RWDM BRUSSELS - KFC DESSEL

2 - 0

(10) Di 6/10/2013 / RWDM BRUSSELS - KFC DESSEL 2-0.

Sourzac, N'Diaye, Labor, Kéré, Cabeke, Nicaise, Camara, Doudouh (88' Habarugira), Seoudi (90' Bellia), Lkoutbi (79' Bilgic), Somé.

CJ : -. / Arbitre : Garcia. / Capt : Cabeke. / Assistance : 900. / Classement : 6è.

20' Somé (1-0), 23' Kéré (2-0).

Avant toute chose, permettez-moi de vous remercier vivement pour l'assiduité que vous réservez chaque semaine à nos bafouilles à la sauce verve saupoudrée d'une once de zwanze et d'un soupçon de crasse partialité… vous fûtes 1379 à lire la dernière vous narrant notre aussi court qu'épique déplacement chez les Bico Stars ! Encore 1379 fois merci de vous être farcis la plus longue review de cette dernière décennie et donc de m'avoir consacré un bon (dans les deux sens du terme j'espère) moment.

Trajet on ne peut plus tranquille si ce n'est une grosse inquiétude une bonne heure avant notre match sur les quelques tout derniers kilomètres menant au Temple. En longeant le Westland Shopping Center de la commune avoisinante de Molenbeek-Saint-Jean (dont le nom ne me revient bizarrement plus au moment de tapoter sur mon clavier), on y croisa sur 500 mètres moult maréchaussée au milieu de masses disparates constituées de petites tribus habillées loufoquement et gesticulant tels des pantins désarticulés. Ils arboraient une vilaine et criarde couleur violette lavande sur à peu près tous leurs attributs vestimentaires : tee-shirts Trafic, trainings lycra Zeeman, baskets Aldi, écharpes offertes dans un bidon de lessive Bonux, etc… On crut un moment à un camp Rom démantelé manu militari mais on m'apprit plus tard qu'il s'agirait en fait d'une secte obscure adoratrice du Grand Satan… " Mais quelle est donc cette secte étrange ? " (Copyright Stéphane Collaro, seuls les plus vieux d'entre-nous tilteront l'allusion). Essentiellement basée dans les bas quartiers Belges où le vrai foot n'est pas très bien compris de sa population s'abreuvant de Cara Pils, cette secte se rassemblerait 2 fois par mois aux environs du Boulevard Sylvain Dupuis mais n'arriverait nullement à s'exporter en Europe où elle bénéficierait apparemment d'une bonne risée générale.

Une phrase anodine de Thuthur avait créé le buzz sur les pages facebookiennes consacrées à notre club : " le retour d'une légende ". Tout le monde se mit à rêver d'un ancien mythique joueur du RWDM ou d'un objet des années 70, mais pas du tout, il s'agissait du retour de l'aussi magnifique qu'imposant drapeau à déployer sur tout le Bloc A " lorsque les joueurs montent sur la pelouse ". Un peu d'histoire pour ceux qui l'ignoreraient : ce drapeau nous avait été offert par Kinet et ses coéquipiers lors de la montée du FC Brussels en D1 en mai 2004. Mis en morceaux par des adorateurs du Grand Satan après un déplacement au Stade du Grand Corrupteur Vandenstock, les BP05 eurent donc l'excellente idée de refinancer l'achat de cet objet mythique, bravo à eux, géniale initiative !

