RCS VISE - RWDM BRUSSELS

0 - 2

(2) Sa 10/08/2013 / RCS VISE - RWDM BRUSSELS 0-2

Sourzac, N'Diaye, Labor, Kargbo, Cabeke, Tonini (52' Seoudi), Nicaise, Camara, Bouyfoulkitne, Doudouh (74' Bilgic), Somé (91' Mathieu).

CJ : -. / Arbitre : Vertenten. / Assistance : ?. / Classement : 1er.

69' Boyfoulkitne (0-1), 83' Bilgic (0-2).

***** Fait exceptionnel, vous aurez droit, pour le même prix, à 2 reviews (aux style et contenu fort différents) de cette seconde victoire du renouveau de notre RWDM : celles de Speedy et de Kriske, savourez ! *****

SPEEDY : Après une saison 2012-2013 des plus calamiteuses, le moral est à nouveau bien là au Stade Machtens. Les 4 lettres magiques sont de retour, on débute par une victoire, l'équipe tourne bien, et c'est avec joie que nous apprenons la reprise du car scolaire. 15 ans presque jour pour jour après ses débuts à La Louvière, c'est cette fois-ci en direction de Visé qu'il se rend. 150 supporters Molenbeekois mettent l'ambiance dans un stade dont les locaux sont plus qu'amorphes. Leur équipe sur le terrain aussi d'ailleurs. Sans exagérer, il n'y en avait presque que pour le RWDM. Dès le quart d'heure, on aurait dû ouvrir le score. Somé, à 5 m du goal dans l'axe, tire sur le gardien. Physiquement, nous sommes loin au-dessus. Et derrière, on peut désormais compter sur la puissance de Kargbo. C'est en 2ème mi-temps que la décision va tomber. A la 69ème minute, une demi-volée de Bouyfoulkitne (pfff, pas facile à écrire, on espère qu'il ne va pas trop marquer) au ras du piquet laisse le gardien liégeois sans réaction (0-1). En fin de match, un magnifique travail dans le rectangle de Bilgic, qui conclut d'un tir imparable, et c'est 0-2. La fête est totale.

Cette équipe va nous donner du plaisir, c'est sûr. Dans la série, nous sommes les seuls à ne pas encore avoir encaissé. Sourzac, notre nouveau gardien, a l'air très sûr de lui et rassure sa défense. Tout le monde a déjà oublié Van den Eynde, qui nous fut pourtant si précieux en fin de saison passée. Si toute l'équipe est en ce moment en grande forme, c'est aussi grâce à l'apport d'un meneur de jeu qui nous a tant fait défaut par le passé. Camara est un vrai leader sur le terrain. Le genre de gars qui fait mieux jouer les autres. En résumé, un gardien qui n'encaisse pas, une bonne défense, un milieu qui joue vers l'avant et des attaquants qui marquent, que rêver de plus ? Restons cependant les pieds sur terre. Nous n'avons ni le noyau, ni l'expérience de l'Antwerp, de Westerlo ou de St-Trond. Nos deux adversaires rencontrés n'ont pas encore pris de point. Toutefois, un 9 sur 9 demeure accessible. La venue de Virton, un adversaire logiquement à notre portée, devrait nous permettre de garder la tête. Avant cela, dimanche prochain à Coxyde pour la Coupe. We are back !

KRISKE : Samedi 10 août 2013 sur le coup de 17h, une angoisse m'envahit. Nous tentons de réorganiser un bus pour suivre notre RWDM en déplacement. Mais voilà, les finances du club sont au plus bas et les résultats des défuntes années ne plaident absolument pas en notre faveur. 17h30, nous sommes soulagés, nous voilà en route pour la Cité de l'Oie de Visé et nous ne dénombrons pas moins de 36 participants dans notre bus. De l'extérieur, cela peut paraître ridicule, mais il faut remonter bien loin pour se remémorer un car aussi bien achalandé. Sur la route, rien à signaler à bord si ce n'est une ambiance bon enfant et des chants Molenbeekois entonnés à tue-tête. Enfin , nous atteignons notre destination finale et quel n'est pas notre étonnement quand nous nous rendons à la caisse et que le guichetier nous annonce avec un large sourire qu'ils n'avaient pas prévu assez de tickets d'entrée et qu'il faut en réimprimer. Bon sang, même dans la Cité de l'Oie, ils ne nous attendaient pas aussi nombreux (faut dire que ces dernières années… on se comptait sur quelques mains). Cinq minutes plus tard, nous entrons enfin dans le stade, le match peut commencer.

