KSK HEIST-OP-DEN-BERG - RWDM BRUSSELS

3 - 1

(13) Ve 25/10/2013 / KSK HEIST - RWDM BRUSSELS 3-1.

Sourzac, N'Diaye, Kéré, Labor, Cabeke (55' Nollevaux), Habarugira, Nicaise, Camara, Bouyfoulkitne (81' Doudouh), Seoudi, Somé.

CR : Nicaise (30'). / CJ : Somé, Sourzac. / Arbitre : De Marneffe. / Capt : Cabeke (55' Nollevaux). / Assistance : 1000. / Classement : 6è.

6' Somé (0-1), 31' Webbers (pen) (1-1), 78' Webbers (2-1), 84' Vermeiren (3-1).

Vous pondre cette bafouille après chaque joute est et doit rester un véritable plaisir et nullement une contrainte. Pourtant, croyez-moi, celle-ci va me peser comme un camion Magirus Deutz me pulvérisant les métatarses, car il va falloir hélas revenir à nos deux fondamentaux aussi désolants que récurrents : notre inénarrable président et ces incapables (ou, au contraire, très bien dirigés) gugusses siffloteux de l'Union Belge !

J'avais pris le parti début de saison, vu que le RWDM et son logo étaient ENFIN de retour, de gentiment (naïvement ?) redonner une page blanche à notre président et de ne donc plus le juger sur notre passé commun, mais plutôt sur le présent et l'avenir. Force fut de reconnaître que, dans un premier temps, notre Ternatien omnipotent avait bien saisi la balle au bond en donnant l'apparence d'être finalement… normal ! Mais depuis quelques semaines, hélas, comme s'il ne savait s'empêcher de toujours détruire son jouet (Vermeersch Destruct), il en est apparemment revenu à sa propre et incomparable normalité ! Sans doute exècre-t-il quand tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et qu'il n'est plus l'objet de nos railleries. Il s'était enfin bien entouré et, mieux, semblait même s'en accommoder… mais quand les spotlights se déplacent de sa petite personne, visiblement son égo démesuré ne peut le supporter bien longtemps. Non content de sans cesse couper l'herbe sous le 43 fillette de José Garcia (Cantero, pas l'ancien comparse souffre-douleur d'Antoine De Caunes), notre " à nouveau dictateur " tire ses nauséabonds boulets de tous côtés, mais allons-y crescendo. Le pauvre Garcia (qui attend d'ailleurs toujours son salaire depuis août) s'évertua tout d'abord à nous décrocher, enfin, un grand sponsor international et, fort de ses anciennes bonnes relations maufs avec ledit sponsor, il se rendit donc chez ce géantissime fabricant de soda gazeux aux extraits de végétaux, feuilles de coca et noix de kola, fondé en 1886 et qui n'est pas Pepsi (que celui qui n'a pas trouvé se mue de suite en autruche apeurée !). Là, il se fait allègrement rire au nez par les responsables marketings qui ne se firent pas prier pour lui raconter leur lourd passé avec JV quand ils étaient déjà sponsors de notre club : en effet, dans l'obligation de servir leur marque aux différentes buvettes, on allait acheter bon marché du River ou autre sous-Cola à l'Aldi ou Lidl tout en le servant cher et vilain comme étant du Coke… inutile de dire que pour leurs cadres le secret fut vite éventé et le contrat non renouvelé ! Donc, cette marque était évidemment d'accord d'à nouveau sponsoriser notre paquebot à une seule et unique condition : le départ de JV !

Ensuite, Garcia s'attaqua à la composition de l'équipe A et, à force de caractère et de jusqu'auboutisme, il parvint à allécher le richissime président de l'AS Monaco qui n'était pas contraire de faire de nous un club satellite, et donc de nous aider tant sportivement que financièrement… enfin le bout du tunnel pour notre club ? En fait, les pensionnaires du Rocher n'avaient eux aussi qu'une seule infime exigence : que JV mette un pas de côté et se contente d'un rôle de président d'honneur (et non plus donneur) ! Et, bien entendu, son égo refusa tout de go ! Depuis, les joueurs importants ne sont payés au compte-gouttes qu'avec beaucoup de retard tandis que d'autres joueurs de moindre envergure n'ont eux toujours rien touché de leurs émoluments depuis le début de la saison ! On va bientôt en arriver à un tel point de ras-le-bol que même les joueurs ne se battront plus pour leur écusson, et tout cela à cause, toujours, de la même seule et unique personne (même Dugary s'entraîne maintenant avec Tubize !). Mais bien sûr, il est toujours plus facile de clamer haut et fort que José n'a rien ramené comme sponsoring plutôt que de s'attaquer à l'embarrassante réelle raison de ce perpétuel désaveu d'hypothétiques sponsors ! Vu qu'il restait encore un chouia de place avant de faire déborder définitivement l'amphore de notre patience, Vermeerschescu en remit une nouvelle couche en insultant une sommité mondiale de la médecine, en remettant en cause les jugements professionnels d'un gentleman comme le Doc Louis Kinnen qui, lui, a toujours œuvré gratuitement pour le bien de son club depuis un demi-siècle sans jamais se pousser du col. JV, apparemment avec grand plaisir, s'ostracise tout seul ! Il dégoûte tout le monde… à nouveau ! On a beau être un défenseur acharné du Père Fouettard, pour Zwarte JV Piet ce n'est plus défendable !

