AFC TUBIZE - RWDM BRUSSELS

1 - 1

(17) Sa 23/11/2013 - AFC TUBIZE - RWDM BRUSSELS 1-1.

Sourzac, N'Diaye, Kéré, Labor, Cabeke, Nollevaux, Nicaise (81' Doudouh), Habarugira, Bilgic, Seoudi, Bouyfoulkitne.

CJ : Cabeke. / Arbitre : Van Driessche. / Capt : Cabeke. / Assistance : 400. / Classement : 7è.

27' Liard (pen) (1-0), 30' Seoudi (1-1).

Equipé de mon gsm dans la poche avant droite de mon jeans avec la sonnerie réglée sur vibreur, j'ai pris cette semaine plus d'orgasmes que Clara Morgane en une décennie, tant les gens " bien placés " dans le club n'ont cessé de me filer des infos pour la prochaine réunion de ce vendredi 29 novembre avec JV afin de pouvoir lui prouver tout et son contraire face à ses futurs mensonges… si toutefois il ne se débine pas à 23 minutes de l'échéance comme avec José et son avocat d'ailleurs… vilain lapinou ! Dire que cela fait depuis début juillet (près de 5 mois !) que j'avais personnellement pris l'initiative de demander cette réunion entre un comité restreint de supporters et JV… 5 mois pour enfin accéder à mes multiples mails, bravo les fondus d'informatique ! Vous me connaissez, je meurs d'envie de tout vous dévoiler et bave abondamment sur mon clavier, mais je vous garde tout cela pour la prochaine review afin de ne pas déjà dévoiler nos armes avant cette réunion. Notez que je demeure persuadé qu'à chaque question il va une nouvelle fois nous emmener dans un virage à 180° vers ses heures de gloire et ses 1500 matches en D1 qu'il a sûrement rêvés à défaut de les prester réellement !

Heureusement, pas besoin de quitter la chaleur de son domicile fort à l'avance pour ce tout petit et insipide déplacement de 27kms (et 21 pour les Molenbeekois), que ça fait du bien quand l'envie d'y aller se rapproche bien plus d'une obligation que d'un plaisir! J'en suis arrivé à un stade où je tente (actuellement en vain) de me convaincre que je pourrais encore y prendre du plaisir alors qu'un diktator se fout de notre gueule à tous à moins de 50m de nous ! " Comme d'habitude, le plus chiant là-bas étant toujours la longue randonnée sportive à laquelle on doit s'astreindre en se tapant une interminable rue au dénivelé rappelant l'Alpe d'Huez avant de couper dans leur petit parc non éclairé et plein de trous remplis de fourbes flaques d'eau (me rappeler de bien imperméabiliser les groles et de ne pas m'y tordre la cheville) ! Et pas question de couper à travers la végétation tant la pente est forte, sous peine de tout dévaler sur le cul, devenir la risée de tous et craindre ensuite le légitime courroux de sa femme (quand elle nous reverra maculés de boue) ! Et n'oublions pas comme pittoresque décor derrière le goal en face une espèce de métallique mirador tout droit échappé d'Auschwitz ainsi que la ligne de chemin de fer longeant le terrain et nous offrant le même spectacle tous les quarts d'heure : tûûûûût ! " (copyright ma propre review de l'an passé, rien n'a changé, et puis zut, ça me fatigue moins de copier/coller, na !) Autant vous l'avouer tout de go, j'aime pas du tout, je déteste, j'exècre ce foutu déplacement, mais J'en étais intimement persuadé : on allait enfin gagner dans ce désertique et frigorifique stadelet du Brabant Wallon ! Et cela, même si ce court déplacement fut souvent générateur d'insolites aventures dans un passé récent, on se demandait donc vraiment ce qui allait encore se passer et nous tomber sur la cafetière au Stade Leburton lors de ce derby brabançon : il y a 4 ans on égalisait certes lors de la dernière seconde du dernier match de championnat mais après l'avoir dominé de la tête et des épaules, il y a 3 ans on y fut détroussé comme dans un bois par le très jeune ref Jonathan Lardot influencé par les pontes Tubiziens défonçant sa porte à la mi-temps alors qu'on y menait tranquillement 0-2, il y a 2 ans ce fut la célébrissime tentative de suicide d'un linesman (Chris Schelstraete) et notre match fut reporté et finalement joué sous un véritable déluge et un bourbier rappelant les champs de bataille Napoléoniens le lendemain des combats… mais visiblement il était alors impératif de le jouer, et, last but not least, nos joueurs décidèrent l'an passé de faire ostensiblement grève sur le terrain, et hop 3-0 dans les valoches !