L'appétit venant en mangeant, on en deviendrait même exigeant. Pour ce dernier match de la première tranche contre Dessel, personne n'imaginait autre chose qu'une nouvelle victoire. Convenons-en : je connais bien mieux Dessel via son festival (le Grasspop Metal Meeting) que par le biais de son équipe de foot. Pourtant, cette joute avait tout du match piège par excellence : une équipe naviguant en eaux troubles (mais tout de même quelques mètres au-dessus des abysses) et qui venait de changer d'entraîneur en engageant l'habituel pompier de service Trudonaire, Guido Brepoels (qu'on a très souvent nominé ces dernières saisons sans jamais l'élire, d'où sans doute un latent sentiment de revanche à notre égard). Malgré le retour des 4 lettres légendaires et de son logo, ainsi que les magnifiques et inespérés résultats obtenus jusqu'ici, force fut de constater qu'hélas, en ce dimanche ensoleillé, bien trop peu de supporters avaient répondu présents ! Nous nous dénombrions à peine 900 au sein de notre Temple, bien trop peu convenons-en. D'où cette question sous forme de dilemme qui me titille : méritons-nous finalement le retour du RWDM ou sa longue absence était-elle tout au plus une fallacieuse excuse que moult utilisèrent à profusion pour ne plus venir au Temple ? Mais que vont-ils encore trouver comme excuse ? Où s'étaient perdus les quelques 700 supporters qui s'étaient rendus 7 jours auparavant du côté du désertique Stade Fallon ? Mystère et boules de gommes ! RWDM NEEDS YOU ALL !

On pourrait assurément, avec un peu plus de bonne volonté, afficher le double de ce contingent dans notre Tribune 1, certes, mais que dire de cette pitoyable Tribune 2 ??? Ces business seats sont toujours désespérément vides et seuls quelques officiels meublent la Tribune 2 assise ! Imaginez-vous qu'il n'y eut que 5 (oui, oui, vous avez bien lu : 5 !) repas commandés en business ce dimanche pour une équipe jouant les premiers rôles en D2 au sein de la capitale de l'Europe ! Il est tout bonnement honteux de la part de nos dirigeants commerciaux de ne pas surfer sur cette positive vague déferlante. Ne me dites pas que des gens avec des relations comme celles de notre président, de José Garcia ou de Michel Farin ne peuvent pas rameuter, comme nous tous basiques supporters, des gens au stade, que diable !? Notre salut ne passera que via des business bien remplis et une manne de nouveaux sponsors ou investisseurs, alors allez-y bon Dieu, il est plus que temps que vous travaillez ensemble en regardant dans la même direction ! Du coup, franchement, les caméras filmant nos matches devraient évidemment se trouver dans la Tribune 2 (plutôt que la 1) afin d'éviter de filmer cette misérable tribune vide qui ne donne envie de venir ni aux supporters neutres ni aux portefeuilles d'entreprises locales ; il serait de bon aloi que l'image véhiculée par les médias soit celle des supporters soutenant leur équipe contre vents et marées, et non celle d'un désert. Même les panneaux publicitaires inusités nous rappelaient leur flagrante anémie en affichant des " te huur / à louer ", comme si les gens allaient se déplacer d'eux-mêmes pour obtenir l'autorisation de pouvoir donner leur argent au club… faut démarcher vous-mêmes et être persuasifs, les gars ! La recette côté visiteurs ne fut pas non plus mirifique vu que la petite cinquantaine de courageux s'étant déplacés du fin fond de la province d'Anvers n'écumèrent même pas une quarantaine de bières lors de tout l'après-midi.

Bloqué du dos, Jérôme dut en dernière minute céder sa place et son brassard de capitaine à Geoffrey, totalement rétabli de sa blessure. Franchement, notre banc avait de la gueule avec les Nollevaux, Gounongbe et Habarugira, et dire que bientôt Tunani sera de retour ! On ne débuta pas le match pied au plancher, bien loin de là ! On se promenait tranquillement et Dessel prenait les premiers échanges à son compte sans dangerosité aucune. J'en avais presqu'oublié que Bart Goor prestait cette saison chez notre adversaire dominical, mais pas le reste du public qui lui marqua toute son affection, due à son double passage dans un club environnant, qu'il effectua d'abord entre le RC Genk et le Hertha Berlin, et ensuite entre Feyenoord et le Germinal Beerschot. En fait, nous ne tremblâmes jamais que sur phases arrêtées où notre adversaire excellait (on devrait suivre les mêmes cours !). On entamait la vingtième minute lorsque Kéré lança en profondeur notre sprinteur fou Somé qui devait bien avoir 7 mètres de retard sur son défenseur… bien sûr, Ibrahim le rattrapa, le poussa à la faute et devança la sortie du gardien d'un lob bien ajusté : 1-0, le plus dur était fait ! Il ne fallut pas plus de 3 minutes à Kéré pour changer son statut de passeur en buteur lorsqu'il reprit victorieusement de la tête un corner magnifiquement distillé par Seoudi : 2-0 à la 23ème ! On crut le match définitivement plié mais nos adversaires demeuraient dangereux sur chaque phase arrêtée. Ainsi, Martin, aux prix de deux réflexes ahurissants sur sa ligne (et un dégagement ultérieur de Doudouh pour éloigner définitivement le danger), annihila deux gargantuesques occasions visiteuses et sauvegarda ainsi son 5ème clean sheet en 10 matches.

