay ! Tandis qu'une autre bonne dizaine de boys (dont je) s'en allèrent en plein centre de La Louvière à un bistrot dénommé L'Etoile où la quasi sexagénaire patronne d'origine Chti se fit ouvertement draguer par un des nôtres s'autoproclamant puceau mais plus pour longtemps maintenant qu'ils s'étaient rencontrés… bonne tranche de rire avec de la St Feuillien (de la vraie) et des salaisons, avant de s'achever gentiment en petit comité à l'enfer !

(Texte de Zob, Photos de Luc Lemmens et Anthony Lacroix)