Deuxième Avant de prendre mon ticket au grand-père bénévole arborant son écharpe Tubizienne aux guichets, je m'enquis tout d'abord par prudence de la bonne santé affichée par le trio arbitral (on ne sait jamais si l'histoire repassait les plats), mais ce trait d'ironie ne rencontra pas la réaction escomptée de la part du brave papy, mis à part un énorme point d'interrogation sur son front ! Je lui donnai donc mes 12 euros en monnaie… il les recompta 3 fois en me signalant 2 fois que j'avais trop donné et 1 fois qu'il en manquait… le compte était pourtant bon… et je n'avais nullement exagéré sur le nombre de pièces : 5 de 2 euros, 1 de 1 euro et 2 de 50 eurocents ! Ensuite direction buvette où nous étions, et c'est un euphémisme, très clairsemés (notez que ça réduit drastiquement le temps d'attente, on est bien loin d'une boucherie Renmans, sauf qu'à 2 euros la pinte, ça réduirait vite la taille du steak)! Evidemment, tout le monde vous aborde en demandant de tenir bon vendredi face à JV et certains même tentent de me donner quelques " scoops " que je connais évidemment depuis des mois ! Pendant ce temps, les joueurs des deux bords s'entraînent sur le terrain B juste à côté et passent posément au milieu de nous pour se rendre aux vestiaires quelques minutes avant le début du match ! Scène surréaliste (quoique sympa) de voir ainsi les joueurs adverses se frayer un chemin et déambuler le plus tranquillement du monde à nos côtés pendant que nous savourons nos jus d'houblon… je leur conseille vivement d'emprunter un autre chemin style Bison Futé lorsqu'ils recevront l'Antwerp et leurs sauvages hordes assoiffées de sang wallon (bien que ce soit du caca, bien sûr !). Encore plus surréaliste : le responsable sécurité local m'avertit qu'ils ne fermeraient pas la buvette visiteurs un quart d'heure avant la fin du match et qu'on pourrait continuer à se désaltérer dans cet oasis jusqu'à la fin des hostilités… waow !

On nous avait prévenus de l'état du désastre, certes, mais nos craintes n'étaient rien par rapport à la désastreuse réalité : un fermier n'aurait pas pu mieux labourer son champ, même si l'amour était dans le pré ! Des semi-remorques avaient dû emmener des grappins à même le terrain pour déterrer les piquets de rugby et avaient du même coup creusé sillons et trous béants (style Beyrouth) que la pluie incessante de la semaine n'avait pas contribué à atténuer, que du contraire ! Afin que la rencontre puisse se dérouler, les instances locales avaient sûrement dû dévaliser la moitié du désert de Gobi tant le sable suppléait l'herbe sur ce terrain de… beach soccer ! On y trouvait finalement bien plus de sable que dans tous les jardins publics pour enfants du Royaume ! Inutile de rêver : la surface sautillait de partout, le ballon ne rebondissait nullement, la bière était glaciale… c'est sûr, on n'allait pas vivre un match de haute technicité ! Même un club corpo de P4 des Îles Féroé refuserait d'y prester. Dieu soit loué, il ne plut plus (belle redondance), imaginez-vous monter une dune diluviennement noyée, on aurait presque pu y rencontrer des cygnes et des canards aux poteaux de corners ! Malgré la " distance " de ce déplacement, nous ne fûmes qu'une soixantaine (et donc pas de bus !) à n'avoir vraiment rien d'autre à foutre ce samedi soir (encore merci à Vermeerschescu pour ce génocide perpétuel et de toujours repousser plus loin le nombre de supporters dégoûtés). Toutes les discussions négatives ne tournèrent qu'autour d'un seul et unique sujet récurrent : quand donc Dieu va-t-il enfin tenir sa promesse d'il y a 3 ans et se barrer ? Sans lui, il y aurait cette année le double de spectateurs at home, et s'il reste on divisera encore le nombre actuel par 2 pour l'an prochain, vous verrez ! Un rapide coup d'œil vers le " side " adverse m'emplit de pitié : ils n'étaient pas 15 et arboraient plus de drapeaux que d'âmes vives, quelle tristesse ! Quant à leur tribune principale, l'assistance y était également minable (en fait comme la nôtre " business " à domicile), sauf que là, en plus, la moitié du contingent recelait les jeunes têtes blondes du club invitées à s'emmerder avec nous !