Visiblement recadrés à la mi-temps par Didier The Coach, les nôtres n'offrirent plus aucune possibilité à leurs adversaires lors du second time au cours duquel Kéré vit son shot stoppé sur la ligne par un défenseur et Ibou Somé être privé d'un pénalty indiscutable. Ce type est vraiment infatigable, il aligne les démarrages et les courses comme un Edwin Van Ankeren à sa plus grande époque. Anecdote cocasse : le gardien adverse prit une carte jaune pour rouspétance en plein milieu de seconde mi-temps alors qu'il siégeait… sur le banc ! Le magnifique David Habarugira monta en fin de rencontre, son envie fit plaisir à voir : il mordit littéralement le gazon, offrant ainsi un peu de répits à l'employé communal qui aurait normalement dû tondre la pelouse du Temple ce lundi. On fut tellement peu inquiétés en seconde mi-temps que les Bxl Boys passèrent plus de temps sur leurs gsm et le site Livescore qu'à regarder attentivement notre match. On égraina tant les minutes de rabiot des maufs (" y a p'tet eu 24 changements pour avoir autant d'arrêts de jeu ? ", " on ne sifflera que quand Andermerde aura égalisé, comme d'hab ") que, bien qu'ayant commencé une demi-heure avant la nôtre, leur rencontre ne se clôtura que 12 minutes plus tôt que notre direction buvette. Le score en resta donc là et nous remportions ainsi notre sixième victoire de cette première tranche. Pffff, gagner, toujours gagner, LOL !

Direction buvette socio avec les potes et ensuite celle des business avec d'agréables discussions avec notre vice-président Henri, José Garcia et les toujours disponibles Jérôme et Geoffrey. Ayant écoulé mes derniers bons de consommation de 2009 offerts à l'achat de mon abo de l'époque (toujours valables, mais oui mais oui), direction maison avec le sentiment de finalement rêver debout ! Je vous relate quelques stats pour finir (je sais que vous en êtes friands) : nous clôturons cette première tranche à la sixième place avec 20 points sur 30, avec un matelas confortable de 7 ( !) points d'avance sur notre plus proche poursuivant ! En ce 6 octobre et 10ème match, nous possédons donc un total de points (20) que l'an passé nous n'atteignîmes que le 2 février de l'année suivante, soit 4 mois plus tard lors du… 23ème match ! A même époque, l'an passé, notre malingre compteur n'affichait que 4 maigres unités, soit une progression de 400% (excusez du peu) ! Si quelqu'un m'avait pronostiqué cela il y a 3 mois, je lui aurais à coup sûr réservé une bonne camisole dans l'asile le plus proche ! Et dire qu'avant-saison, les "professionnels " nous pronostiquaient sur l'un des 3 derniers strapontins ! Prochaine étape de notre renaissance : " Antwerp nous voilà ! " même si, le lendemain d'un Croatie-Belgique et au vu des particulières conditions policières, nous ne devrions pas être beaucoup à nous y déplacer ! Oui, je sais, Didier : " Plus que 14 points et on est sauvés !".

(Texte de Zob, Photos de Sébastien Sterpigny)