FCV DENDER EH (D3) - RWDM (D4)
2 - 1

Ma 04/08/2015 / FCV DENDER EH - RWDM 2-1 (Amical).

Kempeneer, Rivituso, Zahui, De Troetsel (60' Michel), Astrorino (73' Bossio), Serville (55' Makengo), De Pever (70' El Ouahidi), Chirishungu (77' Kalulika), Vanderhaegen (70' Marino), Black (60' Diansangu), Sambake (65' M'Bo).

CJ : Makengo, Zahui. / Arbitre : Lonnoy. / Capt : De Troetsel. / Assistance : 300.

10' Casagolda (1-0), 22' Casagolda (2-0), 28' Vanderhaegen (2-1).

Enfin : on la tient notre première défaite ! En bon supporter du RWDM, je commençais à m'inquiéter. Depuis le 6 avril 2002 et deux coup-francs bottés par Bernd Thijs et déviés dans notre but, le RWDM n'avait plus jamais perdu (si ce n'est en match officieux contre l'Olympic, le 21 août de la même année). A force de gagner ou de partager, on allait finir par nous prendre pour des supporters de la victoire. Ouf, ce ne sera pas le cas ! Comment ne pas remercier nos joueurs pour cela ? Je suis sûr qu'ils l'ont fait exprès. C'est vrai, après tout, s'ils ne se sont pas créé une occasion en deuxième mi-temps, ce mardi, en bord de Dendre, c'était juste pour laisser nos sympathiques adversaires l'emporter. Mais bon, reprenons depuis le début et redevenons sérieux.

Pour notre cinquième rencontre de la saison, nous nous déplacions donc à Denderleeuw, dans le désormais Stade Van Roy, du nom du président (actuel) qui sauva le club de la faillite il y a quelques années. Face à nous, outre quatre anciens joueurs du Brussels (Kevin Nicaise, Esteban Casagolda, Redouan Aalhoul et Alessio Virgone), on notait surtout la présence sur le banc d'un certain Emilio Ferrera. Sa rencontre avec Danny Ost ressemblait à un passage de témoin: le dernier entraîneur du RWDM historique face au premier du RWDM 2.0. Notons aussi que les deux coaches ont un point commun: celui d'avoir été les deux premiers de Strombeek/Brussels à avoir été virés en cours de saison par Vermeersch… Bref, les joueurs et entraîneurs qui ont presté à Molenbeek et à Denderleeuw sont nombreux. Et parmi eux, il y en a évidemment un qui a laissé d'excellents souvenirs aux deux parties : Yves Buelinckx. Celui qui partage avec Willy Wellens le record de buts dans une seule rencontre (cinq en Coupe contre Virton - ironie du sort, notre possible futur adversaire -) fut chargé de donner le coup d'envoi de cette joute amicale. Seulement deux jours après notre dernière rencontre, celle officielle contre Dikkelvenne, Danny Ost conservait six titulaires : Kempeneers, Rivituso, De Troetsel, De Pever, Serville et Chirishungu. Ces derniers forment probablement l'ossature de l'équipe et sont bien partis pour être titulaires en début de championnat. A leurs côtés, Zahui et Black, toujours pas qualifiés en Coupe, retrouvaient le terrain ; respectivement à la place de Michel et de Diansangu. Vanderhaegen suppléait Witpas ; tandis qu'un arrière gauche (Astorino) et un attaquant de pointe (Sambake) étaient testés.

Le match débuta de la pire des manières pour nous puisqu'après moins de dix minutes, Kempeneers manqua son dégagement sur une passe en retrait sautillante et envoya le cuir en coup de coin. Pas de bol pour nous, cette petite erreur de notre excellent gardien provoqua le premier but flandrien puisque Casagolda profita de ce corner pour ouvrir la marque. Une bonne dizaine de minutes plus tard, alors que nous avions hérité d'un coup franc dans l'axe, suite à une faute sur Chirishungu, Serville envoya le ballon dans le mur blauw en zwart, Black récupéra le ballon, le céda en retrait à Rivituso qui se troua et l'offrit à l'adversaire pour un contre meurtrier. Une faute professionnelle et une frappe de Casagolda dans la lucarne plus tard, ce fut 2-0. Les pessimistes y craignirent une avalanche de buts en notre défaveur. Les réalistes constatèrent une évidente différence de niveau entre une excellente D3 et une D4 en construction. Pourtant, la principale qualité (apparemment) de notre équipe est mentale. Comme contre Dikkelvenne où on craignit un tournant du match en notre défaveur, nos joueurs retrouvèrent des couleurs en se créant d'abord deux corners, ensuite en réduisant l'écart via un coup de canon de Vanderhaegen dans le plafond, peu avant la demi-heure de jeu). Quelques minutes et une inédite tournée générale de pains-saucisses offerte par les supporters lyonnais plus tard, Black manqua même l'égalisation d'un chouïa. Malheureusement, cette réaction d'orgueil fut de courte durée puisque Dender se ressaisit, reprit les commandes des opérations et ne nous laissa plus la moindre possibilité jusqu'aux arrêts de jeu… de la seconde mi-temps. Entretemps, nous eûmes l'occasion de constater que face à une équipe de D3 qui viserait la montée à la fin de la saison… si une réforme débile made in URBSFA le permettait, notre défense prit l'eau quelques fois et eut du mal à se dégager en construisant. Et, malgré un score honorable, Kempeneers dut s'employer plusieurs fois pour sauver les meubles. Cela dit, avant de s'inquiéter, n'oublions pas que cet axe central était expérimental (et peut-être pas toujours soutenu comme il se doit), que l'adversaire était costaud et que le match difficile contre Dikkelvenne ne s'était joué que deux jours plus tôt. Sans compter qu'il n'est pas facile de se trouver et de construire des phases de jeu quand on affronte une équipe plus forte que soi et qu'on fait tourner l'effectif après l'heure de jeu (huit changements si j'ai bien suivi).

Enfin, comment ne pas répéter le plaisir de revoir bon nombre de Molenbeekois se déplacer en semaine et faire la (courte) traversée du Pajottenland pour savourer un match, même amical, comme celui-là et voir nos quatre lettres figurer sur un marquoir ?

(Texte de Michaël Martorell & Photos de Michel Oosters et Stéphane "Zizou" Lievens)