MAASMECHELEN - FC BLEID MOLENBEEK

1 - 0

(13) Sa 03/11/2012 / MAASMECHELEN - FC BLEID MOLENBEEK 1-0.

Hatefi, Janssens, Shamavu, Triantafillidis (71' Alageyik), Del Molino, Haïdara, El Boubsi, George (79' Goas Lopes), Mc Mahon (65' Seddoh), Yalic, C.Tuta.

CJ : Triantafillidis. / Arbitre : De Roover. / Assistance : 750. / Classement : 18è.

27' Boumediene (1-0).

Déplacement dans le fin fond du Limbourg ce samedi, plus exactement à Maasmechelen, à un jet de pierre de la frontière néerlandaise. Aujourd'hui pour le vulgus pecum, Maasmechelen évoque bien entendu le " Maasmechelen Village ", un outlet où nombre de marques bien connues sont vendues à des prix moins vils qu'habituellement. Pour moi, cela évoque surtout quelques mémorables déplacements à l'ancien stade du club local, le Patro Eisden, du temps béni du RWDM. La première fois, c'était durant l'hiver de la mirifique saison en D2 (notre première), 1984-85, où sur un terrain enneigé, notre Dream Team de l'époque écrasa les locaux sur le score sans appel de 1-6. Je me souviens surtout que notre back droit de l'époque, Marc Trigaux, m'avait dit avant le match, pendant l'échauffement des joueurs " mais vous êtes fou d'être venus jusqu'ici par ce temps ! ". Ben oui…

La fois suivante, c'était 4 ans plus tard, lors de la funeste saison 1988-1989 et un match de coupe de Belgique perdu aux penalties, le décisif étant loupé par Guido Swinnen, de sinistre mémoire. S'en suivit un envahissement de terrain de la part de Molenbeekois frustrés et/ou déchaînés et pendant lequel le joueur du Patro ayant converti le dernier penalty de son équipe se retrouva au tapis, victime d'une " droite " bien ajustée par… enfin certains d'entrevous savent de qui il s'agissait ;-)
Après une autre élimination en Coupe un triste mercredi soir de 1997, il y eut d'autres moments inoubliables lors de notre dernier passage en D2, alors que le club local s'était rebaptisé " Maasland Maasmechelen ", dans le but avoué (et vain) d'attirer un maximum de peones du coin. Lors d'un match pour du beurre en fin de championnat (98-99 ?), quelques Molenbeekois entreprirent avec succès d'escalader les panneaux publicitaires derrière un but sous les yeux médusés de quelques autochtones présents ce jour-là. Et last but not least, lors de notre dernière visite en 1999-2000, ayant personnellement trop abusé d'un nectar local, la Bos Bier (j'en reparlerai plus tard) et après une piteuse défaite lors des dernières semaines du règne d'Ariël Jacobs, j'engueulais copieusement les joueurs à leur rentrée au vestiaire. Cela ne plut pas à un certain Fred Vanderbiest qui, avant le match suivant à domicile, m'attendait (il était suspendu ce jour-là) devant l'entrée du Machtens accompagné de quelques " amis " (ben tiens…) pour me reprocher vertement ma conduite de la semaine précédente, à grand coup de menaces de tabassage en règle (bien évidemment) si jamais je n
'eusse l'outrecuidance de réitérer ce genre de comportement… Heureusement, après la fiesta qui ponctua la qualification pour le tour final face à Ingelmunster, ce différent fut aplani autour de moult chopes.

Tout cela pour dire, à grand coup de nostalgie (c'est à peu près tout ce qui nous reste et puis cela fait du bien !), que Maasmechelen, cela évoquait autre chose pour moi que des fringues ou des godasses de marque. Tous ces épisodes épiques de notre grandiose histoire (oui, je sais…) se déroulèrent à l'ancien stade du Patro, Kastanjelaan, situé dans le centre d'Eisden, un quartier de la bourgade de Maasmechelen, à deux pas de quelques bistrots bien sympas.
Le club ayant connu quelques soucis financiers (qui n'en a pas eu en Belgique ?) se vit contraint de vendre son stade à la commune, qui y construisit des logements et qui ensuite érigea un nouveau stade, communal cette fois, situé au milieu de nulle part. Enfin pas exactement car il est en fait situé tout près du " Village " susnommé, qui est assez loin du bled, et tant pis pour les bistrots locaux que nous envisagions de visiter avant la partie. De fait, lors de notre arrivée, après avoir longé l'outlet, tout au bout il y avait le nouveau stade, trônant le long de la route, avec un beau et grand parking en face. Au moment d'entrer dans le parking, un sbire vêtu de la traditionnelle veste fluo jaune, nous demanda un mystérieux sésame nous permettant de garer la voiture (cela dit je ne vois pas où nous aurions pu la garer d'autre) - là-dessus, je lui rétorquais dans mon plus beau flamand, et il faut bien le dire un peu agressivement avec un soupçon d'agacement facilement perceptible " Welke kaart ???? ". Et là, sans broncher ni insister, il nous fit signe avec un grand sourire et un geste ample de passer… Comme quoi parfois (seulement parfois), cela paye d'être désagréable. J'en connais d'ailleurs certains dont c'est quasiment la marque de fabrique et à qui rien ou presque ne résiste… Mais je digresse…

