RWDM BRUSSELS - HVV HOOGSTRATEN

1 - 1

(22) Di 19/01/2014 / RWDM BRUSSELS - HOOGSTRATEN 1-1.

Sourzac, N'Diaye, Labor, Kéré, Cabeke, Nicaise, Bellia (51' Nollevaux), Bilgic (46' Gounongbe), Lkoutbi (88' Tonini), Seoudi, Bouyfoulkitne.

CJ : Cabeke, Gounongbe. / Arbitre : Pots. / Capt : Cabeke. / Assistance : 800. / Classement : 6è.

20' Lkoutbi (1-0), 82' Boere (1-1).

Ainsi donc après avoir aussi méritoirement qu'héroïquement battu les Trudonnaires, nos valeureux guerriers se voyaient offrir un virtuel condamné en sursis sur un plateau d'argent, les avant-derniers d'Hoogstraten. Ce match avait un double enjeu en cas de victoire : non seulement une 5ème place s'offrait à nous au général, mais avec 35 points nous franchirions la barre fatidique des 34 unités, synonymes d'un maintien aussi assuré que précoce (rappelons pour info que les 3 dernières saisons nous nous sauvâmes à chaque fois lors de la dernière joute de championnat). Hélas, connaissant nos difficultés de création et de velléité offensives face à une équipe peu réputée pour jouer au foot, cette rencontre revêtait également tout du match piège par excellence !

Incroyable mais vrai, Dieu aurait donc ENFIN retrouvé ses login et password bancaires afin de pouvoir à nouveau accéder à son compte et ainsi délier les cordons de sa bourse pour apurer les 2 mois de retard salarial dus à tous ses footeux employés. Mieux, il descendit dans les vestiaires tel un arrogant et fier tribun Romain affichant au nez et à la barbe de sa plèbe les preuves imprimées de sa trop grande largesse. Toutefois, très logiquement, les joueurs attendirent des nouvelles émanant plutôt de leurs propres banques car, même si ces documents ne contenaient ni traces grossières de Typp-ex ni ratures maladroites au gros marqueur indélébile, avouons qu'un document imprimé par lui sur son propre papier et avec son photocopieur personnel… méfiance toute naturelle envers un quidam qui a encore plus intensément menti que fallacieusement promis ces derniers mois ! C'est maintenant que, grâce à lui, je constate avec effroi que je ne rends pas assez grâce à mon admirable boss qui, chaque 25 du mois (et donc une semaine à l'avance, lui !), rétribue avec le sourire la sueur de mes méninges et de mes muscles sans rechigner. Merci patron (cela dit sans caméra ni caleçon à fleurs comme dans la pub !). Dorénavant, chef, chaque mois à la Ste Touche, je vous apporterai une bouteille de vieux cognac français pour vous, un bouquet de fleurs pour votre dame et des pralines Léonidas pour votre jeune fille au pair vénézuélienne que j'apprécie tant.

Vu que notre direction se délecte (suis pas sûr d'avoir choisi le bon verbe) de mes reviews, les panneaux publicitaires éclatés qui jonchaient le sol avaient bien été enlevés, mais toujours rien quant à la réouverture du bar du haut de notre tribune et sur la " permission " d'emporter nos bières en gradins comme dans tous les autres stades du monde… prochaine étape ? Et dire qu'en face (les soi-disant business) où c'est toujours le désert de Gobi, eux ils ont droit à un bar à leur étage ! On remarqua également que nos vieilles grilles devant la Tribune 1 sont désormais équipées de magnifiques bras automatiques… pas de doute, ça doit bien être la commune et non le club qui a réglé la douloureuse ! Didier The Coach fit confiance à la même équipe de départ que contre les Canaris, Bilgic doublant simplement le créatif et blessé Doudouh qui nous manquera tellement, tout comme les Camara, Habarugira et Tunani. De l'autre côté, soulagement, ouf, ils laissaient incompréhensiblement leur puncheur Moussa Traore (ex-Standard) sur le banc, tant mieux pour nous. Le match démarra sur un rythme de grabataire sénateur paraplégique… et cela dura toute la rencontre ! Nos joueurs semblaient accuser le contrecoup moral style boomerang suite à tous leurs problèmes extrasportifs que l'on doit à notre inénarrable président. On les sentait à des lieues de leur sujet. On crut même qu'ils s'étaient trompés de studs tant ils glissaient à l'instar d'un Jeremy qu'on n'avait jamais connu aussi Labor…ieux ! Le kop fut bien en voix durant toute la joute, n'en voulant nullement à nos méritants guerriers pour cette après-midi d'absence. Certains lancèrent même sur le ton de la plaisanterie "et voilà, ils sont payés, ils ne jouent plus. JV est finalement un excellent motivateur en ne les payant pas !"

