FC BLEID MOLENBEEK - FCV DENDER EH

0 - 3

(24) Di 17/02/2013 / FC BLEID MOLENBEEK - FCV DENDER EH 0-3 (au Petit Heysel).

Hatefi, El Boubsi (80' Janssens), Alageyik, Sikumoya Koy, Seddoh, Mc Mahon, Haïdara, Yalic (80' Goas Lopes), Del Molino (46' Mununga), F.Tuta, C.Tuta.

CJ : Mc Mahon, Yalic. / Arbitre : Dams. / Assistance : 300. / Classement : 19è.

8' Terki (0-1), 27' Bael (0-2), 71' Van Dessel (0-3).

Pour ce retour au Petit Heysel, la tâche s'avérait quasi impossible ! Imagineriez-vous dans vos rêves plus fantasmagoriques battre un club comme Dender sans nos infatigables guerriers Vince et David au sein d'un noyau déjà tellement maigrichon et au moral visiblement en berne ? Ben non, moi non plus, mais l'envie d'aller discuter avec quelques potes autour de jus d'houblon frigorifiés fut à nouveau la plus forte, il n'y eut même pas une once de doute quant à ma participation. Par contre, j'avais bien flairé ci et là un effet général de démotivation, voire même de résignation de la part de notre groupe fondant comme neige au Sahara. Notez que c'est compréhensible quand on voit tous les perpétuels et impondérables remous gravitant autour du club (c'est clair que l'UB ne nous aidera jamais au grand jamais), mais ce qui dissuade de plus en plus les supporters c'est aussi le manque d'envie criard de moult joueurs ces derniers temps. " Si eux n'en veulent plus, pourquoi devrais-je encore venir dépenser mon temps et mon argent ? " Sorry peï, mais à part venir pour les potes, je ne vois aucun autre alibi à formuler dans ta maisonnée non plus !

Direction l'Extra Time, détour obligé, où nous sommes isolés au milieu de supporters venus des rives de la Dendre. Un moment résigné à Ath, notre Zizou national débarqua malgré tout pour nous soutenir tout au long de notre chemin de croix. On se tape la babaille avec Maurice accoudés au bar et, diable, je me rends compte qu'il existe finalement un Molenbeekois encore moins optimiste que Steph même si lui appelle plutôt cela du réalisme (il n'a sans doute pas tort, hélas !). Les pieds lourds, nous rejoignons ensuite notre petite tribune où nous nous rendons compte que, finalement, nous possédions un terrain convenable… mais ça c'était avant ! En effet, un troupeau de guerriers rugbymen de nationalités diverses avaient bel et bien décidé de le labourer, d'y creuser des sillons et apparemment même de le désherber ! Je me plus naïvement à croire que ça devrait finalement plutôt nous avantager ! Suspendu, Vincent avait décidé de venir soutenir ses équipiers au milieu de ses supporters, force fut de reconnaître qu'il fut le plus assidu et volontaire d'entre nous, et que ça le démangeait méchamment de ne pas en être sur le " terrain ".

Notre maître scout, Steph Dejaegher, nous avait prévenus : tous les ballons passeront par leur capitaine qui est fort lent, il suffit donc de le serrer de près et leur mécanique s'enrayera. De plus, ils ne sont pas très doués sur phases arrêtées sur lesquelles ils ne marquent jamais, tandis qu'il s'agit d'un de nos points forts ! Hé bien, comme la suite nous le démontrera, force fut de constater que nos joueurs avaient dû connaître un long moment de surdité aigue lors de la théorie d'avant-match. Englués dans une spirale négative de 3 défaites consécutives dues à de graves lacunes d'attention aux débuts de mi-temps, nous espérions ne plus devoir subir telle catastrophe anticipée annonciatrice de déroute… caramba encore loupé ! Il ne fallut pas 500 secondes à nos visiteurs pour déjà nous assommer définitivement. Un corner (donc une phase arrêtée délivrée par Vaesen) aboutit le plus tranquillement du monde dans les pieds d'un Terki complètement esseulé et qui put calmement crucifier Nico : 0-1 à la 8ème, déjà !

Une occasion loupée par Mc Mahon plus tard, Vaesen (encore lui) distilla un coup-franc (encore une phase arrêtée donc) que Bael (oublié de tout marquage) poussa au fond : 0-2 à la 26ème, on était encore parti pour les galères ! Sam aurait pu (et dû) relancer l'intérêt du match, mais y alla encore d'un raté mémorable lorsqu'il se présenta seul face au gardien avant d'une nouvelle fois lamentablement (et je pèse mes mots) placer le cuir à côté de la cage adverse. Nos seuls moments de plaisir furent finalement les hurlements stridents " égalisez égalisez égalisez " du propriétaire de la " poupée mascotte " et les beuglements bruyants de Pierrot dans son clairon de cavalerie (non, pas une trompette, il insiste !) qui eurent le mérite de nous tenir éveillés (je parle bien sûr de nous, supporters, pas des joueurs).

Paroxysme du " bonheur ", Mc Mahon (décidément, il n'écoutera jamais les conseils) et Yalic prirent tous deux un carton jaune, non pas pour une faute mais pour rouspétances bien sûr, ce qui les empêchera tous deux de participer à notre joute à Grimbergen, pauvre Patje qui doit bien s'arracher les cheveux qu'il a heureusement fournis ! La mi-temps se passa tranquillement à l'auto sur le parking où nous bûmes du whisky (pur, sans coca), il fallait bien ça pour ne pas s'immoler sur l'autel de la profonde déception (hein Julien ?). Le match en seconde mi-temps traîna tout son ennui sur nos moues dépitées. Ce fut un long et pénible cavalier seul des Brabançons Flamands qui se créèrent une kyrielle de franches occasions qu'un Hatefi bien concentré annihila avec dextérité ! Seul le teenager Nathan Sikumoya Koy (à peine 18 ans) mérita également d'être retiré du médiocre lot ; à coup sûr, il a de l'avenir s'il continue à être sérieux et progresser. A la 69ème, Van Dessel, à nouveau aussi esseulé que Will Smith dans " Je suis une légende ", alourdit le score sur… hé oui, un coup-franc de Vaesen : 0-3 ! Dire que nos joueurs nous doivent franchement une revanche devient finalement un running gag récurent !

Horriblement déçu, je me voyais déjà aller quelque peu noyer mon chagrin en refaisant le match avec mes pauvres potes ayant subi une nouvelle et cuisante désillusion, mais c'en était visiblement de trop pour mon pilote qui exigea à mon grand dépit de quitter immédiatement les lieux. C'est donc d'humeur maussade que ma femme me vit rentrer à une heure pour le moins inhabituelle !

Ce vendredi 22 février, nous devrions enfin savoir ce qu'il en est des cas Bellia et Bertrix… croisons les doigts même si je sens poindre l'odeur des pas perdus du tribunal au fond des travées ! " Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir ! " " L'espoir fait vivre mais la longue attente fait mourir ! " Mouais, faut bien avouer que ça commence à sérieusement sentir le sapin, hélas !

(Texte de Zob, Photos copyright de Geert Struyven)