LOMMEL - RWDM BRUSSELS

1 - 0

(18) Sa 30/11/2013 / LOMMEL - RWDM BRUSSELS 1-0.

Sourzac, N'Diaye, Labor, Kéré, Cabeke (46' Zec), Nollevaux, Habarugira, Bilgic, Seoudi (85' Lkoutbi), Bouyfoulkitne (61' Doudouh), Somé.

CR : Habarugira (73', 2cj). / CJ : Nollevaux. / Arbitre : Virant. / Capt : Nollevaux. / Assistance : 800. / Classement : 7è.

26' Lenaerts (1-0).

Voici une review... difficile ! Entre les colères injustifiées de Dieu (JV) et celles justifiées de Zob (que je partage), me voilà nommé responsable du résumé hebdomadaire du match de notre bien aimé RWDM. Que puis-je vous dire que vous ne sachiez déjà ? L'ambiance dans le bus était au beau fixe malgré le peu de participants (25). Le départ fut inhabituellement tôt (17h15) et nous sommes donc arrivés à l'heure au stade (ça n'est pas toujours le cas à Lommel). Nous n'étions pas très nombreux (65-80) dans le stade, par contre nous avons chanté sans relâche à l'inverse des supporters (mot usurpé dans ce cas) locaux. Où cela devient plus intéressant, c'est que nous nous retrouvons dans la même tribune que le kop lommelois. Jusque là, rien de bien palpitant. Nous sommes dans l'antichambre de l'élite... ou plutôt l'antichambre de l'hérésie. En début de saison, le service de sécurité du RWDM nous stigmatise comme groupe à risque lors des déplacements. La police molenbeekoise confirme cette déclaration.

Arrivés dans le limbourg le plus profond, étonnement, nous pouvons côtoyer les spectateurs locaux. Quand nous posons la question au service d'ordre blanc et vert, il nous est répondu que nous ne sommes "que" le RWDM. Bien, nous décidons dès lors de prendre place dans notre tribune. Les supporters de seconde zone que nous sommes resteront debout, comme d'habitude. Tribune de 400 places, 65 à 80 personnes présentes, donc largement la place pour que tout le monde voie à son aise le match. Puis, soudain, 3 stewards (sympathiques au demeurant) nous somment manu militari de nous asseoir, avec menace d'interdiction de stade à la clé. Oui, oui vous avez bien lu, INTERDICTION DE STADE ! Dans l'hilarité générale, nous décidons très légitimement de rester debout. Et bien, non, les représentants de l'ordre local débarquent caméra au poing. Filmé ou photographié debout = IDS. Sous la menace, nous décidons contraints et forcés de nous asseoir. Le match commence. La manière de jouer en première mi-temps est séduisante. Et alors que nous pensions dominer... paf... le chien... non... le goal ! Deux défenseurs qui se regardent dans le fond des yeux (sont homos ces 2 là ou quoi ?) et boum la tête de l'attaquant limbourgeois : 1-0 sur, une nouvelle fois, une phase arrêtée. Efficacité, 100%. Quelques instants avant la mi-temps, Somé rate une toute grosse occasion de revenir au score. Mais que voulez-vous après 3 semaines d'inactivité... En deuxième mi-temps, rien à signaler si ce n'est que notre équipe retombe dans ses habituels travers. Nonchalance, rien de précis, j'en passe et des meilleures. Ah oui, j'oubliais de vous signaler un petit nouveau sur le flanc gauche. Suite à la blessure de Cabeke, un petit nouveau prendra sa place : Zec Marco, 19 ans. Il alternera le bon et le moins bon. Je dirais : à revoir.

Et alors que nous nous dirigions vers une nouvelle défaite, l'arbitre décida d'y mettre son grain de sel. Deuxième jaune pour Habarugira, donc rouge. Réclamations rouge-noir-blanc vaines. Nous crions aussi notre désaccord sur le référé, mais quel ne fut notre étonnement de nous faire immédiatement rappeler à l'ordre par la maréchaussée locale. Au vu de leurs mines peu sympathiques, nous calmons nos ardeurs. Un peu plus tard, les agriculteurs locaux pousseront des cris de singe envers un Somé venu récupérer un ballon le long de la touche. A ce moment-là, bien sûr, aucune force policière n'interviendra. Ces messieurs de la police n'ont rien entendu. Ca va, j'ai compris ! Et comme il a déjà été répété à maintes et maintes reprises, nous ne pouvons rien dire et rien faire alors que l'adversaire a tous les droits. Et avec la complicité aveugle de la police de 1080 Bruxelles. Le pompon de la soirée revient au seul policier à avoir reconnu les cris de singe mais qui nous expliquera que seul l'arbitre est habilité à prendre des sanctions dans ce cas-là. La maréchaussée ne peut donc pas intervenir. En résumé, debout dans les tribunes lommeloises = interdiction de stade, cris racistes envers des joueurs noirs = pas de problème. Quelqu'un peut m'expliquer ou la loi football a-t-elle encore changé sans que je sois au courant ? Pour la petite histoire, nous nous inclinerons finalement 1-0. La deuxième mi-temps fut triste et un réveil de nos joueurs est plus que nécessaire après une calamiteuse seconde tranche. L'absence de Gounongbe n'explique pas tout. Le retour du bus se passera sans encombre avec un grand Luc qui dormira durant tout le voyage retour.

(Textes de Kriske Mees et Photos de Sébastien Sterpigny)