Alors ce nouveau stade (pas si nouveau que cela car certains y on déjà été avec le Brussels il y a quelques années) me fit immédiatement penser à un Genk du pauvre : même style de tribunes mais en plus petit (quoi qu'il n'y en a pas derrière les buts), un " Thema Kafee " et une grande buvette impersonnelle. Enfin en ce qui concerne la buvette ce fut ma première impression, mais en y regardant de plus près, elle était agréablement décorée d'objets et photos rappelant l'histoire et le passé du Patro, avec quelques magnifiques pièces de collection remplies de nostalgie, du temps où le foot était encore un sport du peuple et pas aux mains salies par le pognon-roi comme à notre triste époque.
Ensuite, la quinzaine de supporters présents de notre côté rejoignirent la tribune (sans pouvoir emporter sa chope comme à Dender récemment - en fait il valait mieux…) pour assister à la première mi-temps de la rencontre. Alors que dire ? Une assistance assez respectable pour la D3 belge du côté local, je dirais un petit millier de personnes (j'ai dit" petit "), avec un kop assez bien fourni et de beaux et grands drapeaux. Enfin beaux, j'exagère, car les couleurs du club sont le mauve et le blanc… Après un round d'observation, la Patro (invaincu depuis 11 matches) enclencha la vitesse supérieure en passant facilement par les flancs (le gauche de la défense surtout) et ouvrit la marque suite à un corner mal renvoyé. Croyant (à juste titre) que le plus dur était fait, le match sombra dans la torpeur, ce qui permit à notre équipe de revenir dans la rencontre et d'approcher timidement le rectangle adverse.

1-0 à la pause, le temps de passer par la buvette… et d'y rester ! En effet, lorsque je m'enquis auprès des sympathiques barmen (vraiment !) s'ils avaient de la Bos Bier (voir plus haut), ils me répondirent " non, nous n'en avons pas pour le moment mais nous avons plein d'autres bières locales, et si vous voulez, nous allons vous les faire goûter ! ". Cela, il ne fallait pas nous le dire deux fois, et c'est ainsi que nous pûmes goûter (et tout cela offert gracieusement par nos sympathiques hôtes), pêle-mêle, d'obscures bières du coin dont je n'avais jamais entendu parler (je me demande si mon ami Louvressac les connait, François si tu lis ceci…). Dilser Blond (passable), Ops-Ale (bof), une Kriek (que je laissais à d'autres), la Limburgse Witte, ainsi que les fleurons de la gamme, la Sint-Gummarus Dubbel et la Tripel (la meilleure à mon sens). Renseignements pris, toutes provenaient de la brasserie St Jozef située à Bree-Opitter, ainsi que la Pax Pils, qui était en fait l'unique pils servie ce soir-là, un agréable changement par rapport aux sempiternelles Maes ou autres produits d'Inbev. Ensuite, pour faire bonne mesure, ils sortirent une bouteille de Genièvre d'Hasselt (que je me gardai bien de toucher), qui acheva la résistance d'un des nôtres…

Du coup, nous avions quasiment oublié qu'il y avait un match qui se déroulait, et ce n'est qu'après 30 minutes de jeu en seconde mi-temps que je rejoignis mes petits camarades un peu plus attentifs au temps qui passe dans la tribune. Renseignements pris, je n'avais pour ainsi dire pas loupé grand-chose, le score était toujours de 1-0 malgré un tir sur le poteau (parait-il) de notre côté. La fin de match se résuma à une série d'attaques stériles de notre part, et le score final resta de 1-0. Dommage, car sur le peu que je vis de la seconde période, il y avait de la place pour ramener un point…
Après cet intermède footbalistique, retour à la buvette pour écouler les tickets boissons restants (puisqu'ils furent inutiles lors de notre passage précédent, au vu de la générosité des locaux). Cette fois-ci, nous nous contentâmes de Pax, le tout-venant en somme. Puis, temps de reprendre le chemin du retour, non sans avoir fait une halte ma foi fort agréable dans un " Praatcafé " du centre de Maasmechelen, centre fort animé, pour une ou deux petites Tongerlo blondes, un breuvage déjà un plus courant que les productions de la brasserie Sint -Jozef de Bree !

En résumé, une soirée très agréable en bonne compagnie, passée grâce à l'excuse d'une partie de football de division 3B. Hé oui, nous en sommes là aujourd'hui, et par les temps qui courent, ce n'est déjà pas si mal.
Je terminerai en m'excusant auprès de ceux qui estimeront peut-être qu'il ne fut guère question de foot dans cette review ; ceux qui lirent mes proses il y a déjà fort longtemps savent que cela ne constituait pas toujours l'entièreté du brol (sorry, pas fait exprès), et ce n'est certainement pas maintenant que cela va changer ;-)

(Texte et Photos de Zizou)