Toujours privés de nos seuls attaquants (Somé suspendu et Gounongbe blessé), on se ramassa une nouvelle tuile sur la tronche : la blessure pour 8 semaines de Lanfia Camara… et les stats nous affirment qu'en son absence on perd toujours ! Camara fut doublé par le toujours précieux et combattif Nicaise, tandis que Seoudi reléguait Tonini aux oubliettes. Dès l'entame des hostilités, on imposa notre jeu et Bilgic se mua en extérieur gauche, débordant fréquemment son vis-à-vis et centrant pour un David Habarugira (toujours aussi dégoulinant de classe et de facilité) hélas contré in extremis par le vif gardien adverse. La solidarité de cette équipe faisait vraiment plaisir à voir et les Télétubies n'en touchaient vraiment pas une. Hélas, comme à chaque fois, la pièce tomba du mauvais côté sur une broutille. L'arbitre se laissa duper par le strident cri d'un adversaire (sûrement appris par leur trainer Brogno qui le maîtrisait si bien). The Prince Labor avait proprement dépossédé l'adversaire du ballon mais le ref siffla un coup-franc à l'entrée de notre rectangle, très bien placé pour la gauche patte de Liard. Sur celui-ci, Jérémy eut un mauvais réflexe en déviant le cuir de la main dans notre rectangle, et se vit très justement sanctionné d'un troisième pénalty lors de ces 4 dernières joutes, une stat à bannir de suite ! Bien entendu, il fut transformé et 1-0 à la 27ème contre le cours du jeu ! La vingtaine de supporters locaux se mirent ensuite à entonner un " on n'entend pas chanter les Bruxellois " et, oups la boulette, on égalisa de suite, leur prouvant le contraire à l'insu de leur plein gré ! N'Diaye et Habarugira se jouèrent de l'arrière-garde adverse avant que David n'effectue un centre parfait au petit rectangle pour Seoudi qui amortit avant d'irrémédiablement fusiller Santos : 1-1 à la 30ème, on n'avait pas eu le temps de gamberger !

La deuxième mi-temps fut d'un niveau encore plus médiocre, les dégagements ratés et les fausses queues se succédèrent à l'envi. Seoudi galvauda un superbe face à face avec le gardien local en dévissant son shot à gauche de la cage tandis que les seuls très légers trémoussements de notre côté le furent sur de très longues balles aériennes dans l'entonnoir. Quant à nous, il serait grandement temps de passer quelques heures d'entraînement sur la semaine à distiller des balles arrêtées car nous avons, une nouvelle fois, galvaudé tous nos corners et coups-francs, sans exception aucune ! Geoffrey prit hélas sa 3ème carte jaune en 4 matches, tandis que Didier The Coach avait sans doute oublié ses lunettes dans sa voiture sur le parking du Machtens. En effet, après s'être donnés tant et plus sur ce lourd terrain durant une bonne heure, Bouyfoulkitne et Bilgic tirèrent très logiquement la langue, et je me réjouissais de voir la vitesse et la puissance d'un Lkoutbi assassiner leur défense fatiguée… cela ne vint jamais, hélas ! Une chose est sûre : avec un seul attaquant (que ce soit Somé pour sa vitesse ou Fredje pour ses headings), on aurait remporté les 3 points les doigts dans le nez et les orteils dans le cul ! Même si, avec un peu plus de concentration et moins de harcèlement arbitral, on aurait pu compter facilement une dizaine d'unités de plus, ne faisons pas la fine bouche, on termine tout de même le premier tour en 7ème position… et si on avait eu 2 flancs performants, on serait sûrement en tête ! Prochain déplacement à Lommel… sans moi… normalement !?!

Hé bien, voilà, quelle énorme surprise ce jeudi (du moins pour les plus jeunes d'entre nous n'ayant pas connu JV avant les années 2000, car nous on l'avait flairé depuis belle lurette). Donc, veille de cette célèbre réunion avec le Grand Pontife, je me dois de reprendre la plume (mon clavier, quoi) pour rallonger mon écrit de ce mardi… allons-y !!! Ainsi donc, notre fameuse rencontre avec Benoît XII (hélas oui, déjà 12 ans, pffff) a été annulée et se tiendra finalement dans 4 semaines… mais la sélection se fera au mérite divin ! Ben oui, maintenant, pour y prendre part, il sied d'envoyer un email " (con)structif " à notre direction avec des solutions appropriées, prier pour être tiré au sort (ou plutôt les célèbres boules chaudes) et pouvoir participer à cette nouvelle mascarade divine ! Inutile de dire que ne seront nommés et nominés que les adorateurs intégraux de sa sainteté afin que son aura puisse éblouir tout son auditoire sans qu'un con ne puisse crier " vive la République "! A mon humble avis, ceux qui n'envoient pas un mail assez " suceur " vont sûrement recevoir un billet aller simple en charter pour Guantanamo ! Et, last but not least, ce simulacre de questions triées sur le volet et réponses autant fallacieuses qu'évasives se fera devant tout le comité directionnel qui, donc, malgré la vox populi dont ils se foutent comme de leur premier million, a bel et bien décidé de mettre genou en terre, de lécher le sol, de glorifier Dieu et de fermer leurs gueules ad vitam aeternam, bravo Messieurs pour votre couardise qui assassinera sous peu et à coup sûr notre club tant aimé ! Vous devriez être poursuivis pour non assistance à club en danger de mort ! Vous êtes tous des lâches !

(Textes de Zob)