RWDM BRUSSELS - KSK HEIST

5 - 0

(30) Sa 29/03/2014 / RWDM BRUSSELS - HEIST 5-0.

Sourzac, N'Diaye, Labor, Kéré (64' Nicaise), Nollevaux, Ekamba (76' Diallo), Habarugira, Bilgic, Corbino (70' Lkoutbi), Bilgic, Gounongbe.

CJ : Nollevaux. / Arbitre : Bylois. / Capt : Nollevaux. / Assistance : 800. / Classement : 7è.

27' Habarugira (1-0), 54' Habarugira (2-0), 55' Gounongbe (3-0), 70' Gounongbe (4-0), 85' Lkoutbi (5-0).

Ce samedi, nous avions des comptes à régler avec notre adversaire du jour suite à notre imméritée défaite du match aller résultant d'un monstrueux hold-up arbitral sous une drache toute nationale. Si Somé nous avait bien vite mis sur la voie royale du succès, le show De Marneffe se mit ensuite en branle afin de réduire tant et plus nos vindicatifs espoirs. Dire qu'avec ne fut-ce que ces 3 points honteusement spoliés on trônerait tout simplement en 5ème position. Et, troublant hasard du calendrier, c'est également la semaine précédant ce foutu match aller que notre président ad aeternam réendossa sa célèbre tunique de despote enivré qu'il n'avait finalement rangé au placard que quelques grosses semaines (elle n'avait hélas pas eu le temps de rencontrer des mites). Chaque année, il nous change le bocal mais pas les cornichons ! Chassez le naturel et il revient au triple galop… étonnant pour un vieux bourrin tout de même !?!

Depuis, notre champion mondial toutes catégories en management autant sportif qu'économique a encore repoussé plus loin (alors qu'on imaginait cela impossible) les limites de sa criarde incompétence en dilapidant même l'entièreté de son patrimoine sportif. Qu'il ne lève pas les options de tous les joueurs sous prétexte qu'il devrait leur assurer une hausse de 20% de salaire (qu'il ne paie de toute façon jamais), soit, on peut à la limite le comprendre, même si un gestionnaire digne de ce vocable aurait prolongé de suite ne fut-ce que ceux qui auraient eu une valeur marchande de revente immédiate. Pire, pour la seconde fois dans l'histoire du club officiant au Temple (remember hélas 2002), tous les joueurs affichent désormais plus de 3 mois de salaires impayés (toujours rien perçu en 2014 !) et se retrouvent donc tous libres comme l'air. Vous avez donc bien compris : il ne nous reste plus aucun joueur lié par contrat (sauf Somé qui, lui, est bel et bien payé… par Duchâtelet Junior) pour la prochaine saison… si toutefois il y a encore une saison prochaine, car au vu du grotesque clown triste qui nous dirige, on est encore loin du compte ! Bien sûr, pour calmer quelque peu la plèbe, on leur fait croire qu'on va quand même tenter de conserver les meilleurs en renégociant de nouveaux contrats… comme si, forts de ces détestables expériences à répétition avec un gars aussi immonde que notre tyran, ces masochistes footeux rempileraient alors qu'ils ont enfin l'occasion de fuir et de laisser très loin derrière eux cet aussi grossier qu'incompétent personnage… faudrait tout de même, ne fut-ce qu'une seule et toute petite fois, arrêter de nous prendre pour plus cons que nous ne sommes. Son " J'ai tout payé, même un ministre ne peut rien me dire " ne nous fait plus glousser depuis longtemps !

Pendant que nos joueurs doivent se muer en experts-comptables de crise, se nourrir chez leurs familles ou amis, et se voient aussi fichés comme mauvais payeurs auprès de tous les fournisseurs d'énergie du Royaume, notre inénarrable président à vie se gave impunément chaque midi à Ternat dans son restau préféré où il débourse mensuellement au bas mot une ardoise de quelques dizaines de milliers d'euros, finalement de quoi nourrir allégrement tout son noyau ! Ne croyez surtout pas que cette situation catastrophique le perturbe un tant soit peu ou l'empêche de digérer ses pantagruéliques mets fort arrosés, surtout pas, ce serait une totale méconnaissance de l'ignoble individu chez qui personne n'a jamais pu trouver la moindre parcelle d'humanité. A quoi bon encore s'indigner devant ce triste sire qui ne s'est jamais ému que d'une seule personne, la sienne ? Il n'en a même jamais rien eu à foutre de ses proches qui, bien que partageant occasionnellement son domicile, finalement ne le connaissent même pas, alors pensez aux pauvres petits kleenex rouges-noirs (et blancs, ne lui en déplaise) qui défilent annuellement sur notre ground… rien à cirer !