Il est vraiment grand temps que, lors du prochain conseil d'administration, les Bruno Vandenwijngaert et consorts se fassent greffer des couilles et prennent enfin leurs responsabilités en désavouant leur président et l'obligeant à mettre un pas de côté ! Il y va de la pérennité de notre club à tous qui, à nouveau, intéresse du monde : il FAUT que JV s'en aille pour que le club vive au lieu de survivre ! Il ne sert à rien de donner du respect à une personne qui non seulement n'en mérite nullement mais n'en gratifie également personne ! Qu'il aille explorer la forêt Amazonienne en tongs et short ou qu'il descende le Titicaca en Kayak monoplace, qu'il fasse ce qu'il veut, mais qu'il s'en aille et arrête d'assassiner notre club !

Direction donc Heist-op-den-Berg pour ce long déplacement de 3h aller-retour où j'espérais bien remporter facilement les 3 points ! Comme d'habitude, Fred V nous avait organisé un petit bouchon (pas de St Feuillien hélas, mais routier) dans son fief d'Herent, mais rien de bien méchant. Arrivé sous un déluge pluvieux, je constatai bien vite qu'on ne serait qu'une grosse cinquantaine, la majorité de nos aficionados ayant visiblement opté pour leur fauteuil, une cerveza et Belgacon ! Je fus une nouvelle fois estomaqué par le développement de leur complexe sportif qui, par rapport à l'an passé, avait à nouveau accouché d'une nouvelle tribune couverte (relisez la review de l'an passé pour de plus amples infos). Petite anecdote : on jouait bien entendu encore avec nos vieux maillots Jartazi comme toutes les deux semaines alors que les nouveaux et magnifiques Macron sont floqués et prêts depuis des semaines au club. Alors, me direz-vous, pourquoi ne pas les utiliser ? Tout simplement parce que JV n'a toujours pas payé l'ardoise de 820 euros ! Hé oui, encore !

Le coach récupérait bien sûr Camara, rétabli de sa rougeole, et avait apparemment décidé de punir Lkoutbi et Doudouh pour leur dernier moindre match, mais nullement Seoudi. Ainsi, Hamid épaula-t-il Somé aux avant-postes tandis que David s'occupa du flanc droit de l'entrejeu (une place à laquelle il n'avait jamais encore presté). On ne jouait pas depuis 6 minutes que Geoffrey mit impeccablement sur orbite Usain Somé Bolt qui prit son défenseur de vitesse avant de glisser imparablement le cuir sous le gardien adverse : 0-1 ! On crut alors que le plus dur était fait et qu'on se dirigerait vers une facile victoire, mais le trio arbitral (oui encore) en décida tout autrement ! Amusant de constater que sur chaque corner ou coup-franc, les adversaires défendaient systématiquement à 10 dans leur rectangle (et il n'en ira nullement autrement quand ils seront pourtant en supériorité numérique) ! Esseulé quelques minutes plus tard au petit rectangle, Somé dévissa complètement sa tête ; dommage, le match aurait été plié ! On dominait outrageusement quand le show arbitral se mit en branle… Martin Sourzac fut chargé dans son petit rectangle mais l'arbitre et son sbire linesman ne bronchèrent pas, souffrant sans doute d'une cécité temporaire qui deviendra bien vite permanente ! Pire, le ballon fut ensuite catapulté par un adversaire profitant des largesses arbitrales dans notre but via la main de Nicaise : donc 1-1 vous dites-vous ? Hé bien, non, même pas, le linesman sprinta 30 mètres pour venir signaler le hands de Kevin à l'ignoble Hutois De Marneffe qui revint sur sa décision d'accorder le but, exclut Nicaise et offrit un péno évidemment transformé : 1-1, mais nous voilà à 10 contre 11, un troisième match consécutif que nous ne finirons pas au complet ! On m'a toujours dit qu'une pénalty suivi de but est but, hé ben non, apparemment, quand ça peut tuer le RWDM, on change les règles ! En observant ce linesman, force fut de constater qu'au lieu de se caler sur le dernier défenseur, il était toujours placé 10 mètres plus haut et n'arrêta du coup jamais de se tromper en sanctionnant sans arrêt Somé de hors-jeu imaginaire et le privant ainsi de grosses occasions de but. Notons qu'il s'agissait tout de même du même infâme personnage qui avait déjà œuvré pour exclure injustement le pauvre Somé (déjà) à St Trond !

