FC BRUSSELS - RCS VISE

1 - 1

(19) Sa 05/01/2013 / FC BRUSSELS - RCS VISE 1-1.

Van den Eynde, Nollevaux, Heris, Habarugira, G.Cabeke, Tonini (50' Nahimana (86' Karagianis)), Bonnes, Nicaise (60' Aalhoul), Tunani, Siani, Gounongbe.

CJ : Heris. / Arbitre : Bylois. / Assistance : 400. / Classement : 16è.

57' Lecomte (0-1), 71' Nahimana (1-1).

Tout d'abord, permettez-moi avant de commencer cette review de vous souhaiter à toutes et à tous une excellente année 2013. Qu'elle soit bonne et heureuse pour vous et votre entourage, et surtout qu'elle soit bien meilleure sportivement pour nos clubs Molenbeekois. Vous remarquerez de suite que cette review sera bien courte (n'est pas Zob qui veut). Cela faisait maintenant plusieurs jours que notre verte pelouse me manquait viscéralement, donc plus aucune excuse pour retrouver mes potes autour d'un bon jus d'houblon doré. Heureusement ce 5 janvier sonna la fin de la soif ! Quelle gaité de retrouver Pierre, Paul, sans oublier Jacques dans notre bloc A devenu tellement désespérément vide. Le peu de supporters encore présents passèrent d'ailleurs bien plus de temps à dialoguer sur leurs activités lors des fêtes de fin d'année 2012 que sur le " spectacle " sportif proposé devant leurs yeux et qui n'intéresse plus un quidam. Du coup, notre tribune ressembla bien plus à une terrasse de bistrot qu'à autre chose, tant les gens furent attentifs au jeu pratiqué. Les supporters des Oies, eux, venus à une trentaine, se firent parfois entendre, cependant sans rien casser. Pendu à leur balustrade, un drapeau coloré mais illisible car posé à l'envers. J'en fis la remarque à une connaissance bleue arborant un képi qui se chargea alors de contacter un de ses collègues situé au sein des supporters adverses. La mauvaise mise en place de ce drapeau avait bel et bien été volontaire, en guise de protestation quant aux résultats de leur équipe. Quand on constate les qualités de jeu et de direction de notre propre club depuis des lustres, je me demande vraiment ce que nous pourrions bien renverser pour enfin faire comprendre toute l'étendue de notre continu mécontentement.

Des supporters tentèrent bien de le faire remarquer en déployant 3 belles et grandes banderoles sur lesquelles on put lire : " 1er bon transfert - OUT : Vermeersch - IN : Supporters ". Cet affichage ne demeura pas longtemps visible, vu que pas moins de 2 policiers en civil et 4 stewards se ruèrent immédiatement vers les infâmes putschistes et exigèrent manu militari de faire disparaître de suite ce magnifique tifo. Le club ne VEUT jamais dialoguer ni même rien nous dire de façon monologique, nous restons perpétuellement dans l'abyssal inconnu à tous points de vue, au niveau de la direction, des transferts, des dettes, de la licence, etc. Par contre, les pauvres et rares supporters qui, eux, payent continuellement pour ne jamais rien voir sur le terrain, eux, ils ne PEUVENT absolument rien dire. Quand on voit partout ailleurs, dans tous les stades du royaume (et de par le monde), des banderoles bien plus revendicatives et qui demeurent visibles, il est de bon aloi de se demander dans quelle dictature policière on survit au Machtens ! De quoi en dégoûter encore plus de JV… si c'est encore possible ! Compréhensible donc que le même groupe redéploya ensuite une nouvelle banderole sur laquelle on pouvait lire : " Connaissez-vous la communication ? ". Cette dernière dut comme de bien entendu être enlevée aussi vite que les premières. Et dire que bien des dirigeants sur la sellette dans notre pays riraient d'aussi gentillets et proprets messages, mais pas " Dieu " et son égo bien sûr !

Sinon, sur le plan sportif, à nouveau presque rien à dire ou écrire sur l'entièreté du match ! Les deux équipes demeurèrent excessivement calfeutrées la peur au ventre dans leurs camps respectifs. On ne dénombra finalement qu'un seul et unique tout petit moment lors de la première mi-temps où nous sortîmes quelque peu de notre très profond sommeil (voire coma) lorsqu'un tir de Gounongbe échoua à coté de la cage Visétoise. S'en suivit une illusion d'optique générale et ce fut presque toute la tribune 1 qui se mit à applaudir un goal aussi inespéré que finalement inexistant ! En deuxième mi-temps, peu après la reprise, Visé ouvrit la marque. Vu le déroulement de la première mi-temps, tout le monde pensa instantanément que la messe était bel et bien dite, mais ce fut sans compter sur notre buffle Nahimana qui égalisa de bien belle façon et au plus grand soulagement de tous. Une question insoluble me tarauda tout de même : en tant qu'équipe qui preste à domicile, qui a un urgentissime besoin de points, qui stagne inexorablement depuis 3 ans dans la zone rouge et qui affronte un adversaire on ne peu plus direct… mais bon Dieu pourquoi évoluer sans cesse de manière aussi défensive que soporifique ? Peut-on réellement être satisfait de cette " tactique " on ne peut plus frileuse et du jeu proposé quand on rencontre une équipe qui ne se situait que 2 misérables points au-dessus de nous et que nous aurions du coup pu (et dû) dépasser ? Je veux bien comprendre qu'il ne faille pas prendre de risques inconsidérés, mais si on continue à toujours jouer chaque match avec l'unique ambition de ne prendre qu'un tout petit point, le maintien est encore loin… très loin… trop loin !

(Texte de Jérémy Van Aerde, Photos de Sébastien Sterpigny)