Soyons clairs, chaque année la licence se révèle un challenge quasi insurmontable, mais à chaque fois relevé sans brio avec des bouts de ficelle, des chiffons recyclés et la plus grande mansuétude de l'UB, mais cette fois il devrait en être tout autrement, hélas. Il manquerait donc au bas mot 400000 euros pour obtenir ce précieux sésame, sans compter les 5 millions de dettes non exigibles et dissimulées au gré du vent et des années. Quand on sait qu'il y a bel et bien eu des repreneurs sérieux ayant envoyé leurs conditions de rachat, et que Vermeesrch Destruct n'a même pas daigné en discuter, on se demande vraiment à quel jeu il joue à nos dépens ? S'ennuie-t-il tellement auprès de ses enfants (qui ne l'ont finalement jamais côtoyé) qu'il ne veuille pas rentrer chez lui ? Est-il tant blindé qu'il ne désire même pas récupérer une partie de son investissement financier ? Ou veut-il enfin et définitivement rayer le RWDM de la carte footballistique ? Quel plaisir prend-il annuellement à tout détruire ? S'il croit que des peïs de Monaco, Chelsea ou Lens seraient intéressés de mettre du pognon et demeurer sous son joug sans aucun espoir de diriger eux-mêmes, il se fout le doigt dans l'œil jusqu'à son gros orteil incarné (pensez avec 500 matches de D1 LOL !)! En fait, il ne permettra jamais au grand jamais que qui que ce soit s'immisce dans ses pleins pouvoirs, il aime bien trop son reflet dans la glace pour cela… même s'il ferait bien d'aller faire un petit tour salvateur chez Optic 2000 ! Etre ou paraître, faut pas confondre, tout petit Johanneke ! Les pistes étrangères donc balayées d'un crachat nauséabond pour les raisons susmentionnées, il devrait sans doute encore une fois activer la piste de son unique ami dans le milieu qui nous a déjà sauvé à 2 reprises (cfr Igor De Camargoal et Somé). Ne dit-on pas " jamais 2 sans 3 " ? Mais franchement, que peut bien lui trouver un type intelligent comme Duchâtelet ? De la pitié sans doute ! J'ai beau me triturer les méninges dans tous les sens, je ne comprends nullement ! C'est dans un climat que ce Dieu de pacotille rend apocalyptique que nos valeureux guerriers devaient se préparer à affronter Heist (qui, lui, a déjà obtenu sa licence d'ailleurs !). Inutile de vous raconter à quel point tous les supporters eurent envie de venir gaspiller leur samedi soir ensoleillé… c'était le grand désert !

Petites surprises dans le onze de départ, on s'attendait à y voir évoluer les seuls onze joueurs " emblématiques " qui demeuraient disponibles, mais les jeunes Issey Ekamba et David Corbino avaient fait glisser Sami Lkoutbi et Kevin Nicaise sur le banc ; il se chuchotait qu'ils ne se seraient pas convenablement entraînés durant la semaine… heu, vous en connaissez beaucoup qui pourraient faire totalement abstraction des océans de saloperies que leur fait traverser Vermeersch Destruct ? Rien durant cette première mi-temps ne laissa présager du score final de cette partie. Si Seoudi loupait sa volée au milieu du rectangle après 7 minutes, toutes les premières phases dangereuses furent à mettre au crédit de notre adversaire. Sans doute nous avaient-ils scoutés et remarqué que Martin jouait haut car ils tentèrent par trois fois des shots lobés, tantôt hors cadre tantôt claqués par notre princier keeper. Ils tentèrent ensuite les face-à-face avec notre impérial gardien à la 22ème et 23ème sans succès également, tant Sourzac régna en maître dans son rectangle. Ils avaient laissé passer leur chance, nous n'allions pas en faire de même ! A la 27ème, on obtint un coup-franc anodin à plus de 30 mètres du cadre et David le Magnifique décocha puissamment et en pleine lucarne le plus beau coup-franc vu depuis des décennies au Machtens : 1-0 alors qu'à ce moment-là un 0-2 pour les potes à Jonas Vandermarlière aurait été plus équitable ! On ne vit plus rien avant la mi-temps si ce n'est un shot hors cadre de Fredje.