Trêve de plaisanterie, on jouait depuis vingt soporifiques minutes quand une très longue ouverture de Labor trouva la nuque d'un défenseur adverse qui dupa bien involontairement son gardien. Sami ne demanda pas son reste et accompagna le cuir au fond des filets visiteurs : 1-0 sans aucune occasion, le plus dur était, semble-t-il, fait. Plus jamais on ne fut dangereux, laissant franchement la possession de balle à un adversaire peu usité à ce genre de largesses. A la mi-temps, assez bizarrement, ce fut Bilgic qui laissa sa place à Fredje, Jérôme doublant Bellia cinq minutes plus tard. On se demanda franchement pourquoi Bilgic était sorti plutôt qu'un Bouyfoulkitne inexistant ? On pensa légitimement que le club ne désespérait finalement pas de pouvoir le vendre et aurait mal vu une blessure grevant notre budget licence… mais la réalité était en fait toute autre. En effet, Van den Eynde étant blessé et Rogiest absent (demandez pourquoi à notre diktator), on apprit que s'il arrivait malheur à Sourzac, celui qui se collerait le rôle de doublure gardien, c'était… Bouyfoulkitne… et donc il devait rester au jeu ! Hé oui, professionnalisme, quand tu nous tiens ! S'ils dominaient les échanges, jamais nos adversaires n'auraient pu revenir au score sans ce malencontreux cadeau d'un Martin Sourzac plus souvent habitué au costume de super héros Marvel qu'a celui de Caliméro. Le kop n'avait pas arrêté de conspuer le " Dikke Boere " et il se vengea en profitant d'une sortie au pied loupée de notre dernier rempart à 8 minutes du terme pour pousser le cuir où il n'aurait jamais dû se retrouver : 1-1 dans un silence de cathédrale. On eut encore quelques frissons car le puissant et rapide Traore était finalement bel et bien monté sur la pelouse, mais ce fut une nouvelle fois l'impressionnant Kéré qui remporta haut la main cet homérique duel ! On était passés à côté d'une magnifique 5ème place alors qu'un déplacement chez les leaders de Westerlo (sans Cabeke atteint de jaunisse) se profile à l'horizon, quel gaspillage !

Il est évident qu'avec la vitesse d'un Somé, on aurait à coup sûr remporté ce match les doigts dans le nez et les orteils dans le c*l, mais quand la mauvaise gestion de notre snul nous oblige à brader le meilleur attaquant de D2 pour cent tout petits mille euros, ça nous pendait au nez ! Et dire qu'après le match, ce triste sire a réellement pensé à infliger une amende aux joueurs parce qu'ils l'avaient déçu… alors que lui avait fait tant d'effort !!! Non, mais franchement dans quelle constellation végète ce spoutnik à la dérive ? Ensuite, on envoie les preuves de paiement des joueurs à l'UB et on croit qu'ils vont nous dérouler le tapis rouge pour la licence intermédiaire qui nous permettrait de renforcer notre team… mais, hop, on entrouvre un placard le lendemain et on retrouve enfouie sous la poussière des cartons et les excréments de rats une autre vieille dette de plus de 100000 euros à acquitter d'urgence… soyons lucides, on n'en sortira plus qu'à une seule condition : SON départ ! Alors, quand un sponsor te promet cette somme avec une condition des plus acceptables et des plus rentables pour le club, pourquoi se faire tirer l'oreille et hésiter si ce n'est que Passe-Partout veut absolument se garder personnellement et exclusivement les clés de tous les placards du club renfermant de si lourds secrets de son passé de " gestionnaire " ? La patience Monégasque atteint son paroxysme et devrait envoyer tout promener sous peu… mais n'est-ce pas qu'IL veut justement ? Et dire que pour les annifs de sa petite Ekaterina, le grand Dmitry Rybolovlev lui offre tantôt un appart de 88 millions de dollars à New York, tantôt les plus onéreux étalons de concours hippique, tantôt deux magnifiques îles ayant appartenu à Aristote Onaisis… n'aurait-il pas envie (STP Dmitry !) de lui offrir un petit club chaleureux de D2 Belge de la banlieue Ouest de Bruxelles ? Moi je me verrais bien avec la jeune Ekaterina Rybolovleva comme présidente à la place du vieux tyran de Ternat… et vous ?

(Textes de Zob, Photos de Sébastien Sterpigny)