Nos valeureux guerriers montent sur le terrain et, instantanément et pour une bonne demi-heure, les chants à la gloire de notre équipe vont se succéder sans discontinuer. Effectivement, nous soutenons exclusivement notre équipe et les chants "anti" semblent (enfin) finis, terminés, basta… RWDM, ces 4 lettres magiques sont tenues à bout de bras par plus de 150 supporters présents dans notre tribune. Dès l'entame de match, nos boys in red prennent le match à leur compte. Visé est enfoncé et les occasions rouges-blanches-noires se succèdent. Notre attaquant Somé se révèle un véritable poison pour la défense adverse. Il est intraitable, insaisissable, et puis survient cette occasion 4 étoiles 18 carats. Sur une passe tranchante de Doudouh, Ibrahim se retrouve seul face au gardien visétois et le fusille d'un missile tomahawk, mais hélas pour nous le gardien (excellent au demeurant) dévie la balle en coup de coin. Je souhaite revenir sur la mini-polémique qu'il y eut dans les tribunes suite à cette occasion ratée. Pour les uns, il aurait dû placer la balle en douceur dans les filets, pour les autres, il était idiot de décocher un pareil shot si près d'un gardien quittant ses perches. Bref, il s'octroya une superbe occase, son tir était puissant et cadré. D'ailleurs, comme disait mon père, même s'il a driblé toute l'équipe, il reste encore à passer le gardien. Et un gardien est là pour arrêter le cuir ou tout du moins empêcher que la balle ne rentre dans son goal, ce qu'il fit à merveille.

A la demi-heure de jeu, il n'y en avait eu que pour nous, les occasions réelles s'empilent mais le gardien des Oies demeure impérial, assurément l'homme du match du côté de nos adversaires. A l'inverse, notre ami Sourzac n'a, lui, pas eu le moindre ballon chaud à capter. Vers la fin de la première mi-temps, les visétois mettent enfin le nez à la fenêtre. Rien de bien fantastique et nous rejoignons le bar afin de nous offrir quelques mousses bien méritées. La deuxième mi-temps reprend et Visé se montre beaucoup plus agressif. Le premier quart d'heure, nous souffrons mais notre défense tient bon. Notre Kargbo est impérial à l'image de toute la défense d'ailleurs. Ce quart d'heure passé, notre trainer décide d'opérer un changement. Tonini (y a rien à faire, je ne le trouve pas bon, c'est bien de jouer au foot avec ses pieds, mais il convient aussi de le faire avec sa tête !) descend et notre recrue Waaslandienne monte au jeu. Dès sa montée au jeu, Seoudi met une pression supplémentaire sur la défense adverse. Il nous faudra d'ailleurs attendre qu'une petite dizaine de minutes pour voir notre indéfectible soutien à notre équipe récompensé. Sur un énième contre, un long ballon arrive chez un de nos joueurs au nom imprononçable (Bouyfoulkitne) et celui-ci ne se fait pas prier pour trucider le portier adverse, et hop 0-1, enfin !!! Et plus que mérité !

Les 20 dernières minutes de jeu seront un récital noir-blanc-rouge. A part un envoi non cadré, je pense que notre gardien a dû passer la soirée la plus tranquille de sa jeune carrière, c'est tout dire ! Il ne faudra pas plus de 15 minutes pour inscrire notre second goal et tuer tout suspense. Bilgic venait de remplacer Doudouh (très bon d'ailleurs) et, quelques instants plus tard, il trompait la vigilance du dernier rempart mosan. Et 0-2, la victoire en poche, nous redoublons les chants de soutien à nos joueurs. A noter qu'en fin de rencontre, un défenseur local se retrouva sonné au sol. Bien incapable de se relever, l'arbitre demandera en vain un brancard pour évacuer le malheureux. Le pauvre joueur se verra pour ainsi dire traîné en dehors des limites de jeu. Comment est-ce possible qu'en D2 un club ne soit pas un rien équipé ? Il faudra attendre près de 10 minutes avant que l'on puisse évacuer ce joueur. Voilà, la fin du match est sifflée, et nous pouvons enfin communier notre joie avec nos valeureux guerriers. Ce sont les yeux remplis d'étoiles que nous rejoignons le bus. S'il est vrai que nous devons bien rester les pieds sur terre, ne boudons tout de même pas notre plaisir. Qui peut me rappeler un pareil départ de championnat ? 6 points sur 6, 4 goals inscrits et aucun encaissé !

(Textes de Speedy & Kriske Mees, Photos de La Dernière Heure & La Capitale)