Une nouvelle fois, il ne fallut pas louper le début de seconde mi-temps en s'attardant au point d'eau du socio. Magnifiquement lancé en profondeur, Genoegbier se retrouva face au gardien et joua la carte de la collectivité en cédant le cuir à Habarugira (de loin le meilleur sur la pelouse) qui se paya le luxe de dribbler le gardien et de se jouer de 3 défenseurs revenus sur leur ligne fatidique avant de propulser pour la seconde fois le cuir au fond des filets adverses : 2-0 à la 53ème. Le cuir était remis en jeu depuis 12 secondes que le marquoir affichait déjà 3-0. Le vif et virevoltant Issey Ekamba s'empara du ballon, lança Bilgic qui centra pour un Fredje sans pardon au petit rectangle. David, encore lui, sauva ensuite à même la ligne la dernière velléité offensive adverse avant que Bilgic ne galvaude son duel avec le gardien Heistois. A la 70ème, Yakhouba se promena sur toute la longueur du terrain avant de délivrer un caviar à Fredje une nouvelle fois impérial de précision : 4-0 ! Entre-temps, Nicaise, Diallo (encore un jeune) et Lkoutbi avaient relayé Kéré, Corbino et Ekamba. Sami nous régala techniquement à chaque touche de balle et ce ne fut que justice s'il fut l'auteur du score de forfait à la 85ème. Recevant de Fredje le cuir sur son aile gauche, il traversa la moitié du terrain dans le sens horizontal avant de décocher un magnifique shot du droit à ras du piquet : 5-0, du jamais vu at home depuis… des temps immémoriaux (6-0 contre Maasmechelen le 10/04/2004… il y a 10 ans) ! D'ailleurs, soit on n'avait pas acheté assez de loupiotes pour afficher un " 5 " sur le marquoir du côté visités soit personne ne savait à quoi ressemblait ce chiffre. On tenta bien d'allumer toutes les lumières, d'en retirer quelques-unes pour faire genre, mais rien n'y fit, ça ne ressemblait toujours pas au chiffre désiré. On se rua donc dans les dédales des catacombes du stade pour retrouver dans les tréfonds des archives, sous les défécations de 47 générations de rats, le mode d'emploi jauni dudit marquoir à la page 72 ligne 30. Ainsi, on était dans les arrêts de jeu (soit 6 minutes plus tard !) quand on vit enfin le vrai " 5 " apparaître et Fredspeaker annoncer " cinq-zéro, vijf-nul, Samiiiiii Lkouuuutbiiiiiii "… dans l'hilarité générale… c'est ça Meulebeek ! Entre-temps, David, ayant ressenti une légère gêne au genou, préféra ne pas prendre de risque et rejoignit le banc, nous laissant à 10… sans aucune néfaste retombée !

C'est sous nos applaudissements nourris et les désormais traditionnels " Faut les payer ! " que nos héros vinrent nous saluer et recevoir leur ovation ô combien méritée ! Nos joueurs, s'il le fallait encore, nous ont encore prouvé qu'ils méritaient tout notre respect et, surtout, leurs arriérés de salaire ! Le Kim Jong-un du Pajottenland ferait bien d'en prendre de la graine ! Anciens fans inconditionnels de toujours, supporters occasionnels ou même spectateurs d'un seul jour, il ne vous reste que 4 joutes pour revoir un RWDM jouer en nationales, ruez-vous pour venir montrer votre soutien à nos gladiateurs, ils le méritent. Car l'an prochain ne sera plus ou alors, vu qu'aucun joueur ayant connu de près ou de loin le foot belge ne voudra plus jamais se lier avec JV, nous devrions ressembler à un second ramassis de Bico Stars ! Merci Vermeersch Destruct !

(Textes de Zob, Photos de Sébastien Sterpigny)