Le show arbitral ne faisait hélas que commencer. On nous priva ainsi de pas moins de 3 pénos en première mi-temps, oui oui, vous avez bien lu ! Jamais au grand jamais, on ne se sentit en infériorité numérique tant on domina notre adversaire. Tout d'abord, Somé récupéra un cuir dans le rectangle, shota puissamment au but et un défenseur adverse écarta le ballon de la main… vous vous dites : même sanction, exclusion et péno, mais pas du tout, que dalle, ces cons fermèrent à nouveau les yeux ! Par après, on eut à nouveau droit à un défenseur volleyeur dans leur rectangle et un fauchage en bonne et due forme sur Somé… rien de rien ! A ce sujet, les images de Belgacon (et même les comments de Charlier) furent impitoyables et prouvèrent à suffisance la crasse malhonnêteté du corps arbitral ! C'est scandalisés par l'arbitrage que nous rejoignîmes la buvette locale où de gros panneaux en bois nous séparaient désormais des locaux (grand changement infrastructurel par rapport à l'an passé). La seconde mi-temps commença de la même façon : on domina tant et plus les locaux, on nous annula un but pour hors-jeu (ben tiens) et Habarugira y alla d'un splendide shot qui lécha la transversale et sur lequel leur gardien était aux pâquerettes ! Bouyfoulkitne tirait la langue depuis la pause, mais l'amorphe coach Beugnies (vraiment pas un adepte de Luzon, mais plutôt du style Vandenbrom) ne bougea pas d'un poil alors que le sang frais et la technicité des Doudouh et Lkoutbi nous auraient sûrement permis de l'emporter. Au contraire, son manque intégral de coaching nous sauta incompréhensiblement à la gueule durant ces 45 dernières minutes ! On était à 10 minutes du terme quand les arbitres se signalèrent encore à notre mauvais souvenir : un adversaire simula hyper grossièrement une faute dans notre rectangle, on s'arrêta de jouer attendant la carte jaune pour simulation et notre coup-franc indirect, il ne vint jamais… mais Webbers n'en eut cure et propulsa le cuir dans nos filets : 2-1, quel vol ! On but le calice jusqu'à la lie : Geoffrey dut sortir (contracture ?) et céder le relais à Jérôme. A quoi ressemblera l'équipe contre Geel samedi prochain sans les Gounongbe, Cabeke, Nicaise, Tunani, Tonini, etc… ? A 5 minutes du terme, Jérôme s'emmêla les pinceaux et Vermeiren tua définitivement tout suspense : 3-1 ! Impossible évidemment de quelque peu noyer notre déception, vu que la buvette visiteuse avait bien entendu fermé ses portes à un quart d'heure du terme du match… 3h de route pour ça !

Visiblement on dérange à outrance, mais le RWDM vivra, n'en déplaise à l'Union Belge et à ses sbires sifflotants, même si à ce point-là c'est tout de même du jamais vu (3 pénos non sifflés, 1 exclu qui n'aurait pas dû l'être, 1 goal annulé injustement, 2 goals non valides accordés à l'adversaire et une kyrielle de hors-jeux sifflés à contre-courant) ! Passons même sous silence les cartes jaunes " rigolotes " de Somé (rouspétances au 3ème péno refusé) et de Sourzac (dégagement avec ballon pas au bon endroit, mais en sa défaveur) ! A 10 contre 14 c'était tout bonnement impossible ! Les images télévisuelles eurent beau nous donner raison, les 3 points étaient bel et bien tombés dans l'escarcelle locale suite au hold-up de l'année ! Ne vous leurrez pas, Messieurs De Marneffe & Co, votre honteuse " prestation " ne passera pas à la postérité, elle ne sera bientôt plus qu'un insignifiant souvenir qui s'abîmera très vite dans ce gouffre de l'oubli qui a pour nom l'Histoire du RWDM. J'espère pour vous, Môôssieu De Marneffe, que vous possédiez bien 4-5 fils cachés dans l'équipe locale sans quoi vous n'avez même pas votre place en P4, changez donc de métier ou de passion et mettez-vous au sumo, au darts, au snooker ou à la funky dance par exemple ! Sachez qu'on ne tue pas une légende comme le RWDM, on la colporte, c'est tout ! Et à ceux (souvent des Andermerdiens comme par hasard) qui disent que tout s'équilibre ou se régularise sur une saison, balivernes au vu des 45 dernières années, ou alors il sierra lors de la prochaine décennie de nous accorder 8 pénos tout en excluant 4 adversaires à chaque match ! Mais ne soyons pas dupes, ce volte-face ne se produira jamais… même si JV nous rend service en remettant son tablier ! Après Heist-op-den-Berg, continuation de mes pérégrinations Heistiennes et direction Knokke-Heist (j'espère qu'il n'y en a que 2 !) pour y passer la semaine de Toussaint peinard en famille que j'entrecouperai bien sûr d'un aller-retour vers Bruxelles pour RWDM-Geel samedi prochain où, après un pitoyable 1 sur 9 (dire qu'on avait 7 points d'avance sur notre plus proche poursuivant !), seule la victoire peut (et doit) être au RDV... avant de se farcir Mouscron et Eupen !

(Textes de Zob)