R ANTWERP FC - RWDM BRUSSELS

4 - 1

(11) Sa 12/10/2013 / ANTWERP - RWDM BRUSSELS 4-1.

Sourzac, N'Diaye, Labor, Kéré, Cabeke, Nicaise (88' Habarugira), Camara, Doudouh (74' Bouyfoulkitne), Seoudi, Lkoutbi (67' Bilgic), Somé.

CR : Camara (17'). / CJ : Somé, N'Diaye, Seoudi, Labor. / Arbitre : Sanders. / Capt : Cabeke. / Assistance : 8800. / Classement : 6è.

6' Bostock (1-0), 35' Tano (2-0), 63' Somé (2-1), 70' Nirisariki (3-1), 84' Faucher (4-1).

On ne peut pas parler de foot cette semaine sans évoquer les Diables Rouges. Ils sont grands, ils sont forts, ils sont beaux, ils sont "formidiables", et en plus ils gagnent. Bravo, nous sommes qualifiés pour le Brazil. On ne s'ennuiera pas au mois de juin. Après avoir bien fêté l'exploit de Zagreb, reprenons le chemin du championnat belge, direction Anvers, ville où le drapeau tricolore n'est pas toujours apprécié à sa juste valeur.

L'Antwerp n'est pas mon club préféré. Il y a 4 ans, après une belle victoire de nos couleurs (1/3) facilitée il est vrai par l'exclusion de Pivaljevic, l'attaquant local, la fin de match fut des plus houleuses. D'abord les officiels de notre club durent s'enfuir de la tribune d'honneur afin de trouver refuge et sécurité dans notre tribune visiteuse. Jamais je n'avais vu cela. Ce n'était que le hors-d'œuvre. Après une demi-heure d'attente, toute lumière éteinte et encadrés par les flics, nous avons quitté l'enceinte du stade. Nous n'avions pas fait 100 mètres que des dizaines de pierres furent canardées sur les vitres du car des supporters, des joueurs et sur la camionnette des stewards. Bilan : 6 ou 7 carreaux cassés… Miracle, pas de blessés. La police si prompte à dresser des PV l'année précédente, avec à la clef IDS et amendes, pour quelques doigts d'honneurs et chants très légèrement véhéments, ne fit strictement rien. On me déclara que vu que personne n'avait déposé plainte...J'ai donc compris qu'à Anvers il est beaucoup moins dangereux de caillasser un car que d'indiquer au kop adverse qu'on aurait préférer un score de 1/1. Je décidai donc de ne plus jamais remettre un pied au Bosuil. Je suis fier de moi car mon serment d'ivrogne tint le coup durant 3 ans.

Vu le renouveau du RWDM et le classement serré entre les adversaires du soir, je ne pouvais manquer le match entre les 2 équipes des 2 plus grandes villes du pays. C'est donc dans un car scolaire ultra plein (80 personnes) que nous prenons la direction de la métropole. Plus de 8600 spectateurs nous y attendent, vu que nous étions environ 200. Il y avait bien longtemps que nous n'avions plus vu autant de monde pour un match de D2. Les 2 kops sont bien en voix. Le show peut commencer. On ne le sait pas encore, le suspens ne sera pas bien long. 5 min de jeu, après une action confuse, l'arbitre hollandais accorde un coup franc aux anversois transformé par Bostock. Il me semble que pour une fois, l'envoi n'était pas inarrêtable, mais bon ne jetons pas la pierre à Sourzac. 12 min plus tard, Camara se jette pieds en avant sur le ballon. L'attaquant adverse joue bien le coup. Faute oui, carte rouge (il ne prend finalement qu' un match de suspension) très très sévère. On ne joue pas depuis 20 min et le match est déjà foutu. 35ème min, perte de balle dans le rectangle molenbeekois et c'est 2/0 par Toma. En 2ème mi temps, malgré notre infériorité numérique, on ne se débrouille pas mal du tout et Somé fait 2/1. On espère 7 min avant que Nirisakis sur un ballon 3 ou 4 fois dévié, n'enlève nos dernières illusions. A 5 min du terme, Jordan Faucher (un nom qui ne s'invente pas pour un footeux) donne au score son allure définitive. Un score sec et sans appel. Pourtant je reste convaincu que si Camara avait été un peu moins fougueux...

Le match est fini, mais pas question de sortir du stade. La buvette est encore ouverte. Est-ce bien règlementaire? Nous ne déposerons pas plainte. On peut manger et utiliser de superbes toilettes (si, si, on se serait cru dans un resto chic) mais les portes de notre tribune demeurent clauses. Après plus d'une demi-heure d'attente, on peut enfin y aller. C'est très bien encadrés qu'on reprend le chemin de l'autoroute. Pas de cailloux cette fois-ci, il est vrai que nos adversaires ont gagné. C'est là qu'arrive le moment comique. Ayant embarqué à l'aller les copains de Kampenhout, le car doit sortir à Zemst pour leur permettre de reprendre leurs bagnoles. Et c'est là qu'on tombe sur un contrôle alcool. Pas le petit contrôle du Charlequin ou du métro Hankar pour ceux qui connaissent. The Big Control, 5 ou 6 camionnettes, une vingtaine de flics et des chiens anti-drogue. Plus facile pour la flicaille de faire souffler l'automobiliste du samedi soir que de courser la racaille... Notre chauffeur, qui n'est pas croate, réussit sans problème l'examen du ballon. Mais voilà t'y pas qu' un petit malin à barrettes (sur ses épaules je précise) a l'envie de faire un tour dans notre car avec son chien, histoire de voir s'il ne trouve pas d'autres genres de barrettes. Avec l'odeur de bière, et l'ambiance des participants, le clebs allait devenir dingue. En plus, il risquait de se faire mordre et Gaïa allait devoir porter plainte. Après moult palabres, le comique renonça à son idée loufoque. C'est pliés en 4 qu'on reprit le chemin du retour.

Avec toutes ces péripéties, il est passé minuit lorsque nous sommes de retour au Nouveau Daring. Quelques godets avec les derniers et puis vient l'heure de ma BA. Je ramène à son domicile un pote qui a quelque peu abusé du forfait boisson. Je me demande s'il sait comment il est rentré. Tout le dimanche il drache. Super. Un peu de repos dans son fauteuil pour se remettre de sa soirée sportive. Vivement le prochain déplacement car c'est sûr et certain : RWDM is back !

(Textes de Speedy, Photos de Sébastien Sterpigny)