ST TROND VV - FC BRUSSELS

1 - 0

(24) Sa 02/03/2013 / ST TROND VV - FC BRUSSELS 1-0.

Baguette, El Banouhi, Tunani, Habarugira, Vergerolle, Aalhoul (85' Cherkaoui), Damour, Ndoye, Bonnes, El Hany (79' Tonini), A.Diop (42' Gounongbe).

CJ : -. / Arbitre : Delacourt. / Assistance : 5600. / Classement : 16è.

68' Ndoye (csc) (1-0).

STVV - Brussels, que voilà une belle affiche sur le papier. Ma (future) femme m'ayant gentiment proposé vendredi de me conduire en déplacement, je me réjouissais déjà samedi matin de sonder mes courageux compères qui osent encore traverser la Belgique pour suivre notre équipe en pratiquant du rallye sur nos routes dévastées de nids de poules causés par le gel. Après une bonne tournée d'appels, je découvris avec stupeur et étonnement que je n'étais pas le seul à vouloir prendre la route. Le rendez-vous fixé, 18h au Nouveau Daring. L'occasion comme d'habitude de se rappeler de bons souvenirs, d'échanger de nombreux points de vue tout en espérant enfin une victoire de nos couleurs. Nous étions sensés partir à 2 voitures complètes (dont un gros mono-volume) mais, pour une fois, cela ne suffit pas. Nous étions 13 en tout à vouloir prendre la route (après avoir descendu quelques jus de houblons évidemment). N'ayez pas peur, nous fîmes évidemment un petit détour dans une grande surface toute proche afin d'être sûrs de ne pas mourir de soif durant ce périple d'un peu moins d'une heure. GPS bien enclenché, bières admirablement décapsulées, on the road again to Saint-Trond pour chasser du canari dévoreur de Jonagolds !

Arrivée au stade après une visite non programmée au sein de cette ville de Saint-Trond, qui finalement n'est pas aussi petite que je ne le présumais. Stade en travaux, car toute une tribune latérale est toujours en reconstruction, un stade en réelle métamorphose depuis plusieurs années, ce qui n'est pas sans nous rappeler les éphémères et prometteurs projets de notre cher président (à titre honorifique ?) il y a une bonne décennie lors de son arrivée rue Charles Malis. Effectivement, en dessous des tribunes, divers commerces et un fan shop jonchent la route. L'autre tribune latérale, elle, bien remplie de supporters jaunes et bleus. De notre côté, notre " vak " fut lui aussi bien garni d'un public donnant de la voix pour contrer les quelques chants du kop adverse sis juste à nos côtés. Vu l'ambiance et le nombre de fans présents dans notre tribune visiteurs, je me demandai soudain si je ne réorganiserais finalement pas un bus pour partir en déplacement… à méditer.

Au niveau sportif, pas grand-chose à vous conter sinon que j'étais parti voir nos joueurs comme j'écris cette review, c'est-à-dire en tant que supporter d'une équipe jouant le maintien se rendant chez le quatrième de l'antichambre! De ce point de vue, nos joueurs gérèrent fort bien la première mi-temps, laissant très peu d'espaces aux canaris qui n'eurent jamais réellement l'occasion de s'envoler vers les filets de Baguette. Nous eûmes même droit à quelques phases de jeu très bien organisées, surtout pour Amady Diop qui eut le 0-1 au bout du pied, mais visiblement pas les bons crampons au bout de ses chaussures vu sa glissade qui nous empêcha de déflorer la marque. Une première partie de match pas franchement passionnante, mais qui nous laissa plein d'espoirs quant à la suite de la rencontre. A la pause, le marquoir indiqua donc un score de 0-0 et pourtant ce fut l'explosion de joie entre l'entrée de la tribune et la buvette. Pourquoi ? Très simple ! On apprit la défaite des mauves éliminés de la Cofidis Cup par Genk après une séance de tirs au but mémorable. C'est fou comme une défaite de nos emblématiques et encombrants voisins peut remplir de joie la plupart de nos supporters. Vu nos chants d'allégresse, les fans adverses et les joueurs sur le terrain ne durent pas être grands devins pour connaître le résultat de cette première demi-finale de Coupe de Belgique.

Malheureusement, cette jubilation fut de bien courte durée… Peu après l'heure de jeu, un centre venant de la gauche fut dévié par Ndoye dans nos propres filets. Evènement on ne peut plus malheureux vu que nos joueurs tenaient très bien le coup défensivement ainsi que dans le milieu de terrain, mais ce but fut le coup de massue, surtout offensivement car l'insoluble problème demeura (et demeurera) toujours le même. Aucune créativité, aucun débordement, aucune velléité offensive concrète. Le pauvre Diop, qui loupa l'occasion du match, se blessa même avant la mi-temps et dut être remplacé par un Gounongbe qui ne servit strictement à rien, il fut tout à fait inexistant ! Sans buteur, jamais de but, à bon entendeur… Bref, nous reprîmes la route de Molenbeek alourdis d'une grosse déception ! J'avais pourtant l'impression que ramener un point de Saint-Trond n'aurait sûrement pas été un hold-up, que du contraire. En discutant autour d'une bonne pinte au retour, c'est ce que je perçus en tous cas de pas mal de supporters.

Globalement, c'est systématiquement en attaque que ce Brussels doit éternellement trouver des solutions, un autre gros souci étant le contrôle technique du ballon, beaucoup de joueurs ne parvenant pas à contrôler correctement le cuir… mais le top du top, ce fut le nombre invraisemblable de pertes de balle consécutifs à nos propres remises en jeu ! Théorie logiquement enseignée dès les poussins ou préminimes, mais ce fut fréquemment sur nos propres remises en touche mal calibrées que nos adversaires se créèrent leurs plus gros dangers ; c'est un vrai scandale à ce niveau (ou du moins au niveau qu'on nous avait fallacieusement promis… on pointe toujours à la 16ème place de la D2… mais aussi à la 16ème position de la troisième tranche qu'on allait survoler pour nous rapprocher de la D1) ! Pour conclure, je dirais que JV, les Dubaïotes, Pierre François ou autres quidams n'arriveront jamais à rien si on galvaude nos penalties, si on en offre des évitables et si, en plus, on se met même à marquer nous-mêmes contre notre camp ! Le maintien me parait encore une fois aussi éloigné que compliqué… mais bon, en tant que bons supporters, nous serons encore là la prochaine fois, évidemment !

(Texte de Jérémy Van Aerde, Photos de Sébastien Sterpigny)